Le départ explosif de Grenade

Le départ explosif de Grenade

3ème à l’entame de cette 12ème journée de Liga, Grenade est l’équipe surprise de ce début de saison. Les coéquipiers de Maxime Gonalons ont même occupés la tête du classement, pour la première fois depuis 1973.

46 ans. Cela faisait 46 ans que l’on n’avait pas vu le club de Grenade sur la plus haute marche du podium. Le 29 septembre 1973, après un match nul 1-1 contre Murcie au soir de la 5ème journée. Ils seront délogés de cette place le lendemain par le Celta Vigo. Une petite journée en tête, une saison terminée à la 6ème place (son meilleur classement). Puis la traversée du désert. Les Nazaries descendent en 1976, et ne reverront l’élite du football espagnol qu’en 2011. 35 ans à végéter entre la deuxième et la quatrième division. Un retour en Liga qui durera 6 ans. 6 ans à lutter pour le maintien, puis la descente à nouveau. Avant de remonter la saison dernière. Promu, les spécialistes ne les voient pas bien hauts, aucun ne risquant à les voir plus haut que la 15ème place. Alors comment expliquer ce début de saison ?

Des joueurs d’expérience

Auteur d’une pré-saison parfaite, avec 7 victoires et autant de rencontres, l’équipe de Diego Martinez s’appuie sur de nombreux joueurs d’expérience. On connaît bien Maxime Gonalons, l’ancien lyonnais, prêté par l’AS Roma. Il reste dans le championnat espagnol, après une saison galère à Séville. Le revenant Roberto Soldado, 34 ans, ancien joueur du Real Madrid et de Valence et international espagnol, revient lui en Liga après un exil à Fenerbahçe. Ces deux recrues phares sont venus épauler le capitaine Victor Diaz pour encadrer une équipe dont la majorité des joueurs n’ont peu ou pas connu l’élite. Diego Martinez l’entraîneur, est lui-même un novice à ce niveau, mais est l’ancien adjoint d’Unai Emery à Séville. Malgré cela, les Rojiblancos ont démarrés cette saison en trombe, avec comme principal fait d’arme une victoire 2-0 contre le FC Barcelone. Mais ils ont également perdus 3 matches, et se retrouvent tout de même sur le podium.

Des cadors pas si dominants

On remarque que le trio habitué au podium n’est pas aussi dominant qu’à l’accoutumée. Entre le FC Barcelone, qui a dû composer sans Lionel Messi en début de saison tandis que la recrue phare, Antoine Griezmann, peine à s’imposer ; le Real Madrid, en pleine crise de résultats depuis bientôt 2 ans ; et l’Atlético Madrid en reconstruction, les habituels leaders n’ont pas réussis à creuser l’écart sur leurs poursuivants, mais sont tout de même 1er, 2ème et 4ème. Grenade va devoir survivre dans ce quatuor, mais pas avec les mêmes moyens. Selon Maxime Gonalons, l’équipe « ne se donne pas de limites » mais les belles histoires de début de saison ne durent que rarement jusqu’à la 38ème journée. Alavès l’an dernier avait montré de belles choses avant de rentrer dans le rang et de finir 11ème. L’exemple de Leicester en 2016 résonne encore aux oreilles de beaucoup de monde, mais il y a un long chemin jusqu’au titre pour Grenade. Une place européenne serait déjà un exploit pour un club qui ne visait rien de plus que le maintien en début d’exercice.

Elioth Salmon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *