À Marseille, Rudi Garcia a (enfin) des problèmes de riches

À Marseille, Rudi Garcia a (enfin) des problèmes de riches

Quatrième du championnat de France, à cinq points du podium, l’Olympique de Marseille revient de loin. Après cinq matches sans défaite, Rudi Garcia semble avoir trouvé la bonne formule. Au détriment de certains cadres.

Face à Saint-Etienne, le banc des remplaçants de l’Olympique de Marseille avait fier allure. Le capitaine Dimitri Payet, son suppléant Luiz Gustavo, la recrue phare du mercato estival Kevin Strootman et le champion du monde Adil Rami ont commencé le match en portant la chasuble. La situation est pire pour l’ami Rolando qui a vécu le match comme Aymen Abdennour en a l’habitude : dans les tribunes de l’Orange Vélodrome. Contre les Verts, le 3 mars 2019, Rudi Garcia s’est donc passé de cinq titulaires habituels. Et pourtant, malgré ces absences de poids, l’OM ça gagne !

Lopez-Sanson ça fonctionne (pour l’instant)

Marseille a facilement battu, deux buts à zéro, une triste équipe de Saint-Etienne, classée 4e avant le début de la rencontre. Avec ce succès, les Olympiens ont pu doubler les Verts au classement et enchaîner une cinquième rencontre sans défaite. Il est clair que Sainté n’a pas été un adversaire compliqué. Ce que l’on peut retenir de ce match (après la célébration smartphone de Balotelli), c’est que la bataille du milieu a tranquillement été remportée par Maxime Lopez et Morgan Sanson. Habituellement dans la rotation de l’effectif, les deux compères ont livré une belle prestation.

Rudi devra faire des choix

Alors que deux chocs se profilent pour les Phocéens (réception de Nice puis déplacement au Parc des Princes), Rudi Garcia va-t-il rester dans la continuité ? Difficile de savoir. Pour la première fois de la saison, le technicien a le choix pour composer son milieu de terrain. Doit-il maintenir sa confiance à la paire alignée depuis la victoire face à Amiens (2-0), ou faut-il réincorporer les cadres que sont Luiz Gustavo et Kevin Strootman ?

Difficile pour le Brésilien d’afficher le même niveau que la saison dernière, tant il avait été énorme. Contre les Verts, Gustavo est rentré peu après l’heure de jeu et n’a pas été transcendant. Loin de là. Malgré tout, il reste un joueur d’expérience et il est difficile d’imaginer que Rudi Garcia se passe de lui face au Paris Saint-Germain. Même cas de figure pour le Batave. En délicatesse depuis le début de saison, Strootman laissait entrevoir une montée en puissance avant sa blessure aux adducteurs à Dijon. Comme Luiz Gustavo, il a les épaules pour participer à un choc contre une équipe comme Paris. Entre Sanson, Lopez, Gustavo et Strootman, Garcia risque de faire des déçus.

En 4-4-2, un capitaine abandonné sur le banc

Avec l’arrivée de Mario Balotelli, l’OM semble adopter un nouveau schéma tactique. Exit le 4-2-3-1 et le 4-3-3, place au 4-4-2. Avec cette nouvelle disposition, les résultats suivent et ce très cher Mario Balotelli marque. Pourtant, cette tactique fait un grand perdant, et pas des moindres : le capitaine Dimitri Payet. Comment l’incorporer ? Sur l’aile gauche ? C’est une possibilité mais sous le maillot marseillais, le Réunionnais a toujours semblé plus à l’aise en position de meneur de jeu. Là encore, Garcia va devoir trancher. Et c’est peut-être Valère Germain ou Lucas Ocampos qui en feront les frais.

Duje n’est pas une douille

Derrière, l’OM encaisse moins de buts. Sur les cinq dernières rencontres, la défense n’a pris que deux buts. Bon en face, il n’y avait pas Cavani ou Mbappé, mais c’est déjà ça, tant la rigueur défensive, même face aux plus faibles, manquait en début de saison. L’OM doit en partie son renouveau défensif à sa charnière de pré-pubères : Boubacar Kamara (19 ans) et Duje Caleta-Car (22 ans). Pour le premier, personne n’a jamais eu le moindre doute, puisque cette saison, il a longtemps été l’une des seules satisfactions derrière.

Pour le second, son début de saison a été compliqué. Crucifié, sacrifié, assassiné par Garcia qui l’a jeté dans l’enfer des Costières pour ses débuts en Ligue 1, Duje Caleta-Car a reçu, depuis, pas mal de critiques. Souvent justifiées d’ailleurs. Et pourtant, ses dernières prestations prouvent qu’il est loin d’être la pipe décrite par de nombreux suiveurs.

Son match contre l’AS Saint-Etienne parle pour lui : 100 % de passes réussies, 9 ballons gagnés. Le Croate a réalisé l’un de ses meilleurs matches sous la tunique olympienne. Tout va toujours plus vite à Marseille. Maintenant, c’est à lui de confirmer lors des grosses affiches pour reléguer durablement Adil Rami et Rolando sur le banc des remplaçants.

Contre Nice, les 11 joueurs qui seront alignés devront prouver qu’ils ont les capacités de revêtir ce maillot, parfois si lourd à porter. C’est la suite de leur saison qui est en jeu, que ce soit de manière individuelle ou collective. Les Marseillais n’ont pas d’autres choix que de remporter les trois points dans leur quête (quasiment impossible) du podium. Coup d’envoi, dimanche 10 mars, à l’Orange Vélodrome.

Thibaut Calatayud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *