Rugby

Énorme victoire de l’UBB face au Racing

Au terme d’un match fou, Bordeaux l’a emporté 34-30 face au Racing. Une nouvelle défaite à domicile pour eux, qui ont préféré prendre le point du bonus défensif en fin de match. Une confirmation pour l’UBB.

On joue les dernières secondes à Paris la Défense Arena. Les racingmens tiennent le ballon devant les 22 mètres bordelais. Avec 7 points de retard il leur faut à tout prix un essai transformé pour arracher le match nul. Mais la défense de l’UBB tient bon et ne craque pas. Cependant elle commet une faute offrant une pénalité aux coéquipiers du capitaine Maxime Machenaud. Un choix s’offre alors à lui. Les 3 points et le point du bonus défensif ou la touche et un éventuel essai au risque de repartir avec 0 point. Les joueurs du Racing choisissent alors la pénalité et sont sifflés par leur propre public. Il fallait maintenant la réussir, Machenaud s’en est chargé offrant 1 point à son équipe.

Un match complètement fou

Après deux bonnes prestations en coupe d’Europe et leur victoire dans le derby, les racingmens avaient la possibilité de confirmer face à un adversaire direct à la qualification en fin de saison et remonter à la 3e place de ce championnat très serré. Mais les bordelais sont bien plus forts dans cette première moitié de championnat et cela s’est ressenti sur la pelouse. Le coach Christophe Urios avait annoncé que ses joueurs venaient ici avec l’ambition de repartir avec la victoire.

Et malgré deux essais encaissés consécutivement dans les 10 premières minutes de la seconde période suite au carton jaune de Radradra, les Bordelo-Bèglais ont toujours semblé maîtriser plus ou moins leur sujet. C’était pourtant Vakatawa qui avait ouvert le bal en inscrivant son premier essai sur la toute première attaque du Racing avant que Semi Radradra marque lui aussi le premier de ses 2 essais. Bordeaux envoyait beaucoup de jeu mais le Racing était très réaliste. L’international français Vakatawa s’offrait même un doublé à la demi heure de jeu. Il s’illustrait une nouvelle fois quelques minutes plus tard, cette fois-ci par son indiscipline qui  lui coûtait un carton jaune et en infériorité numérique ses coéquipiers cédaient sur une attaque de près de 80 mètres des unionistes conclu par Woki.

S’en suivit les fameuses 10 minutes d’absence bordelaise durant lesquelles Gomes Sa et Bobigny y allaient de leurs essais et créent le premier break 27-17 en faveur des ciels et blancs. Sauf que Radradra est revenu. La remontée des joueurs de Christophe Urios a commencé juste après. L’indiscipline de Bernard Le Roux offrait 3 points à Matthieu Jalibert. Les girondins égalisaient par Kaulashvili avant de passer devant par l’intermédiaire de l’inévitable Semi Radradra après un crochet sur Brice Dulin et un énorme raffut. 27-34, Radradra offrait la victoire à son équipe qui revient à 1 point du leader lyonnais malgré la dernière pénalité de Maxime Machenaud qui offrait le point de bonus défensif à son équipe.

Des individualités qui ont brillé

On le sait, la surface très rapide de la U Arena permet aux équipes de développer beaucoup de jeu et d’offrir des matchs très spectaculaires. Cette après-midi ce fut le cas. Avec 4 essais de chaque côtés les joueurs ont régalé cette après-midi. Vakatawa et Radradra auteur de deux doublés ont montrés qu’ils faisaient partis des meilleurs centres de notre championnat en écrasant tout sur leur passage. Les deux numéros 10 respectifs ont livré une copie quasi-parfaite. Russell est dans la lignée de ses excellents matchs. Ses coups de pieds sont un régal pour les yeux et il mène parfaitement le jeu de son équipe et sa sortie a semblé déréglé la ligne arrière de son équipe. Volavola n’arrivant pas à faire sauter le verrou bordelais dans les derniers instants. Son jeune homologue Matthieu Jalibert a lui maintenu son équipe à flot notamment grâce à son jeu au pied face au perche et ses 14 points. Disponible et prenant les intervalles grâce à ces crochets il a joué un grand rôle dans la victoire de l’UBB aujourd’hui.

Au final c’est déjà la troisième défaite à domicile pour le Racing. Pour un prétendant au Top 6 c’est trop. Avec 7 points pris sur 25 possibles le bilan à domicile est exécrable. Quant à l’UBB cette victoire confirme que les joueurs d’Urios, même avec le retour des internationaux dans les équipes concurrentes, voir avoir un rôle important à jouer cette saison.

Yohan Lemaire

Énorme victoire de l’UBB face au Racing

2e journée de la Champions Cup : Les belles affaires de Toulouse et Montpellier

C’était la deuxième journée de la coupe d’Europe, certaines équipes française ont réalisé de belles opérations pour la suite de la compétition. 

Ulster-Clermont : un point de bonus défensif et c’est tout

C’était le premier match de la deuxième journée de la Champions Cup. Les Clermontois se déplacer au Ulster, un déplacement assez compliqué pour la bande à Fritz Lee qui se sont inclinés 18 à 13. Dans un match difficile, les jaunards ont perdu trop de ballons pour espérer quoique ce soit sur la pelouse du Ulster. Cependant, les hommes de Franck Azema repartent avec le point de bonus défensif, un moindre mal… 

Stade Toulousain-Connacht : Toulouse en patron

Avec cette pluie battante et ce temps grisonnant, le Stade Toulousain devait se sortir du piège Irlandais. Avec une première mi-temps mitigée, les hommes d’Ugo Mola ont fini par se dépêtrer du Connacht. Menant d’un petit point à la fin du premier acte, les Toulousains ont encaissé deux essais sans réellement défendre. Pendant la seconde période, les rouge et noir ont été rattrapés au score, puis comme prévu le banc à fait la différence. Le Stade Toulousain s’est imposé 32 – 17 à Ernest-Wallon. 

LOU-Leinster : Lyon aurait pu espérer mieux

Le leader du Top 14 affrontait la grosse écurie du Leinster. Un match sous haute tension pour le LOU, s’inclinant sur le score de 13 à 6, les Lyonnais n’ont pas su concrétiser leurs temps forts à l’inverse d’un Leinster très pragmatique dans son jeu. Très en place défensivement le quadruple champion d’Europe se sont jamais senti en danger tout au long du match. Le LOU peut s’en mordre les pattes, mais ce n’est que partie remise… 

Munster-Racing : Si près, si loin…

Pour Simon Zebo son entrée sur la pelouse du Thomond Park avait un goût de déjà vu. Très vite, le Racing impose son rythme, en tête durant quasiment toute la partie les ciels et blanc se sont rattrapés dans le money time en finissant le match sur un score de 21 à 21. Pourtant, la partie était bien lancée, les Racingmen ont marqué à trois reprises avec un Finn Russel étincelant, il a montré la voie tout au long de la rencontre. Mais face à la Red Army, il aurait fallu une pénalité de plus pour remporter le match. 

Sale Sharks- La Rochelle : Que de regret

La Rochelle se déplaçait sur la pelouse de Sale Sharks, très peu discipliné pendant toute la rencontre les Rochelais se sont inclinés sur le score de 25 à 15. À cause de cette défaite, les jaunes et noirs sont tout proche de l’élimination. Dix fautes en 30 minutes, c’était beaucoup trop pour espérer quoique sur la pelouse de l’AJ Bell Stadium. 

Montpellier-Gloucester : De la tension jusqu’à la fin

On dit souvent de ne rien lâcher, apparemment ce message a été clair du côté de Montpellier. En s’imposant sur le score de 30 à 27, ils ont joué avec le feu. Les hommes de Xavier Garbajosa prennent la deuxième place de la poule 5 avant d’affronter le Stade Toulousain le 8 décembre. Un mauvais geste de Jacques Du Plessis aurait pu faire peser la balance en faveur des Anglais. Mais fort de caractères, Montpellier remportera ce match. 

Leo Couffin

2e journée de la Champions Cup : Les belles affaires de Toulouse et Montpellier

Toulouse a souffert mais s’impose avec le bonus face au Connacht

Les toulousains ont remporté leur deuxième match en autant de journées de Champions Cup 32-17. Face à de valeureux irlandais qui auraient mérité un meilleur sort, ils ont néanmoins réussi à empocher le bonus après la fin du temps réglementaire. 

Ne vous fiez pas au score final, qui ne reflète pas la physionomie du match, ou que très peu. En effet, jusqu’à la 74e minute, le Connacht occupait la moitié de terrain toulousaine et mettait sous pression les rouges et noirs. Le jeu au pied du jeune ouvreur Fitzgerald était parfait mais Healy n’arrivait pas à se saisir du ballon, rendu extrêmement glissant par la pluie. Les joueurs irlandais venaient de laisser passer leur dernière occasion de prendre le bonus défensif voire mieux.

Des Toulousains constamment sous pression

Dans ce match opposant deux équipes ayant gagné leur premier match le week-end dernier et sous un temps particulièrement irlandais, la bataille s’annonçait féroce. On croyait d’abord que les toulousains inscrivaient le premier essai du match mais le pied gauche de Guitoune était en touche. Malgré cette bonne entame, ce sont bien les irlandais qui vont surprendre la défense toulousaine. Le centre Tom Farell, auteur d’un excellent match en attaque comme en défense, prenait un énorme trou entre Elstadt et Baille pour se faire la malle et marquer le premier essai du match. Essai transformé par Fitzgerald. Stupeur à Ernest-Wallon. Heureusement pour les rouges et noirs, Bézy bien servi par Ramos inscrivait le premier des quatre essais toulousains pour recoller au score. Malgré une conquête irlandaise catastrophique dans ces premières 20 minutes, le Stade Toulousain n’y arrivait pas et de nombreuses approximations venaient enrayer les rares lancements de jeu. Pire, les irlandais inscrivaient un second essai, avec une nouvelle prise d’intervalle, cette fois-ci du troisième ligne Fainga’a qui profitait de la mauvaise montée défensive de Placines pour casser le rideau défensif et servir son demi de mêlée Blade. 14-7 la défense toulousaine est pour l’instant aux abonnés absents. 

Heureusement pour les hommes d’Ugo Mola, Fainga’a s’illustrait de nouveau, mais de la mauvaise manières cette fois-ci. Auteur d’un placage dangereux sur Ntamack, il écopait d’un carton jaune. Ses coéquipiers alors en infériorité numérique, encaissaient un essai de Yoann Huget en coin, bien servi par l’autre «vieux» de la ligne arrière Maxime Médard. Les 6 ballons perdus à la mi-temps par le Stade reflètent bien les difficultés que les toulousains ont à développer leur jeu. La défense des joueurs du Connacht est très agressive comme en témoigne les 8 pénalités concédées, qui leur permet de regagner les vestiaires avec un seul petit point de retard.

Au bout du bout le bonus offensif

Le second acte repart sur les mêmes bases avec des joueurs irlandais qui empêchent toujours leurs adversaires de déployer leur jeu d’attaque qui fait habituellement merveille. Ils reprennent l’avantage grâce à un drop signé Fitzgerald. Les toulousains souffrent physiquement face à des joueurs irlandais qui donnent tout à chaque impact. Indisciplinés et en manque de possession les joueurs de la ville rose n’y arrivent pas et sentent le vent de la défaite souffler au-dessus d’eux. Heureusement pour eux Fitzgerald ratait sa première tentative de l’après midi et ils restaient au contact. Les entrants ont fait beaucoup de bien notamment dans le 8 de devant et sur une action où ils ont multipliés les pick and go, le capitaine Jerome kaino partait au ras pour donnait de l’air à son équipe. 25-17 le break était fait. Le Stade allait même chercher le bonus par l’intermédiaire de son centre Pita Akhi.

Une victoire signée Kaino et le banc des remplaçants

Comme la semaine dernière à Gloucester, les remplaçants ont fait un bien fou à Ugo Mola et ses hommes. L’entraîneur a su faire les changements au moment opportun pour faire basculer le match. Marchand omniprésent en défense, Cros grattant des ballons chauds, et Tolofua renversant tout sur son passage ont sans aucun doute fait pencher la balance du bon côté. Un joueur a cependant porté son équipe aujourd’hui. C’est le capitaine Jerome Kaino qui a livré sur la pelouse d’Ernest-Wallon un match monstrueux. Il était très attendu après une dernière campagne européenne moyenne et il a répondu présent. Auteur de la passe qui décale Ramos sur l’essai de Bézy, il permet également à son équipe, grâce à son essai, de se mettre à l’abri. En défense il a plaqué à tours de bras, récupérant des ballons et faisant reculer ses adversaires. Il a joué un grand rôle dans la victoire de son équipe aujourd’hui et fut élu homme du match cette après-midi à Toulouse.

Malgré des conditions climatiques compliquées les champions de France s’en sortent avec les 5 points. Plus que le jeu c’est la manière dont ils s’en sont sortis qu’il faut retenir aujourd’hui. Ce match là, deux ans en arrière, les toulousains le perdait. La province irlandaise n’a jamais rien lâcher mais ce point de bonus offensif comptera à coup sûr dans l’optique d’un quart de finale. La détermination et le courage dont ils ont fait preuve aujourd’hui et le week-end dernier sont la marque des plus grands. En attendant de recevoir Bayonne la semaine prochaine, les toulousains repartent avec 9 points sur 10 possibles de ces deux week-ends européens. Ce qui laisse présager une suite de compétition des plus excitantes mais gare au faux pas car la Champions Cup est des plus impitoyables.

Yohan Lemaire

Toulouse a souffert mais s’impose avec le bonus face au Connacht

Challenge Cup : Premier week-end maussade pour les clubs français

Ce week end avait lieu la première journée de Challenge Cup, la petite coupe d’Europe. Et ce premier week-end n’a pas été fructueux pour les clubs français engagés.Bordeaux Bègles est sorti vainqueur face aux Wasps. Toulon et Brive ont eux gagné mais dans un match franco-français, respectivement à Bayonne et au Stade Français.

Agen 10-31 Edimbourg

Le SUA n’a jamais pu inquiéter les Ecossais. Avec de nombreux jeunes sur la feuille de match, les Agenais ont rapidement été pris à défaut par l’expérience adverse. George Taylor et Damien Hoyland ont rapidement mis leur équipe sur orbite pour mener 21-3 à la mi-temps. Masilevu a réduit la marque à la 55e pour les Agenais mais c’est Edimbourg qui a eu le dernier mot avec l’essai du bonus offensif sur la sirène du talonneur Cameron Fenton.

Le prochain match pour le SUA sera très délicat : un déplacement chez les Wasps.

Bayonne 13-20 Toulon

Drôle de match que ce Bayonne-Toulon. Après deux pénalités de Manuel Ordas, les Toulonnais se sont réveillés. Deux essais de Van Der Merwe faisaient passer les joueurs de la Rade devant. Malgré l’essai de Peyo Muscarditz, Toulon est reparti de plus belle avec deux essais de Savea et Etrillard, à cinq minutes de la fin. Match bizarre car malgré un score serré, les Toulonnais ont pris le bonus. En effet, Louis Carbonel a été très maladroit au pied, manquant ses quatres transformations. Toulon démarre donc au mieux sa campagne européenne en prenant la tête de la poule 2. Prochain match avec la réception des Scarlets.

Stade Français 11-27 Brive

Le Stade Français est malade et cela dure toujours. Malgré le changement de staff suite au départ d’Heyneke Meyer, les Parisiens ont de nouveau perdu à domicile. Ce sont les Géorgiens qui ont portés Brive avec deux essais de Lobzhanidze et Giorgadze (23e; 40e). En face, Lester Etien avait marqué pour les Parisiens (35e). Les Corréziens se sont définitivement mis à l’abri avec un essai de pénalité pour démarrer au mieux cette Challenge Cup. Pour Paris, les soucis continuent, réaction attendue samedi prochain chez face au Zebre

Dragons 31-17 Castres

Mais où était le CO en première mi-temps. En tout cas, le numéro 8 Taine Basham ne s’est pas posé la question en plantant un triplé (7e; 16e; 35e). Avec un essai supplémentaire, le trou était déjà fait à la mi-temps et le bonus déjà assuré pour les Gallois (28-10). Seul Taylor Paris et Ludovic Radosavljevic ont marqué pour les Castrais qui n’ont jamais été capables de l’emporter. La réception de Worcester pourrait être l’occasion de vraiment se lancer pour le CO.

Leicester 41-20 Pau

Bien mal en point en Premiership, les Tigers se sont offerts un bon bol d’air face à la section. Malgré deux essais de Daubagna et de Metz (26e; 67e), les Anglais l’ont largement emporté notamment grâce à un homme : Jonah Holmes. L’ailier a inscrit sa patte sur ce match comme un autre regretté Jonah a pu le faire auparavant. Un quadruplé pour Holmes a propulsé les Tigres vers la victoire. George Ford, de retour de Coupe du monde, a très bien conduit le jeu et assuré aux tirs au but. Match difficile pour la Section qui devra se reprendre avec la réception de Calvisano vendredi prochain.

Bordeaux-Bègles 40-30 Wasps

C’est la perf’ française du week-end. Face à une équipe habitué aux joutes de la Champions Cup, les hommes de Christophe Urios sont sortis victorieux avec le bonus offensif en prime. Après une première période serrée avec l’essai de Tamanivalu, les deux équipes ont offert une fin de match spectaculaire. A 19-16 à la 55e, les Wasps ont fait étalage de leur puissance avec l’essai de Cruse. Mais les Bordelais ont bien réagi avec deux essais coup sur coup de Lesgourgues et Higginbotham. Malgré l’essai de Robson, les Français se sont définitivement mis à l’abris avec l’essai du bonus de Buros. Une victoire spectaculaire mais un bon début avant un déplacement tendu à Edimbourg.

Les autres résultats : Enisei-STM 14-57 Worcester; Calvisano 16-38 Cardiff; Bristol 59-21 Zebre; Scarlets 20-16 London Irish

Kenny Ramoussin

Challenge Cup : Premier week-end maussade pour les clubs français

Castres Olympique : Un début de saison en deçà des attentes

Après le premier tiers du Top 14, le Castres Olympique est onzième du championnat. L’équipe, qui vise le top 6 en fin de saison est pour l’instant en retard sur son objectif. Les deux matches de Challenge Cup pourraient permettre de remettre l’équipe dans la bonne direction, si les résultats et la manière sont présents évidemment. 

Une défense absente, le staff déjà modifié

Ce début de saison est délicat pour le Castres Olympique. Si les résultats ne sont pas là, le plus inquiétant est encore la manière et le niveau de jeu proposés. L’arrivée du nouveau staff technique en juillet dernier, mené par Mauricio Reggiardo, a bouleversé les habitudes d’un effectif presque inchangé (seul Nakosi, Tierney, Nkinsi et Fortunel sont arrivés). 

Début juillet, le manager argentin a décidé de cibler la préparation sur le secteur offensif et de minimiser la défense, alors que c’est l’un des points forts de cette équipe depuis de nombreuses années. Un choix qui même si l’attaque est classée troisième du championnat, est entaché par les nombreux points encaissés. Le Castres Olympique étant la 13e défense du Top 14.

Pour essayer de régler tout ça, le manager a décidé de modifier l’organisation de son staff. Patrick Furet, alors en charge des avants et du secteur défensif a été amputé de cette dernière partie. La défense est revenue dans les mains de Reggiardo avant peut-être le recrutement d’un technicien spécialisé dans le domaine défensif. 

Pour remédier à cette carence, le manager du Castres Olympique a décidé d’accentuer l’aspect défensif pendant les semaines d’entraînements. Depuis la coupure internationale, les montées défensives sont notamment travaillées. Lors du dernier match à domicile face à Brive, les supporters ont pu voir une équipe bien en place défensivement et donc en confiance offensivement. Tout allé bien à la pause et le travail semblait porter ses fruits. Sauf qu’en deuxième mi-temps, le manque de confiance de l’équipe a resurgit et la défense a été mise à rude épreuve et s’est fissuré petit à petit au point d’être derrière au score à la dernière minute. Il aura fallu une faute briviste et une pénalité convertie par l’irrésistible Julien Dumora pour que le CO remporte ce match (28-26) alors qu’à la mi-temps, il y avait 13 points d’avances.

La Challenge Cup pour retrouver de la confiance

Après cette victoire cruciale du Castres Olympique en championnat permettant de ne pas s’enliser au classement, place désormais à la Coupe d’Europe et plus exactement à la Challenge Cup.

Cette compétition, la deuxième coupe européenne, ne fait pas partie des objectifs fixés par Mauricio Reggiardo. Ce dernier va alors faire tourner son effectif. Mettre au repos des joueurs qui ont déjà fait beaucoup de matches cette saison ( Hounkpatin, Kockott, Jenneker, Delaporte, Palis…) et faire jouer ceux qui sont en manque de temps de jeu. C’est notamment le cas de l’ailier canadien Taylor Paris qui a déclaré sur la radio locale 100 % : “C’est bien de faire tourner. Il y a des joueurs qui ont besoin d’un peu de repos. Et d’autres, comme moi, qui ont joué que deux ou trois matches depuis trois mois”. L’ailier de Castres poursuit en expliquant le bien que cela peut faire à tout le groupe : “ Ca va faire monter le niveau de l’équipe parce que ça fait monter le niveau de compétition entre nous”.

Les deux prochains matches vont donc servir à resserrer le groupe et à faire prendre confiance à tous les joueurs de l’équipe tarnaise. Le match à Newport va permettre aux joueurs en manque de temps de jeu de montrer qu’ils ont leurs places. Pour le match à domicile face à Worcester, l’équipe alignée devrait être plus proche de l’équipe type. Le CO va vouloir retrouver des repères collectifs et faire plaisir aux nombreux supporters du CO, avant de retrouver les joutes du Top 14. 

Damien Souille

Castres Olympique : Un début de saison en deçà des attentes