Lev Yachine : l’araignée noire

Lev Yachine : l’araignée noire

A première vue pas fait pour le monde du football, Lev se lance en tant que gardien de but, poste qu’il occupait déjà au hockey sur glace. Et bien que ses débuts ne furent pas étincelants, Yachine, révolutionnaire du football, appartient désormais à la longue histoire du football et fait partie de ceux qui y ont grandement contribué…

A 21 ans, le jeune Lev découvre pour la première fois le monde professionnel du football. Lui qui jonglait entre sidérurgie et gardien de but de hockey sur glace à Moscou, il est finalement repéré par le club du Dynamo Moscou, Union soviétique. Il débarque en 1950 et réalise des débuts médiocres. Lors de son tout premier match professionnel, il encaisse 3 buts, dont le tout premier de sa carrière sur… un dégagement du gardien adverse ! Du reste, il ne jouera qu’un seul autre match de la saison 1950 – 1951, match nul, 2 partout. 1 saison, 2 matchs, 5 buts encaissés…

« Patience et conviction »

Le leitmotiv de Lev durant ces 2 années de réserve au Dynamo. Parallèlement, le portier de 21 ans s’entraîne aussi très dur, quitte son travail de sidérurgie pour se consacrer à l’entraînement et s’inspire du hockey, qu’il pratique encore à cette période là. Il passe 2 saisons avec l’équipe réserve, où il prend ses marques et finit par briller, réalisant 31 clean sheet, arrêtant 10 penalty. Il réintègre par la suite l’équipe première avec laquelle ses prestations semblent se bonifier avec les matchs. Il devient par la suite le portier de la sélection soviétique, avec laquelle il remporte l’Euro 60 contre l’éternel rival, la Tchécoslovaquie. 3 ans plus tard, Yachine devient le premier gardien ballon d’Or. Il est encore aujourd’hui le seul gardien à avoir reçu cette distinction. Pourtant malgré son palmarès inégalé à ce poste, l’araignée noire impressionne pour bien d’autres raisons…

Lev le révolutionnaire

A l’instar de ses pairs en 1917, le gardien du Dynamo Moscou avait en tête de révolutionner son statut. « Les gardiens se contentent de rester sur leur ligne quand ils peuvent contrôler toute la surface ». Des propos qui en disent long sur le personnage, tant le poste de gardien était minimaliste et réducteur dans les années 50 et 60. En plus des sorties de but spectaculaires, l’araignée noire (dont on comprend bien le surnom) est aussi l’instigateur des dégagements à la main. Il en a longtemps été moqué, jusqu’au jour où il fut le premier gardien  à délivrer une passe décisive. Encore un record… Et comme si ça ne suffisait pas Yachine est aussi le premier à avoir réaliser des dégagements au poing sur les centres adverses. BREF, malin le Lev. Au total, Yachine culmine à un total de 150 penalty arrêtés pour un exercice qu’il disait « incomparable au football tant cela tient au hasard ». 

Vous avez dit atypique ?

Comme si ses caractéristiques révolutionnaires, dépoussiérant intégralement le style de gardien de but, ne suffisaient pas, le portier du club moscovite était aussi un fan de mode. Il est le seul à l’époque à revêtir une tenue unie, noire (on s’en doutait), avec… un béret. Enfin, comble de l’originalité, Lev déclarait sur ses prestations de classe que sa préparation d’avant match se résumait à « une clope pour évacuer le stress et un verre d’alcool fort pour tonifier les muscles ». 

7 anecdotes impensables sur Lev Yachine 

Parti en 1990, à l’âge de 60 ans, le gardien moscovite demeure dans les mémoires du football mondial comme une légende, comme en témoigne son titre posthume de meilleur gardien du 20ème siècle. 

Jules Arguel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *