Mardi 6 et mercredi 7 juillet : l’Italie et l’Angleterre s’envolent vers la finale de l’Euro

Mardi 6 et mercredi 7 juillet : l’Italie et l’Angleterre s’envolent vers la finale de l’Euro

On connaît désormais l’ultime affiche de l’Euro 2020. Mardi 6 et mercredi 7 juillet, le stade emblématique de Wembley accueillait les demi-finales de la compétition. Deux rencontres très disputées, dont l’issue s’est dessinée après les 90 minutes réglementaires. Résultat : l’Italie a pris sa revanche de 2012 sur l’Espagne et l’Angleterre accède à la première finale de son histoire, aux dépens des valeureux Danois.

 

  • Italie – Espagne : la Roja éliminée aux tirs au but

C’était le choc tant attendu des demies. Un remake de la finale du championnat d’Europe 2012, où la Roja avait humilié la Squadra 4 buts à 0. Seulement, cette fois-ci, la roue semble avoir tourné. Dès la 20ème minute de jeu, les hommes de Roberto Mancini avertissent leurs adversaires du jour. Dans le couloir gauche, Emerson et Insigne réalisent un une-deux parfait qui enrhume toute la défense. Le Brésilien de naissance, latéral de Chelsea, se retrouve vite face au portier espagnol, Unai Simon, qui est sorti en dehors de sa surface. Il transmet alors à Ciro Immobile, qui n’a plus qu’à tirer dans les cages vides mais les défenseurs se précipitent sur lui et l’empêchent de conclure. A quelques secondes de l’entracte, le duo Emerson-Insigne est encore une fois à l’origine d’une grosse occasion mais le ballon finit sa course sur la transversale. Côté Roja, une seule action dangereuse est à mentionner. 0-0 à la mi-temps.

En deuxième période, les espaces s’ouvrent et les contre-attaques se multiplient. A l’heure de jeu, le gardien italien, Gianluigi Donnarumma relance vite à la main. Les attaquants de la Nazionale se déploient à toute vitesse. Federico Chiesa, ailier droit de la Juventus, finit par déclencher une belle frappe enroulée. Unai Simon n’a même pas le temps de plonger. 1-0. La Squadra Azzurra est bien plus entreprenante qu’en première mi-temps et les protégés de Luis Enrique semblent désabusés. Pourtant, contre le cours du jeu, le remplaçant Alvaro Morata va permettre à son équipe de recoller au score, après un une-deux avec Jordi Alba. 1-1. Fin du temps réglementaire.

Pendant les prolongations, la Roja pousse pour éviter la séance de tirs au but. Rien n’y fait : Gianluigi Donnarumma est infranchissable. Premiers à s’élancer, Manuel Locatelli et Dani Olmo ne parviennent pas à transformer leur pénalty. Les cinq suivants réussissent sans trembler. Puis Alvaro Morata, héros de l’Espagne quelques minutes plus tôt, bute contre le portier italien. 3-2. Jorginho, milieu de terrain de Chelsea, a le sort de la rencontre entre ses mains. Il prend à contre pied Unai Simon et envoie le ballon faire trembler les filets tout en douceur. La Squadra tient sa revanche et se qualifie pour la finale de l’Euro pour la quatrième fois de son histoire.

 

  • Danemark – Angleterre : les Dynamites y ont cru jusqu’au bout

Moins impressionnant sur le papier, le second choc de ces demi-finales n’en demeurait pas moins historique. Et pour causes : les enjeux étaient de taille. D’un côté, l’Angleterre rêvait de décrocher son tout premier ticket pour une finale de championnat d’Europe. De l’autre, le Danemark, outsider, poursuivait sa folle épopée depuis l’accident cardiaque de son capitaine Christian Eriksen, lors de la première journée de compétition.

Passé le premier round d’observation, les Three Lions installent progressivement leur domination, sans parvenir à se montrer très dangereux. En face, les Danois savent qu’ils vont souffrir et qu’il ne faudra pas laisser passer les occasions. A la demi-heure de jeu, l’arbitre leur accorde un coup-franc, aux abords de la surface. L’ailier gauche des Dynamites, Mikkel Damsgaard décoche une somptueuse frappe, qui s’envole au-dessus du mur et retombe juste en-dessous de la transversale de Pickford. Le portier britannique est impuissant. 1-0. La foudre vient de s’abattre sur Wembley.

Dès lors, les hommes de Gareth Southgate se révoltent. A la 38ème, Raheem Sterling est à deux doigts d’égaliser, mais le gardien danois sort une parade réflexe. Une minute plus tard, les Lions reviennent à la charge. Harry Kane lance Bukayo Saka dans la profondeur. Le milieu d’Arsenal centre fort en direction de l’attaquant de Manchester City. Sous pression, le défenseur central Simon Kjær pousse le ballon au fond de ses propres cages. 1-1. Mi-temps.

Dans le deuxième acte, les deux gardiens, Jordan Pickford et Kasper Schmeichel, sont mis à rude épreuve. Leurs magnifiques arrêts permettent aux deux équipes de rester dans la course. Finalement, à la fin du temps réglementaire, Anglais et Danois sont toujours incapables de se départager et disputent donc les prolongations. Dans cet exercice de ténacité, les Lions surclassent les Dynamites. Ils multiplient les occasions de but et asphyxient la défense adverse. A la 103ème minute, alors que Raheem Sterling zigzague dans la surface de réparation, il est accroché à la cheville et s’écroule. L’arbitre siffle pénalty. Harry Kane prend ses responsabilités et le transforme. 2-1. L’Angleterre jouera donc la première finale de son histoire. Fin de l’histoire pour le Danemark.

 

Emmanuel Clévenot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *