Coupe du Monde : Le Japon transcendé et historique

Coupe du Monde : Le Japon transcendé et historique

Pour la première fois de son histoire, le Japon va disputer un quart de finale de Coupe du Monde de rugby. Mais cette qualification n’a rien de surprenant, invaincus jusque-là avec un jeu flamboyant et les voilà en phase-finales.

En 2015, les Nippons avaient laissé la planète rugby sur une victoire spectaculaires contre l’Afrique du Sud en phase de poule. Et quatre ans plus tard, l’ovalie retrouve encore cette même équipe mais cette fois avec deux exploits incroyables et une qualification historique.

Une phase de poule tonitruante

Depuis le début de la compétition, les Japonais paraissent transcender, comme animer par une flamme. L’équipe hôte de cette Coupe du Monde termine même premier de sa poule devant l’Irlande et l’Écosse et avec 19 points sur 20 possibles. C’est tout simplement dingue puisque c’est la seule équipe avec le Pays de Galles à avoir pris autant de points. Les coéquipiers de Michael Leitch ont glané le point de bonus défensif lors de chaque match sauf celui contre l’Irlande.

Le Japon a joué le match d’ouverture contre la Russie. Et dès l’entame de la compétition, cette équipe a montré leur forme et le jeu voulu par le staff japonais. La rencontre se termine sur le score de 30 à 10 avec un bonus offensif en poche pour le Japon. Mais dans cette rencontre, c’était surtout l’occasion pour la pépite japonaise de se montrer. Kotaro Matsushima a réussi un triplé dans ce match pour montrer tout son talent au grand public et il ne va pas s’arrêter là.

Les Nippons ont également remporté facilement la rencontre face aux Samoans avec le bonus offensif. Une fois n’est pas coutume, Matsushima va marquer un essai en toute fin de match pour parachever une victoire bien acquise auparavant. Les joueurs des îles du Pacifique n’ont rien pu faire face au jeu des japonais et surtout face à la réussite et à ce surplus d’envie grâce au public.

Deux exploits retentissants

L’Irlande et l’Écosse semblaient être les favoris dans cette poule A mais c’était sans compter le Japon. Après un exploit en 2015 contre les Springboks, les deux équipes européennes étaient prévenus avant de jouer cette rencontre. Mais le Japon semblait intouchable lors de ces deux rencontres. Contre l’Irlande, le match a été plein de suspens mais les blancs et rouges se sont finalement imposés (19 – 12). Une équipe irlandaise indiscipliné et surtout trop apathique face à la fougue japonaise. Mais c’est dans le jeu que ces joueurs ont réussi ce premier exploit dans cette compétition.

Contre le Pays de Galles, le match s’est déroulé tout autrement. Le Pays de Galles s’est contenté de défendre sur sa ligne contre les assauts perpétuels des japonais mais a réussi à marquer un essai en tout début de match avant de subir. Une première période tonitruante du Japon avec 3 essais dont un nouveau de la part de l’ailier fantasque, Matsushima. Et après le retour des vestiaires la situation va s’inverser, puisque les japonais vont subir et défendre pendant 40 minutes. Les gallois vont revenir à 7 points de leur adversaire du jour mais sans jamais pouvoir renverser totalement la situation. Et finalement, le Japon va se libérer lors du coup de sifflet final.

Un jeu flamboyant

Le Japon joue un rugby qui fait se lever les foules, qui donne envie même les non-amateurs de ce sport. Lors de chaque match joué par cette équipe, les observateurs avaient le coeur rouge et blanc. Les individualités fortes du Japon étaient connues et ne faisaient aucun doute, mais cette année, quelque chose de plus rend cette équipe irrésistible. Un supplément d’âme, une part de chance et de réussite ou peut-être seulement le fruit d’un travail de longue haleine. 

La Nouvelle-Zélande, la France, l’Angleterre, l’Afrique du Sud, le Pays de Galles, l’Australie et le Japon voici les qualifiés pour les phases finales. Qualification en poche, le destin s’en mêle de nouveau. En quart de finale, le Japon va retrouver une équipe qu’il connaît bien puisqu’il s’agit de l’Afrique du Sud. Après l’exploit en 2015, les Nippons peuvent rêver d’un nouvel exploit et d’une demi-finale chez eux. Et pourquoi pas contre … la France.  

Bastien Rodrigues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *