Mercredi 23 juin : l’Espagne, la France, l’Allemagne et le Portugal au bout du suspens

Mercredi 23 juin : l’Espagne, la France, l’Allemagne et le Portugal au bout du suspens

Hier, mercredi 23 juin, avaient lieu les derniers matchs de la phase de poule de l’Euro 2020. Après douze journées intenses, c’était aux groupes E et F de mettre fin à un suspens insoutenable. En mauvaise posture avant le coup d’envoi, la Roja s’est rassurée en balayant la Slovaquie. Pendant ce temps, la Suède confirmait sa position de leader, contre la Pologne. Côté groupe F, les quatre équipes en lice nous ont offert un spectacle incroyable. Le classement a évolué tout au long de la soirée pour finalement se figer en faveur de la France, de l’Allemagne et du Portugal. Résumé.

  • Groupe E : la Suède en haut du podium, l’Espagne se rassure

Avec deux matchs nuls au compteur à la veille de la troisième journée, l’Espagne se devait de réagir pour éviter de plier bagage. Face à elle, une équipe slovaque déterminée à conserver sa seconde place. Dès l’entame, les Bleus et Blancs sont sous pression et concèdent un pénalty à leurs adversaires. Morata s’élance, frappe en force à droite du gardien, mais ce dernier repousse le ballon d’une main ferme. Premier avertissement. A partir de ce moment-là, les hommes de Luis Enrique vont surpasser la Slovaquie dans tous les domaines. Un but contre-son-camp en faveur de la Roja va débloquer la situation à la demi-heure de jeu, puis Aymeric Laporte va faire le break juste avant la mi-temps. En seconde période, la Seleccion ne relâche pas la pression : Pablo Sarrabia, le milieu offensif du PSG, inscrit un troisième but à l’heure de jeu, suivi de Ferran Torres, à la 67ème. Quatre minutes plus tard, Juraj Kucka va tristement imité son coéquipier en offrant nouveau contre-son-camp aux Espagnols. Score final : 5-0. Rien que ça.

A 18 heures, se jouait dans un même temps le match entre la Suède, première et la Pologne, lanterne rouge. Malgré une partie très accrochée, la hiérarchie va être respectée. Deux minutes seulement après le coup d’envoi, l’ailier gauche du RB Leipzig, Emil Forsberg profite d’un cafouillage dans la surface de réparation polonaise pour ouvrir la marque. Quelques minutes plus tard, Lewandowski a l'(énorme) occasion d’égaliser, mais ces deux têtes consécutives rebondissent sur la barre transversale… Au retour des vestiaires, Emil Forsberg va récidiver, creusant l’écart. Loin d’être achevés, les hommes de Paulo Sousa vont au contraire se réveiller. Deux minutes après le 2-0, le roi Robert réduit le score sur une contre-attaque et une finition magnifique. Le n°9 du Bayern Munich signe même un doublé en toute fin de rencontre. Mais c’était sans compter le sursaut d’orgueil des hommes de Janne Anderssonn, qui scellent le sort de la Pologne dans le temps additionnel. Score final : 3-2.

Conséquences au classement : Installée confortablement sur la première marche du podium, la Suède a confirmé son leadership et remporte donc ce groupe E. Au meilleur des moments, l’Espagne se réveille et décroche son ticket pour les huitièmes. Grosse désillusion pour la Slovaquie, passée de la première à la troisième place, et la Pologne, qui terminent ici leur parcours.

 

  • Groupe F : la Hongrie, les grands perdants d’une soirée folle

On l’avait surnommé le “groupe de la mort” et il a tenu toutes ses promesses. Les deux derniers matchs de la poule F opposaient la France au Portugal et l’Allemagne à la Hongrie. Avant les coups d’envoi simultané de ces rencontres, les quatre équipes pouvaient encore se qualifier et seuls les Bleus étaient assurés de filer en huitièmes… mais à quelle place ? Là se trouvait tout l’enjeu pour les hommes de Didier Deschamps : conserver leur première place coûte que coûte.

Après 11 minutes de jeu, les Hongrois sont les premiers à faire mouche, à Munich, face à la Mannschaft. A ce moment-là, les coéquipiers de Thomas Müller sont éliminés de la compétition. Pendant ce temps, Cristiano Ronaldo donne l’avantage aux siens sur un pénalty concédé par Hugo Lloris. En voulant boxer la balle dans les airs, le portier français a donné un violent coup de coude à Danilo Preiera. Juste avant la pause, Karim Benzema va répondre à son ancien partenaire de club. Semedo bouscule légèrement Mbappé dans la surface. Ce dernier s’écroule (avec un peu d’exagération) et l’arbitre indique le point de pénalty. KB9 prend ses responsabilités et le transforme sans trembler. Son premier but depuis son retour chez les Bleus. A la mi-temps, la France reste première de son groupe, suivie du Portugal et de la Hongrie. L’Allemagne est quant à elle éliminée.

Dans le second acte, le classement va à nouveau être bouleverser. A Budapest, l’attaquant français du Real Madrid n’est pas rassasié. Deux minutes après être revenu sur le pelouse, il signe un doublé sur une passe en profondeur parfaite de Paul Pogba. 2-1. La Hongrie est désormais deuxième du groupe ! Mais les réjouissances vont être de courte durée puisque l’arbitre va accordé un second pénalty à la Seleção, le troisième du match, pour une main de Jules Koundé. Un contre-pied de CR7, imparable pour Hugo Lloris. 2-2. Le Portugal retrouve la seconde marche du classement et le score à Budapest en restera là. Toutefois, la soirée est loin d’être terminée… A la 66ème, les hommes de Joachim Löw, menés depuis la 11ème minute, vont recoller au score sur coup de pied arrêté. Dès lors, la Hongrie retombe tout en bas du classement et la Mannschaft grimpe de la 4ème à la 2ème place. Cependant, deux minutes plus tard, le milieu hongrois Andras Schafer permet à son pays de repasser devant. L’Allemagne est à nouveau en passe d’être éliminée. Cette pression insoutenable pour les champions du monde 2014 va prendre fin à quatre petites minutes de la fin du temps réglementaire, avec une nouvelle égalisation signée Leon Goretzka. Le tableau d’affichage ne bougera plus : malgré une folle performance, les Hongrois sont éliminés de la compétition.

Conséquences sur le classement : La France conserve donc sa première place. L’Allemagne, longtemps sur la sellette, termine finalement sur la deuxième marche du podium. Le Portugal se qualifie parmi les meilleurs troisièmes. Et la Hongrie rentre à la maison.

 

Emmanuel Clévenot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *