Derby de Milan : l’Inter déroule, Giampaolo dépassé

Derby de Milan : l’Inter déroule, Giampaolo dépassé

Comptant pour la 4ème journée de Calcio A, le 219ème derby de la Madonnina offrait la possibilité à l’Inter Milan, meilleure attaque et défense du championnat, de creuser l’écart avec le Milan AC et de prendre la tête de la Série A. Et le pari est réussi pour la formation d’Antonio Conte. 

La compo du Milan :

La compo de l’Inter :

Avant d’être un derby important, l’opposition entre les 2 clubs milanais était un match dans le match entre Conte et Giampaolo, l’un étant invaincu contre le Milan AC (Conte) et l’autre n’ayant jamais perdu un derby. Conte est indiscutable et, statistiques à l’appui, permet à l’Inter Milan de renouer avec son glorieux passé tandis que son homologue rossonero ne fait pas l’unanimité. Malheureusement pour lui, Giampaolo a de nouveau péché. Présentant une équipe terne, sans Paquetá, ni Theo Hernandez ou encore l’Algérien Bennacer, l’AC Milan a de nouveau dû compter sur le trop instable Suso. Accompagné au milieu par Çalhanoğlou, Biglia et Kessie, l’entrejeu rossonero était trop pauvre pour servir Leão et Piatek. Les seuls éclairs du portugais en première période n’auront suffi à faire plier la charnière à trois des nerazzurri, complétée par l’excellent Godin. 

Donnarumma au secours du Milan

Trop peu soutenu par sa défense, malgré la bonne prestation de Romagnoli, le portier italien a été remarquable, comme l’illustre sa parade sur la tête de Lautaro Martinez à la 26ème minute. Il a maintenu son équipe à flots, malgré la domination technique et physique de l’Inter sur l’ensemble du match. Pour que Donnarumma s’incline, il faudra attendre le CSC (contre son camp) de Leão sur la frappe de Brozovic à la 49ème minute. Puis il échouera une nouvelle fois sur la tête de l’inévitable Lukaku (n’en déplaise aux supporters racistes) qui place une tête à bout portant sur un centre de Barella, à la 78ème minute de jeu. Défensivement, Conti et Musacchio ne sont pas exempts de tous reproches… 

L’inter armé pour le scudetto

Avec ses recrues de poids et son entraîneur Antonio Conte, L’Inter domine. Partisan du 3-5-2, Conte transmet ses valeurs de l’effort à cette équipe en quête de réussite. Et l’alchimie est sans pareille. Contre l’AC Milan, le résultat est logique. Et malgré une fin de match intéressante, après la rentrée de Paquetá et Hernandez, le déséquilibre est évident. Les 30 derniers mètres précédant la cage de Handanovič, le terrain est quadrillé. Asamoah et D’ambrosio sur les côtés réalisent une transition défensive rapide (en 5-3-2), endiguant les contre-attaques aux côtés de De Vrij, Godin et Skřiniar, permettant une relance propre, orchestrée par Brozovic, Barella et Sensi. La transition défensive, vive, permet une relance dans le petit périmètre grâce aux déplacements latéraux de Brozovic qui dispose ainsi de 4 options offensives entre ses pistons et ses milieux créateurs. Le jeu court, voire en une touche et les déplacements « essuie-glace » permettant d’étirer la défense, les attaques placés sont plus faciles et permettent les combinaisons dont Conte est si friand. En somme, la patte Conte est bel et bien là. Sarri et Ancelotti n’ont qu’à bien se tenir… 

Jules Arguel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *