Süper Lig : 4 fantastiques d’Istanbul pour un titre

Süper Lig : 4 fantastiques d’Istanbul pour un titre

Le championnat turc est l’un des plus indécis d’Europe. Les trois club stambouliotes du Galatasaray, Fenerbahce et Besiktas dominent la compétition depuis plus d’une trentaine d’années sans qu’un leader se dégage pour autant. Pourtant, un nouveau favori, ou gros outsider pourrait entrer dans la danse : le Basaksehir, lui aussi originaire d’Istanbul.

La football turc évoque souvent en France trois points. Le premier est celui d’un championnat de vieux routards passés par les plus grands clubs européens et, souvent, en fin de carrière. Ensuite, viennent les ambiances de feu qui habitent les stades comme par exemple lors du derby Fenerbahce – Galatasaray. Enfin, il s’agit d’une compétition où tout peut se produire, tant qu’un club stambouliote s’impose à la fin. Comme preuve de l’indécision de la Süper Lig, il est possible de mettre en avant la 6ème place, à 23 points du champion, du Fenerbahce lors de la dernière saison. Pour autant, le double tenant du titre, Galatasaray, part encore en léger favori. Cependant il faudra regarder dans le rétroviseur pour les « Cimbom » puisque la concurrence est à l’affut du moindre faux pas.

Galatasaray pour le triplé, le Besiktas en embuscade

Comme dit précédemment, le champion 2018/2019 semble le mieux armé à sa propre succession. Si Onyekuru, désormais à Monaco, et Ndiaye ont quitté le club à la fin de leurs prêts, Galatasaray a finalisé Luyindama en provenance du Standard de Liège pour 5 millions d’euros. Durmaz et Babel sont arrivés libres. Séri et Mor complètent par ailleurs un effectif amputé de Fernando, parti à Seville. Les tauliers Belhanda, Muslera ou Feghouli sont toujours au club. Sous la houlette de Fatih Terim, les « Cimbom » comptent se reposer sur une recette qui a fonctionné depuis déjà deux saisons. La victoire en Supercoupe de Turquie a d’ailleurs laissé entrevoir une solidité défensive qui a parfois fait défaut à l’équipe l’an dernier. Niveau offensif, elle dispose du meilleur buteur de la saison passé, Mbaye Diagne, qui devra cependant se remettre d’une CAN où il a atteint la finale avec le Sénégal. En attendant Radamel Falcao ?

Comme principaux rivaux, le Besiktas veut retrouver les sommets… et la Ligue des Champions qui les fuit depuis deux ans. A chaque fois à 4 petits points du titre en 2017/2018 et en 2018/2019, les « aigles noirs » disposent d’un groupe stable renforcé par Rebocho, Victor Ruiz. Ljajic est définitivement resté au club après son prêt de l’an dernier. La plus grande inconnue reste le nouveau coach, Abdullah Avci, qui succède à Senol Günes, parti remettre sur pied la sélection nationale turque. Reste à voir si le club arrivera à gommer ses errances défensive.

Un nouveau départ pour Fenerbahce, s’affirmer comme un grand pour Basaksehir

Pour Fenerbahce, l’objectif est d’oublier la triste 6eme place obtenu à la fin du championnat passé. Pour cela, un grand ménage a été effectué. Exit les Valbuena, Skrtel, Neustädter et Soldado. André Ayew, Benzia et Slimani sont rentrés de leurs prêts. L’objectif est de faire la part belle aux jeunes. Pour autant, cela se fera sans la pépite macédonienne Elmas, qui a rejoint Naples pour 16 millions d’euros. Encadré par des Kruse, Victor Moses et Arslan, il faudra relancer une attaque à la peine l’an dernier (8ème du championnat).

Concernant le Basaksehir, la deuxième division semble loin. Pourtant, le club n’est remonté qu’en 2014 dans l’élite turque. Depuis, il s’est installé sur le podium durant les deux saisons précédentes. Cependant ce championnat part sur de nouvelles bases. Un nouveau coach Okan Buruk, des recrues revanchardes (Crivelli, Behich), cette formation a un peu mutée. Pour autant les fondations restent solides autour de Visca et Günok. Les membres d’expérience (Turan, Ba ou Robinho) devraient également avoir rôle à jouer pour permettre au Basaksehir de franchir un cap.

Le joueur à suivre : Jean Mickaël Séri (Galatasaray)

Il y a deux saisons, on parlait de l’Ivoirien au FC Barcelone. Malheureusement cela a été plutôt une descente aux enfers. A Fulham, le joueur est descendu en Championship après une année sans saveur. Mais il reste encore le temps au joueur pour briller. Il peut faire merveille avec la pléiade de joueurs offensifs de qualité que possède Galatasaray (Diagne, Belhanda, Babel, Mor, …).

Jérémy Guiraud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *