Pep Genesio : mi-figue mi-raisin

Pep Genesio : mi-figue mi-raisin

Arrivé le 24 décembre 2015 aux commandes de l’olympique lyonnais pour remplacer Hubert Fournier, Pep Génésio s’est donc vu offrir un joli cadeau de noël par son président Aulas. Cadeau qu’il s’est appliqué à rendre à son club en le redressant sportivement, notamment en se qualifiant en Ligue des Champions. Pourtant le technicien français a toujours été contesté et n’a jamais vraiment conquis les supporters, victime de son irrégularité et de son pragmatisme décevant. Retour sur un parcours contrasté et déséquilibré.

Après le limogeage d’Hubert Fournier, Bruno Génésio redonne un nouveau souffle à la formation lyonnaise. Et avec la manière ! Pour son premier match officiel, l’ancien milieu de terrain du FC Martigues (et oui ça existe !) voit les siens s’imposer sur un score fleuve de 7 buts à 0 en coupe de France, contre Limoges. Et pour sa première dans la Ligue des Talents, Pep n’a pas fait dans le détail non plus : 4-1 contre l’ESTAC Troyes pour la première au parc OL. De quoi donner espoir aux supporters olympiens. Et pourtant… L’exercice 2015-2016 se solde sur une qualification européenne glanée contre Monaco (6-1) à la 37ème journée. Mais la saison suivante est décevante. Élimination précoce en coupe d’Europe et parcours irrégulier en championnat agacent les supporters mais pourtant, la demi-finale d’Europa League convainc Aulas de garder son coach.

Irrégularité : le motif de la rupture

Si l’exercice 2016-2017 témoigne bien d’une chose, c’est l’impuissance de Génésio face à l’irrégularité de ses joueurs. Rien de plus agaçant pour les Gones (surnoms des joueurs et fans du club) qui voient le club enchaîner des résultats invraisemblables, partagés entre Masterclass contre Paris ou Manchester United et désillusions contre le FC Nantes. Des résultats qui correspondent cependant a un entraîneur totalisant deux records paradoxalement opposés : le nombre de défaites le plus important pour un coach lyonnais mais aussi le nombre le plus important de points glanés par saison. Du Génésio dans le texte…

Après la rupture, le divorce

Souvent interrogé par la presse au sujet de sa popularité auprès de ses supporters, Bruno Génésio répétera inlassablement se sentir « à l’aise au sein du staff et prêt à affronter les critiques des supporters », toujours avec l’appui de son président, Jean-Michel Aulas. Seulement le 3 Septembre 2018, l’hostilité des supporters est illustrée par quelques ultras venus provoquer l’entraîneur à la sortie d’un restaurant. L’acte 2018-2019 sonne le début de la fin. Et ça ne va pas en s’arrangeant pour le technicien français. Avec des résultats toujours très mitigés malgré une campagne européenne assez honorable (invaincu en phase de groupe), Génésio perd aussi la confiance d’Aulas. Les « coups de com » du président, vraisemblablement à la recherche d’un remplaçant, ont été mal vu par le technicien français. La goutte d’eau pour Pep… Après son revers contre Nantes le 13 Avril 2019, il annonce sa démission une fois la saison terminée.

En souhaitant au technicien de partir de la meilleure des manières, lui dont le club est actuellement 3ème, avec 5 points de retard et une  journée d’avance sur Lille, deuxième.

Jules Arguel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *