Julien Blanc, faire du neuf avec du vieux

Julien Blanc, faire du neuf avec du vieux

Auteur d’un excellent début de saison avec le CAB, Julien Blanc est une des surprises de ce début de saison. Joueur n’ayant jamais réellement fait son trou dans les clubs où il a évolué il jouit aujourd’hui d’une excellente réputation au sein du Top14. Itinéraire du demi de mêlée.

Un parcours atypique

Lancé dans le monde professionnel assez tardivement, on oublierait vite que Julien Blanc a déjà 27 ans. Lui qui a été formé dans son club actuel a souvent voyagé lors de son début de carrière. Tout d’abord il rejoint l’Est du pays et plus particulièrement Oyonnax où il y passera une année. Avant de s’envoler direction Béziers, pendant lesquels, il jouera sous les couleurs bitteroises deux années. Un petit détour l’année dernière par la Section Paloise dans le Béarn avant de revenir ici  en Corrèze sous les couleurs blanches et noirs. Si le demi de mêlée a quitté ses clubs précédents c’est à cause de ses passages mitigés où le manque de temps de jeu s’est fait ressentir notamment l’année dernière du côté de Pau. Mais il n’a pas la moindre rancœur et dira dans une interview modestement «Je n’ai de revanche ou ne prends de revanche sur personne. Si j’ai quitté mes clubs précédents, c’est que j’avais aussi ma part de responsabilités». Fort de ses différentes expériences Julien Blanc rayonne cette année sur le terrain. Mais il le dit lui-même, il peut encore s’améliorer «J’ai la volonté de gagner en constance, de peser plus sur le jeu de mon équipe, m’améliorer techniquement comme tactiquement». Cette volonté de réussir se voit sur le terrain et le public d’Amédée Domenech le lui rend bien avec de multiples ovations bien méritées cette année. Son coach Jérémy Davidson dit de lui le plus grand bien «Il continue de progresser week-end après week-end, chaque semaine on a l’impression qu’il joue plus en équipe et qu’il exprime ses talents». Complètement installé au poste de numéro 9, Julien Blanc s’éclate en début de saison.

Une révélation de ce début d’année

Si Brive figure bien dans ce premier quart de championnat il le doit en parti à son demi de mêlée. Julien Blanc a participé à la totalité des matchs de son équipe. Titulaire 6 fois en 9 apparition il s’est rapidement imposé comme un cadre de l’équipe. Les matchs face au Stade Toulousain et Bordeaux-Bègles, deux grosses écuries du Top 14, ont démontré à tous les observateurs toute l’étendue de son talent. Auteur de 2 essais face à Toulouse et 1 contre l’UBB il contribue largement aux excellentes performances de son équipe à domicile et son invincibilité. Le demi corrézien sait à peu près tout faire sur un terrain. Comme évoqué il marque des essais mettant ses qualités athlétiques comme sa vitesse ou ses appuis sur le devant de la scène. Mais ce n’est pas tout ! Il est également l’auteur de geste de grande classe comme sa passe au pied pour son arrière Joris Jurand lors du match Brive-Bordeaux qui fut tout simplement splendide et permetta à son coéquipier d’aller dans l’en-but. Ses deux matchs et ses statistiques lui ont tout bonnement valu d’être élu joueur d’Octobre du Top 14.

Et maintenant ?

Ce week-end en Challenge Cup le demi de mêlée géorgien Lobzhanidze était titulaire, lui qui était de retour de la Coupe du Monde. Ajouté le champion du monde des moins de 20 ans Quentin Delord et David Delarue formé également ici en Corrèze et l’on a donc 4 garçons pour une seule place de titulaire. L’excellent début de saison de Julien Blanc le positionne logiquement à la place du titulaire. Mais il ne faut pas oublier que l’année dernière Lobzhanidze occupait le poste. Le succès à l’extérieur des brivistes ce week-end combiné à une bonne performance du géorgien va permettre aux entraîneurs et notamment à Jean-Baptiste Péjoine de compter sur des joueurs investis à 200% et une concurrence qui s’annonce féroce. Concurrence que n’appréhende pas Julien Blanc «Cela nous pousse à toujours travailler pour s’améliorer. C’est ensuite aux coachs de faire des choix». Grâce à ses nombreuses titularisations Julien part avec un avantages sur ses concurrents direct. Il espère continuer de jouer autant pour pouvoir aider son équipe à se maintenir et cela passera par des certitudes qu’il faudra trouver loin de leur Stadium.

Yohan Lemaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *