Arsenal étrille Rennes et file en quarts

Arsenal étrille Rennes et file en quarts

Après un match aller mal négocié au Roazhon Park (défaite 3-1), les Gunners ont réalisé le match parfait à l’Emirates Stadium hier soir. Une belle victoire 3-0, et Arsenal file en quarts de finale d’Europa League.

Près de 6 000 supporters Rouge et Noirs avaient fait le déplacement pour venir supporter le Stade Rennais à l’Emirates. 60 000 spectateurs au total, pourtant ce sont les Rennais qui se sont manifestés en premier, et tout au long de la rencontre, dans les tribunes. “On est chez nous” scandaient les fans du club breton. Sur le terrain, c’est une toute autre histoire…

Un quart d’heure de folie

Tout s’est joué dans le premier quart d’heure. Dès la 5e minute, Pierre-Emerick Aubameyang est là, au premier poteau, pour pousser au fond des filets un centre d’Aaron Ramsey, après un gros travail de Maitland-Niles. 1-0, cinquième minute, et la sensation que le Stade Rennais est perdu sur le terrain. Ca commence fort.

Quelques secondes avant le but, Alexandre Lacazette (de retour de suspension après la réduction de cette dernière par l’UEFA quelques jours plut tôt) aurait pu profiter d’une erreur de Thomas Koubek, qui avait mal négocié sa sortie. Quelques minutes plus tard, c’est Pierre-Emerick Aubameyang qui s’échappe sur le côté gauche, après un bon relais avec Ramsey, et qui va centrer sur Maitland Niles, second poteau, qui conclut d’une tête puissante. 2-0, 15 minutes, l’affaire semble déjà pliée, Arsenal était déjà virtuellement qualifié grâce à son but marqué à l’extérieur.

Seulement, Aubameyang semble hors-jeu, juste après la remise de Ramsey amenant son centre décisif. Pas de VAR en Ligue Europa cependant, ce qui rend les Rennais furieux. Victimes d’injustice, les joueurs de Julien Stéphan peinent à se reconcentrer.

Les Rennais dominés, Arsenal en grande forme

Le reste de la rencontre a été dominé par des Gunners en grande forme. La défense à trois Mustafi-Koscielny-Monreal a très bien tenu la baraque, rendant inefficaces toutes les occasions Rennaises ; Maitland-Niles et Kolasinac n’hésitaient pas à se rendre disponibles offensivement pour submerger l’équipe rennaise sur les flancs… Bensebaini et ses coéquipiers en défense se sont retrouvés débordés. Ben Arfa, trop peu en vue, n’aura pas apporté ses dribbles ravageurs du match aller ; Bourigeaud est également passé au travers de sa rencontre, lui qui avait réalisé un fantastique match aller. L’engagement physique d’Arsenal aura pendant longtemps déstabilisé les Rouge et Noirs, qui se sont retrouvés plusieurs fois au sol, Lacazette évitant de très peu l’expulsion à plusieurs reprises pour des tacles en retard. Une frappe dangereuse de M’baye Niang termine sur le poteau droit de Cech, bien chanceux sur cette action.

Finalement, la rencontre va s’équilibrer en toute fin de match, et les Rennais vont commencer à se montrer dangereux. Jusqu’à ce qu’Aubam’ frappe encore. 72e minute, Mkhitaryan (entré en jeu quelques minutes plus tôt) écarte sur Sead Kolasinac, qui centre en première intention au second poteau pour Aubameyang, esseulé, qui n’a plus qu’à pousser le ballon au fond des filets. 3-0, une célébration loufoque de plus pour Aubameyang (un masque de Black Panther sur le visage, les bras croisés sur le torse en signe au Wakanda) et un carton jaune au passage. Rennes est K.O, et ne se relèvera pas. 3-0 au score final, malgré quelques occasions Rennaises en fin de match, la plupart étant rapidement stoppées pour hors-jeu.

Voir cette publication sur Instagram

❌ Panther ❌

Une publication partagée par Aubameyang (@aubameyang97) le

Le Stade Rennais s’arrête donc en huitièmes de finale. Après avoir fait vibrer tous ses supporters et les français en seizième face au Bétis, et après un match aller réussi (bien aidé par un Arsenal réduit à 10 après l’expulsion de Sokratis), les Rennais s’effondrent face à une séduisante équipe d’Arsenal, entraînée par l’ancien coach Parisien Unai Emery. Les joueurs, déçus, devront désormais se reconcentrer sur le championnat pour aller de nouveau chercher une qualification européenne.

Hugo Kucharski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *