Mes Tops et Flops de cette 9e journée de Top 14

Mes Tops et Flops de cette 9e journée de Top 14

Le Top 14 a repris ses droits. Entre le remake de la dernière finale, le derby parisien et le retour des internationaux, c’était un week-end agité que nous offrait notre spectaculaire Championnat de France.

Mes Tops :

  • Teddy Thomas voit triple

Le match entre les deux équipes franciliennes ressemblait au derby de la peur. Et entre le 13e et 14e au classement c’est le Racing qui s’est imposé. Une victoire assez large au cours duquel un homme s’est mis en évidence. Teddy Thomas a inscrit un triplé et a porté son équipe. L’ailier international qui ne faisait pas parti de l’aventure au Japon, a sorti ce dimanche ses plus beaux habits de lumières. Opportuniste et finisseur il a inscrit la totalité des essais de ce derby. D’abord en déverrouillant le match à la 11e minute avant d’offrir le bonus à son équipe sur le gong.  Interviewé à la fin du match, Thomas ne s’est pas enflammé, il se dit “avoir l’habitude de marquer des essais” en gardant dans sa tête 2023 qui est “un objectif mais pas le premier.”

  • Toulouse renaît grâce à ces internationaux

Toulouse affrontait Clermont ce week-end dans un stadium parée de ses plus belles couleurs. Premier test grandeur nature pour les deux équipes qui voyaient le retour tant attendu de leurs internationaux notamment côté toulousain. Avec la titularisation des Médard, Huget ou encore Ntamack on a retrouvé le temps d’une soirée le fameux “jeu de mains jeu de toulousains”. Les 3 premiers essais sont l’oeuvre de Guitoune après une merveille d’action collective, Médard venu de son aile opposé sur une nouvelle passe de Ramos et Ntamack qui coucha sur deux crochets dévastateurs Abendanon et Raka. Les clermontois n’ont rien pu faire, ces toulousains là sont trop fort. Une victoire net et sans bavure 34-8 qui voit revenir les rouges et noirs à seulement un point des jaunards.

  • Pau est troisième

Ce derby basco-béarnais n’a pas permi aux acteurs de grandes envolées. Le vent et la pluie présente à Jean Dauger ont rendues les conditions de jeu déplorables voire exécrables. Dans un duel de buteurs, c’est l’ouvreur du Béarn qui s’en est le mieux sorti. Les palois ont battus les ciels et blancs, qui n’avaient plus rien de blanc à la fin du match, 9 à 3. 9 points d’Antoine Astoy face aux 3 de Barthélémy qui a touché une fois le poteau, le troisième cette saison déjà. Solides et concentrés les hommes de Godignon n’ont pas cédé dans les derniers instants du match lorsque les bayonnais multipliaient les coups de boutoir. Ils sortent donc vainqueurs d’un énorme combat à défaut d’un énorme match de rugby mais on ne peut pas en vouloir aux acteurs qui ont pourtant essayés. Pau est un surprenant troisième, mais avec déjà deux victoires à l’extérieur et non des moindres ici et à Clermont c’est mérité.

Mes Flops :

  • Picamoles déconne

On joue la 80e minute à Mayol, le score est alors de 19-19. Montpellier se met en marche et enclenche une de ses spécialités : le ballon porté. Celui-ci avance et les toulonnais se mettent à la faute. Les joueurs du MHR décident de jouer l’avantage. Avantage qui ne profitent pas, Mr Charabas siffle donc pénalité. La pénalité de la gagne. Mais au même moment une petite empoignade a lieu. Elle implique Louis Picamoles. Le hic? Le capitaine du MHR a mit sa main sur le visage de son adversaire. Il ne laisse donc pas le choix à l’arbitre de la rencontre de retourner la pénalité. Les espoirs de victoire montpelliérains s’envolent et heureusement pour Picamoles les toulonnais n’iront pas inscrire le moindre point sur la pénalité. Match nul 19-19 qui laisse un goût amer au coach Garbajosa qui n’a que très peu aimé le geste de son joueur.

  • Brive se saborde

Brive tenait sa première victoire à l’extérieur de la saison. Enfin ça c’était jusqu’à la 80e minute. Sur un placage à l’épaule de Galala sur le visage de Geoffrey Palis, l’arbitre de la rencontre, Mr Castaignède siffla une pénalité en faveur du CO. Le sort de la rencontre repose donc sur le pied de Julien Dumora. L’ouvreur castrais qui avait déjà inscrit 10 points passa cette pénalité le long de la ligne de touche. Il a tenu la dragée haute à Thomas Laranjeira hauteur lui de 16 points. Pierre Fabre pouvait exulter. Les brivistes, eux, repartent donc avec seulement 1 points. Ils peuvent nourrir d’énormes regrets car leur match était parfait jusqu’à cette 82e minute. Deux essais et Laranjeira leurs avait permis de rester dans le match mais leur indiscipline leur à une nouvelle fois coûté cher.

  • Le Stade Français chute encore

Jusqu’où va continuer de chuter le Stade Français? Alors certe il ne descendront plus au classement étant donné qu’ils occupent actuellement la 14e place. Mais à la fin de la saison mieux vaudra ne plus être à cette place là, synonyme de ProD2. Pourtant tout laisse à penser que les parisiens y vont tout droit. Leur prestation insipide dans le derby en est la preuve. Avec déjà deux défaites en 4 matchs à Jean-Bouin le Stade Français ne semble pas prêt à lutter pour le maintien. Ils sont actuellement à 7 points d’Agen, premier non relégable. Mais au-delà des chiffres ce sont les hommes qui inquiètent. Joueurs et staffs sont complètement dépassés par ce qu’il se passe et sans une remise en questions à tous les étages du club, l’étage inférieur va lentement se rapprocher. Espérons qu’il ne soit pas déjà trop tard.

Yohan Lemaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *