Pourquoi la Premier League est si attractive ?

Pourquoi la Premier League est si attractive ?

Le championnat anglais est réputé pour son niveau de jeu très élevé. La lutte pour le sacre y est acharnée. Tout fan de foot qui se respecte ne peut que prendre du plaisir face aux joutes anglaises du week-end. Mais quelles sont les raisons du succès de la Premier League, de sa pérennité au plus haut niveau et de ses spécificités comparé aux autres grands championnats ?

Les équipes

La Premier League est sans conteste le championnat où le fossé entre les équipes est le moins profond. On parle de « Big Six » en désignant les six favoris à la victoire finale en championnat. Comme l’observe José Mourinho, il n’y a pas vraiment de nette domination d’une seule équipe à l’image d’un PSG, Juventus ou Bayern dans leurs championnats respectifs. Même si il y a des tendances sur trois ou quatre ans. Aucun match n’est joué d’avance et chaque rencontre est une véritable bataille. Une équipe de bas de tableau a toutes ses chances contre une équipe qui joue les premiers rôles. Le trophée de Premier League a ainsi plus de valeur que ceux des championnats pliés en mars. Certaines équipes réservent aussi parfois de belles surprises. À l’image du sacre aussi inattendu que spectaculaire en 2015-2016 de Leicester.

La culture foot

David Beckham disait, à propos des anglais : « We have a lot of passion ; football is something which runs through our veins » (“nous avons beaucoup de passions, le football coule dans nos veines”). En effet l’engouement pour le sport qu’ils ont inventé se répercute sur l’attractivité du championnat d’outre Manche. Les stades sont immenses, avec une capacité moyenne de 37000 places. Le taux de remplissage y est élevé ce qui permet une ambiance toujours au beau fixe. Ces facteurs attirent les investisseurs. Les droits télés s’élèvent à plus de trois milliards d’euros répartis entre les 20 clubs. Ceci permet de dépenser des sommes colossale sur le marché des transferts, attirer des tops joueurs et donc rehausser le niveau sportif. Le championnat britannique propose aussi un grand nombre de derbys, ce qui augment le niveau d’implication d’un supporter. De plus la tradition oblige la tenue du « boxing day » : un jour de match le 26 décembre pendant que les autres championnats sont en trêves hivernale. Généralement ce sont des derbys qui se tiennent pour éviter de trop longs déplacements aux joueurs. Cet événement représente la quintessence de la passion anglaise pour le ballon rond. 

Tout pour le jeu

Un aspect moins évident mais qui participe à rendre unique ce championnat : la volonté de faire ressentir au spectateur l’essence du jeu. Cela se traduit sur le terrain mais aussi par la retransmission télé. En effet, sur le terrain on remarque que l’arbitre s’efface le plus possible derrière le jeu. L’homme en noir est plus laxiste sur certaines fautes et ne donne pas de coup de sifflets quand la faute est incontestable, un simple signal verbal suffit. Les bords de terrains derrière les cages sont toujours épurés et pas pollués de publicités. Cela pour sublimer la beauté des actions, du but. L’habillage visuel doit être propre. En dehors des stades, c’est à la télé que les matchs anglais sont suivis. Les commentateurs, eux aussi, laissent la place au jeu. Ils ne tentent pas de meubler à tout prix et n’apportent que de courtes analyses et des éclairages. Ils laissent l’ambiance du stade faire le travail d’immersion. Le silence est d’or et les commentateurs préfèrent laisser le jeu s’exprimer. De plus la réalisation est épurée. Les plans larges sont favorisés pour une meilleur observation et analyse des actions pour les téléspectateurs. Cela va même jusqu’aux pelouses. Taillées pour favoriser un football rapide et offensif, ces billards sont aussi très agréables à regarder à l’écran. Tant de détails qui participent à l’immersion du spectateur, comme s’il était en tribune latérale.

Un peu de nuance

La Premier League est crédible pour le titre de meilleur championnat pour toutes les raisons évoquées mais elle contient aussi quelques faiblesses et points négatifs. La prolifération de buts s’explique aussi par la faiblesse des défenses. L’écart commence à se creuser entre les très grosses écuries et les équipes plus modestes. L’écart se traduit financièrement, dans le jeu, au niveau tactique et donc dans le niveau de suspens ou de qualité de la compétition. De l’argent un peu gaspillé sur certains transferts comme ceux de joueurs anglais trop souvent surcôtés. Une formation anglaise très faible et à revoir. Des clubs de légende en perdition. Et enfin les tarifs pour aller au stade ne cessent d’augmenter et cela peut avoir des retombées négatives sur l’affluence et l’ambiance des stades. Mais ces facteurs ne font qu’à peine ébréché le monument qu’est la Premier League dans le paysage footballistique.

Eliot Poudensan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *