Claude Puel : le mal-aimé

Claude Puel : le mal-aimé

Intronisé ce vendredi comme entraîneur de Saint-Etienne, Claude Puel jouit d’une sérieuse expérience en Ligue 1, consolidée par un détour en Premier League. Sans doute la raison pour laquelle la direction stéphanoise a décidé de lui confier les clés d’une équipe en proie au doute en ce début de saison plus que délicat.

Pourtant, l’ancien coach de l’OL est loin de faire l’unanimité partout où il est passé, malgré plusieurs accomplissements notables.

Zoom sur ce personnage qui divise.

Des circonstances rarement propices au bon exercice de ses fonctions

Au cours de sa carrière d’entraîneur jusque-là, Claude Puel ne s’est jamais montré très fortuné lors de ses saisons à la tête de ses clubs respectifs.

Quand il est nommé à la tête de l’OL à l’été 2008, les Gones restent sur une série de sept titres de Champion de France consécutifs, de quoi placer une sérieuse pression sur les épaules de l’ancien joueur de l’AS Monaco, qui totalise 600 matchs sur le Rocher.

De même, quand il signe à Leicester fin 2017, il doit faire prendre conscience au club champion d’Angleterre surprise en 2016 qu’il n’est plus en mesure de jouer les premiers rôles. En effet, l’effectif, en surrégime et stimulé par un excellent Claudio Ranieri lors de l’aventure folle de la saison 2015-2016 présente des limites et a alors perdu plusieurs cadres comme N’Golo Kanté, parti du côté de Chelsea. 

De plus, un terrible événement va ébranler le club et compliquer la tâche de Claude Puel : le décès du propriétaire du club, Vichai Srivaddhanaprasha, lors d’un tragique crash d’hélicoptère le 27 octobre 2018.

Un peu moins de deux années plus tôt, alors qu’il vivait sa première expérience sur un banc de Premier League du côté de Southampton, Puel devait là-encore faire face à des circonstances peu évidentes. Les Saints sortaient en effet d’une saison réussie sous les ordres de Ronald Koeman, mais de nombreux cadres avaient par conséquent quitté le navire. Parmi eux, Sadio Mané, qui fait aujourd’hui les beaux jours de Liverpool ; ou encore Wanyama et Pellé. Ainsi, continuer sur la même voie que son prédecesseur avec un effectif amputé de ses stars s’annonçait clairement une tâche compliqué pour l’entraîneur français, qui fut d’ailleurs remercié dès la fin de la saison par ses dirigeants.

Des accomplissements notables malgré tout

Si les aventures de Claude Puel au sein de ses clubs ne se sont pas toujours finies sur une bonne note, l’entraîneur français a toutefois connu plusieurs réussites qui lui ont forgé une solide réputation.

A Lyon, bien qu’il ne soit pas parvenu à poursuivre la série de titres incroyable, il a fait passé un cap aux Gones en Ligue des Champions, en les hissant en demi-finales de l’édition de 2010 (défaite face au Bayern Munich). Le tout en construisant une équipe autour de nouvelles stars comme Lisandro Lopez ou encore Michel Bastos.

On aurait presque tendance à oublier également le bon travail réalisé par Puel à l’OGC Nice, entre 2012 et 2016, puisque lorsque l’on évoque les réussites des Aiglons, beaucoup pensent d’abord à la superbe saison réalisée sous les ordres de Lucien Favre et terminée sur le podium de Ligue 1. 

Pourtant, justement, dès la saison 2012-2013, Puel avait réalisé l’exploit de propulser le club aujourd’hui entraîné par Patrick Vieira à la quatrième place du championnat, synonyme de qualification pour l’Europa League.

A Southampton, alors que son licenciement dès sa première saison à la tête des Saints pourrait laisser supposer qu’il n’y a rien accompli, les faits sont totalement différents. Puel a en effet amené ses joueurs en finale de la League Cup, perdue de justesse face à Manchester United (2-3), et a fait terminer le club à une honorable huitième place en championnat, quand on connaît la rude concurrence qui l’anime.

Néanmoins, ses meilleurs faits d’armes remontent sans doute au début de sa carrière de coach.

Sa première expérience en tant que numéro 1 a été sur le banc de son club de coeur, l’AS Monaco, où il réussit à remporter la Ligue 1 lors de la saison 1999-2000, avec plusieurs stars comme David Trezeguet et Ludovic Giuly.

Par la suite, à Lille, il remporta un succès mythique pour un club français dans l’antre de San Siro, face au grand Milan AC en 2006.

Tout est bien qui finit mal

Mais alors que plusieurs réussites ont couronné sa carrière de coach, pourquoi Puel n’a-t-il jamais vraiment convaincu, parfois au prix de son poste ?

Plusieurs observateurs pointent du doigt sa rigidité en terme de gestion des joueurs. A plusieurs reprises dans sa carrière, il a effectivement entretenu des relations tendues avec une partie de son vestiaire. En Angleterre, il a notamment éprouvé des difficultés avec le cas de Jamie Vardy, ou également avec Dusan Tadic à Southampton. 

Père de deux footballeurs professionnels, Paulin Puel et Grégoire Puel, qui évoluent respectivement à Avranches et au Gazélec Ajaccio, il a eu l’occasion d’entraîner les deux à l’OGC Nice. Cependant, son choix de faire jouer ses fils sur le terrain a été l’objet de multiples critiques, certains l’accusant de favoritisme dans une période sportive alors compliquée pour les Aiglons.

De manière générale, Puel a été confronté à un problème très commun pour les entraîneurs, à savoir la difficulté de maintenir de bonnes performances sur plusieurs saisons, dans des clubs habitués à perdre leurs meilleurs éléments à chaque mercato estival. Ainsi, s’il a plutôt bien commencé chacune de ses aventures à la tête de ses formations respectives, le coach âgé de 58 ans a souvent connu des dénouements malheureux. 

C’est vraisemblablement à Lyon que l’aventure s’est le moins bien conclue pour lui. Après avoir été démis de ses fonctions, Puel a en effet décidé d’intenter un procès contre ses ex-employeurs, les accusant de préjudice moral et professionnel.

Finalement, il n’a pas obtenu gain de cause, et cette douloureuse séparation a de surcroît tâché sa réputation.

Au vu de son parcours, la nomination de Claude Puel à la tête de l’ASSE n’a rien de surprenant, d’autant plus que l’OL n’est clairement pas resté dans son coeur avec cette séparation tumultueuse. 

Reste à savoir comment les supporters des Verts vont accueillir la nouvelle, même si une bonne performance lors du derby à venir pourrait déjà poser les bases de la nouvelle collaboration.

Paul Stefani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *