Qu’attendre de TFC-PSG ?

Qu’attendre de TFC-PSG ?

Chaque club de Ligue 1 s’offre un match de gala à domicile face au PSG lors de sa saison : au tour du TFC. Mais n’est-ce pas un cadeau empoisonné de jouer l’ogre parisien tant on a vu de scores fleuves sur les dernières saisons (9-0 Troyes, 8-0 Dijon…) ?

En revanche, c’est aussi l’opportunité de signer un exploit, à savoir vaincre le leader incontesté du championnat, qui part grandissime favori dans cette rencontre. Donc au final, le Tef n’a t-il pas plus à gagner qu’à perdre ?

Zoom sur les enjeux auxquels les deux clubs seront confrontés.

Les enjeux pour le TFC

Côté toulousain, le groupe entraîné par Alain Casanova s’est quitté avant la trêve internationale sur une meilleure dynamique, marquée par deux performances plutôt satisfaisantes après la débâcle face à l’OL (5-1).

En effet, les Toulousains ont enfin décroché leur première victoire à domicile (en Ligue 1) depuis le 25 août 2018 (1-0 face à Nîmes). Avec une courte, mais précieuse, victoire face à Guingamp (1-0) début mars, le TFC assure ainsi quasiment son maintien dans l’élite.

Ensuite, juste avant la trêve, les hommes de Casanova ont pris la direction de Nice et ont réussi à accrocher les Aiglons (1-1) habituellement solides à domicile.

Conséquence de ces deux dernières journées, avant de recevoir le PSG, le TFC dispose toujours d’un matelas de 10 points d’avance sur le barragiste (Guingamp, 22 points). Logiquement, le Téfécé devrait donc dès à présent pouvoir jouer sans pression et regarder plus haut au classement puisque le top 10 reste accessible en cas de bonne série, le club de la ville rose ayant pour l’instant 7 longueurs de retard sur ce dernier.

Cependant, il y a une grande différence entre ce qui est possible au niveau comptable et la réalité du terrain. Le risque que Toulouse ne montre plus aucune ambition en fin de saison et se repose sur ses lauriers reste très présent, comme en témoigne la récente déclaration de Casanova :

Enfin, alors qu’une équipe type semble enfin se dessiner, un autre enjeu de ce match subsiste autour du poste de gardien mais le forfait de dernière minute de Mauro Goicoechea, auteur de bonnes performances récemment en remplacement de Baptiste Reynet, va forcer la main du coach toulousain qui devrait donc titulariser l’ancien dijonnais.

Les enjeux pour le PSG

Coté parisien, l’élimination en Ligue des Champions face à Manchester United a clairement entamé le moral des troupes. Désormais, le PSG est en lice dans deux compétitions nationales dont il est le grandissime favori, à savoir la Ligue 1 et la Coupe de France. Bien que les joueurs parisiens soient des professionnels, un relâchement et une baisse de motivation sont clairement envisageables, d’autant plus que le club de la capitale compte 20 longueurs d’avance sur son dauphin, avec un match en moins. Autant dire que le TFC a un coup à jouer, dans un contexte de reprise suite à la trêve internationale, qui aura privé le PSG d’une grande partie de son effectif, un effectif déjà diminué par les absences de Neymar, Cavani, Di Maria, Draxler, Alves et Meunier.

Les résultats des derniers TFC - PSG

Depuis plusieurs années, recevoir le club de la capitale sur l’île du Ramier est toujours un événement spécial pour les Toulousains. Pourtant, sur les dix dernières années, le bilan est en défaveur des Violets face à cet adversaire forcément largement supérieur depuis l’arrivée des Qataris. En effet, sur les dix dernières réceptions du PSG, le Tèf a réussi à vaincre les Parisiens à seulement trois reprises – dont deux en 2009, avant le rachat du club -. Les autres matchs se sont soldés par six défaites, plus ou moins lourdes, et un match nul en 2014.

Pendant la trêve internationale, la cellule de communication du TFC a beaucoup mis en avant la large victoire (4-1) des Violets au Stadium le 22 mars 2009 avec les témoignages d’anciens joueurs (Capoue, Sissoko et Diop) et un grand résumé de cette soirée mythique.

Plus récemment, c’est en 2016, sous Pascal Dupraz, que les Toulousains ont réussi l’exploit de renverser le club de la capitale au Stadium.

Encore sur la folle dynamique d’un maintien héroïque, les Violets avaient poursuivi leur série d’invincibilité à domicile malgré la grosse affiche. Score nul et vierge à la mi-temps de cette rencontre mais en début de seconde période, tout s’accélère avec l’expulsion de Serge Aurier et le penalty obtenu par les hommes de Dupraz. Martin Braithwaite absent, le Pitchoun Yann Bodiger se charge de transformer ce penalty et donne l’avantage aux siens. A dix minutes du terme, Jimmy Durmaz alourdit le score en inscrivant le deuxième but violet et fait chavirer un Stadium déjà en ébullition. Ce soir là, Toulouse passe alors co-leader de Ligue 1, à égalité de points avec Nice. Dimanche, c’est un tout autre match, dans un contexte très différent, qui attend les joueurs du Téfécé.

Comment aborder ce match côté toulousain ?

En 2016, Pascal Dupraz avait donc accompli quelque chose de peu commun face au PSG, à savoir rester invaincu sur une saison de championnat face au club de la capitale. Mieux, son TFC  s’était même offert cette victoire de prestige en début de saison face aux joueurs alors entraînés par Unai Emery. Quelles avaient alors été les clés de ce succès ? Comment le TFC doit-il aborder cette rencontre de dimanche, pour pouvoir espérer signer un nouvel exploit ?

“Pourquoi ne pourrait-on pas battre un club plus riche ? Je n’ai jamais vu un sac de billets marquer un but… »

Telle est l’analyse de Johan Cruyff, qui ne se vérifie néanmoins pas tellement dans les résultats du PSG en Ligue 1 depuis plusieurs saisons. Rares sont les formations à pouvoir se vanter d’avoir fait chuter le tenant du titre, et encore plus rares celles évoluant en seconde moitié de tableau. Pourtant, tout reste possible, et l’élimination du PSG en Coupe de la Ligue il y a quelques mois face à Guingamp, alors lanterne rouge à l’époque, en est une preuve.

Quelle est alors la recette pour remporter ce match de prestige ? Il faut tout d’abord avoir à l’esprit qu’elle nécessite beaucoup d’ingrédients, et qu’une infime erreur peut tout faire rater. En effet, face à des joueurs d’exception, aux palmarès bien garnis, la punition peut venir à tout moment. Cependant, sous cette analyse, un risque existe : adopter un sentiment d’infériorité avant de débuter le match, et ainsi s’imaginer déjà perdant.

On comprend donc à quel point la causerie d’Alain Casanova avant le match sera cruciale, quant au message qu’il transmettra à ses joueurs. Son objectif sera double : faire comprendre aux Violets qu’ils ont les capacités pour vaincre le PSG, tout en leur rappelant l’importance d’être concentrés pendant 90 minutes afin de ne pas donner le bâton pour se faire battre.

 

Quelle approche tactique face à une équipe aussi complète ?

Bien que le conditionnement psychologique des joueurs avant une telle affiche soit un élément incontournable pour espérer l’emporter, l’approche tactique se doit d’être minutieuse et compréhensible par l’ensemble de l’effectif afin de tenter de pallier à la différence intrinsèque de niveau entre les deux formations.

La plupart des équipes de Ligue 1, pour ne pas dire toutes, adoptent une tactique très défensive face au PSG, tant conserver le ballon face aux hommes de Tuchel paraît mission impossible. Ce choix, à première vue “logique”, comporte néanmoins son lot de risques : en effet, pour marquer, il faut avoir le ballon. Ainsi, laisser un trop fort taux de possession à des  Parisiens capables à tout moment d’un coup de génie peut s’avérer contre-productif, d’autant plus qu’un bloc bas est davantage exposé à des coups de pied arrêtés, une inconnue que beaucoup d’entraîneurs souhaitent éviter face à des clubs disposant de joueurs de top niveau.

Quelle tactique Casanova va-t-il alors envisager ? On devrait vraisemblablement retrouver une formation du TFC bien en place défensivement, et prête à tenter sa chance en contre-attaque, avec Yaya Sanogo en point de fixation sur les premières relances. La grande interrogation réside autour de l’intensité et le pressing que les Violets mettront (ou non) en oeuvre, face à des Quel adversaires sans doute moins concernés en ce moment par un championnat qu’ils dominent outrageusement. La qualité technique de joueurs comme Gradel ou Manu Garcia pourrait s’avérer payante, mais Casanova prendra-t-il le risque de titulariser le joueur prêté par Manchester City, avant tout un joueur de possession ? La composition en dira déjà beaucoup sur l’approche du match, mais une chose est sûre : pour rééditer la performance de 2016, le TFC devra mettre les bouchées doubles.

La tâche sera d’autant plus difficile que les hommes de Casanova devront faire sans leur principal groupe de supporters, à savoir les Indians Tolosa, qui ont annoncé qu’ils n’animeront pas le virage Brice Taton dimanche. Cette action est menée pour protester contre la politique des dirigeants concernant le prix des places au Stadium pour cette rencontre. En revanche, cette décision n’a en rien été prise à l’encontre des joueurs puisque le kop s’est rendu à l’entraînement durant cette semaine pour encourager l’équipe avant ce match face aux leaders du championnat.  

Sans leur principal groupe de supporters derrière eux dans le stade, les Violets devront donc redoubler d’efforts pour réaliser un exploit qui pourrait faire du bien au moral du club. À eux de montrer désormais que les propos de Johan Cruyff ne sont pas dénués de sens.

Paul Stefani et Léa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *