Ligue des Champions

Le bilan des clubs français en Ligue des Champions

Quatrième journée de Champions League cette semaine ! Au programme : la qualification du PSG, la quasi-élimination de Lille de toutes compétitions européennes et un Lyon solide conserve ses chances de première place.

Le LOSC dépassé par les évènements

Définitivement, Lille aura joué. Lille aura tenté. Mais Lille n’aura pas tenue la route. A Valence, sous l’obligation d’un résultat, ils se sont encore battus vaillamment. L’ouverture du score d’Osimhen à la 25ème l’a démontré. Mais ils ont ensuite sombré sous les assauts des ‘Ches’ et plus particulièrement après la main de José Fonte dans la surface de réparation. Une action qui a fait beaucoup discuter du côté du LOSC et qui permet à Parejo de marquer sur pénalty. Suite à cela viendront trois autres buts dont une frappe sublime de Kondogbia. L’expérience européenne risque de tourner court pour Lille quasiment éliminé de toutes les compétitions désormais. Il faudrait un miracle aux ‘Dogues’ pour se qualifier. Encore du travail en perspective pour Galthier et ses hommes afin de pouvoir rivaliser avec le gratin européen !

Un Lyon sérieux à domicile face au Benfica

Lyon enchaîne ! Cela fait trois victoires de suite pour Garcia toutes compétitions confondues. Face à Benfica, la rencontre a été indécise. Mais les ‘Gones’ se sont montrés appliqués. Andersen a bien lancé les siens à la 4ème sur une tête consécutive à un centre de grande classe de Dubois. Par la suite Depay a converti une percée d’Aouar dans le défense lisboète à la 33ème. La réduction de l’écart par Seferovic à 15 minutes du terme de la partie a cependant rendue la fin de match insoutenable. Mais le but de Traoré sur la passe de Cornet à la 89ème a fait s’envoler les doutes. Ces deux entrés en cours de match mettent en valeur les choix de Garcia réussis ce soir. Car en plus de ses remplaçants, il a su choisir ses titulaires mardi soir. La belle copie rendue par Thiago Mendes peut en attester. Avec 7 points, les Lyonnais sont second de leur groupe à deux unités derrière Leipzig. Un adversaire qu’ils devront affronter au Parc OL lors de leur dernier match de poule. Les ‘Gones’ ont donc leur destin en main pour la suite de la compétition. A eux de ne pas lâcher leurs efforts ! 

Un petit PSG pour une grande qualification

12 points en quatre matchs, un parcours sans faute ! Voilà ce qu’il est possible de retirer de la rencontre d’hier. Sur le terrain, l’histoire a été différence. Il a fallu un but un peu chanceux d’Icardi pour débloquer le match avant la mi-temps. La seule réalisation d’une rencontre qui aurait même pu voir Bruges égaliser sur pénalty. Mais un Navas vigilant a permis aux Parisiens de tenir le score. C’est la prestation des courageux joueurs de Bruges qui est à mettre en avant. Leur pressing haut a constamment gêné la relance du PSG et leur prise à deux sur Mbappé c’est avérée payante. De quoi donner des idées à certains clubs de Ligue 1 ? Le prochain match du PSG sera un vrai test face à un Real Madrid qui a étrillé 6-0 Galatasaray. 

Jérémy Guiraud

Le bilan des clubs français en Ligue des Champions

Pourquoi Tottenham n’y arrive plus?

Le 8 mai dernier, Tottenham triomphait face à l’Ajax Amsterdam (2-3) au terme d’une rencontre folle et désormais dans la mémoire de tous. Le club londonien atteignait ainsi la première finale de Ligue des Champions de son histoire. Mais qu’il paraît loin ce temps de joie et de succès. En effet, l’automne a laissé place au doute, à l’inquiétude et aux mauvais résultats. Ces derniers s’enchaînent pour les hommes de Mauricio Pochettino qui pointent à une très préoccupante 7ème place en Premier League. Et ce n’est guère mieux sur la scène européenne, où les Spurs viennent de se faire humilier par le Bayern dans leur antre (2-7). Ils affrontent l’Etoile Rouge de Belgrade ce mardi pour ce qui ressemble déjà à un match décisif. Et que dire de leur piteuse élimination en coupe de la ligue face à Colchester (0-0, défaite aux tirs au but), équipe de D4.

Rien ne va plus pour le club de Daniel Levy…

Pochettino, un message qui ne passe plus

Comme le dit la définition, la lassitude est le fait d’éprouver un certain agacement à force d’écouter toujours les mêmes discours et les mêmes personnes. Et c’est peut-être le cas pour nombre de joueurs de Tottenham. En effet, Mauricio Pochettino est l’entraîneur des Spurs depuis désormais 5 ans, une éternité dans le football actuel. L’ossature de son équipe est la même depuis un moment également. Les méthodes d’entraînement très dures du disciple de Bielsa semblent de moins en moins acceptées et écoutées. Ce qui se ressent sur le terrain par une équipe en manque d’envie et de vie. On peut prendre en exemple l’humiliation face au Bayern, où jamais les londoniens ne se sont révoltés. Ils ont paru apathiques et n’ont jamais fait douter les munichois.  Même les joueurs clés de l’effectif n’ont pas donné le moindre signe de rébellion. 

Des cadres sur courant alternatif

Comme le montre leurs performances, les cadres ne sont pas à la hauteur en ce début de saison. Ils ne réussissent pour l’instant pas à sortir leur équipe de la crise. A l’instar de Christian Eriksen, en instance de départ, certains paraissent en manque de punch. Ces dernières saisons, malgré de superbes performances et une très belle progression, Tottenham n’est jamais parvenu à remporter le moindre trophée, le dernier remontant à … 2008. Ce qui inévitablement impacte la motivation des joueurs clés, toujours à la recherche de plus de succès. C’est pourquoi plusieurs d’entre-eux, comme le maestro danois, cherchent une porte de sortie vers un club plus huppé, capable de leur faire passer un cap et de remporter enfin des titres.  Car on ne va pas se mentir, si les Spurs ne remportent rien cette saison, il est fort probable que l’enfant du club Harry Kane aille voir ailleurs. Et si cela arrive, bon nombre de joueurs suivront. Le football est ainsi, les footballeurs sont comme ça, quand ils n’ont pas ce qu’ils veulent ils vont voir ailleurs…

Une remise en question indispensable

Cependant, pour le moment la priorité est de relever la tête et d’obtenir rapidement des résultats, au risque de se retrouver loin dans quelques temps. Et cela commence dès cette semaine en Ligue des Champions face à l’Etoile Rouge de Belgrade. Les anglais devront faire preuve d’application et d’envie pour enfin lancer leur campagne européenne et surtout leur saison. Quant à l’avenir de Mauricio Pochettino, il serait difficilement envisageable de le débarquer si tôt dans la saison, au vu des services rendus depuis 5 saisons. Mais bon de nos jours en football tout est possible… Le technicien argentin a probablement fait la saison de trop. Un départ au soir de la finale de Ligue des Champions aurait été plus adéquat… Une remise en question est primordiale pour continuer de grandir, car tôt ou tard « Poch » finira bien par quitter le navire…

Victorien Huc

Pourquoi Tottenham n’y arrive plus?

Tottenham – Bayern : la débâcle londonienne

Ce mardi 1er Octobre, les Spurs de Mauricio Pochettino recevaient le Bayern Munich de Niko Kovac. Un rendez vous important pour le technicien argentin de Tottenham. Pourtant, les londoniens ont manqué le coche face à une équipe bavaroise insatiable portée par un Serge Gnabry (enfin ?) irrésistible. Résumé de la débâcle 2-7, historique dans le foot anglais… 

En effet, pour la première fois de l’histoire, un club anglais en prend 7 en coupe d’Europe. Double peine pour le finaliste de la dernière édition, étant à domicile. 

Compo du FC Bayern

Compo de Tottenham

Gnabry : facteur X

Dans un match d’emblée très ouvert, c’est le quatuor bavarois qui s’exprime le mieux face à une défense trop timide et une charnière belge bien trop lente. Et c’est Gnabry qui mène la danse à l’image de de sa frappe du gauche dès la 1ère minute, repoussée par Hugo Lloris et sa faute provoquée à la 3ème. Le Bayern pousse mais Son marque d’une superbe frappe croisée du droit, servi par Sissoko, contre le court du jeu, à la 12ème minute.

Seulement, Kimmich, inspiré, égalise d’une enroulée croisé dans le petit filet gauche deux minutes plus tard. Le match est lancé. La bataille du milieu est rude, le Bayern a 59% de possession, notamment grâce à ses changements de jeu régulier (7% des passes bavaroises sont des transversales, dont la moitié destinées à Pavard) et une grande implication de Tolisso et Kimmich dans les duels (8 fautes concédées contre 15 pour Tottenham). Winks sentinelle du milieu en losange des Spurs a été quasi transparent, à l’instar de Dele Alli. La dimension tentaculaire de Ndombélé n’a donc pas suffi à stopper l’entre jeu munichois. Résultat : Lewandowski donne l’avantage au Bayern à la 44ème, servi par Gnabry. Du reste, la deuxième mi-temps est un récital de technicité, lucidité défensive et professionnalisme dans la transition offensive comme défensive. Tottenham est dépassé, Gnabry s’offre ses deux premiers buts de la soirée à la 53 et 55ème. Il a cependant suffi d’une seule erreur de concentration de Coman dans la surface pour que Rose donne un penalty à Harry Kane, qu’il transforme. 2-4, 61ème minute de jeu… rien que ça. Au cœur de la tourmente qu’il est en train de vivre en direct, Pochettino fait finalement rentrer Lamela, Lucas et Eriksen. Sans effet. L’entre jeu anglais se noie dans les vagues bavaroises, admirablement bien amenés par Coutinho, Gnabry et Perisic. Entre la 83 et 88ème minute, le Bayern enfonce le clou jusqu’à 7 avec deux buts supplémentaires pour Gnabry, qui s’offre un quadruplé, et un second pour le numéro 9 polonais… 

Le résumé du match 

Quel avenir pour Tottenham ?

La formation de Mauricio Pochettino a encore montré de nombreuses lacunes défensives. La charnière belge Alderweireld – Vertonghen est désuet alors que l’ancien central de l’Ajax, Davinson Sanchez, ronge toujours son frein. Le milieu de terrain, bien que considérablement renforcé par les arrivées de Ndombélé, très bon, et Lo Celso, demeure très déséquilibré sur la balance défensive. De plus, le faux cas Eriksen au mercato a semé le trouble dans le vestiaire. En conclusion, les jours de Pochettino sont comptés, encore plus depuis cette écrasante victoire des bavarois. 

L’interview de Pochettino 

Et le Bayern ?

L’année dernière, la tendance était plutôt à l’incertitude et la surprise (et beaucoup de buts aussi…) en ligue des champions. Et cette année, il semblerait que la coupe aux grandes oreilles aille dans le même sens. Mais difficile en revanche d’imaginer le dernier carré sans le Bayern de ce Mardi 1er Octobre. Niko Kovac et les siens doivent confirmer, Gnabry enchaîner, Tottenham se relever. 

Jules Arguel

Tottenham – Bayern : la débâcle londonienne

Ajax Amsterdam : que sont-ils devenus ?

Après une saison 2018-2019 pleine et surtout riche en émotions, l’Ajax entame une nouvelle campagne. Fort d’un groupe de qualité malgré les départs notables de Frenkie De Jong et De Ligt, les ajacides espèrent renouveler les exploits de l’année passée, tant sur le plan national qu’européen. 

Au cœur d’un véritable tourbillon médiatique proportionnel au niveau de jeu proposé, l’Ajax de l’année dernière, version Ten Hag, allait en demi-finale de ligue des champions et faisait couler beaucoup d’encre. Pourtant, depuis l’élimination contre Tottenham à la Johann Cruyff Arena, le club ne fait plus parler de lui. Et pourtant… Après les départs de De Jong et De Ligt, le club ajacide a compensé avec les arrivées de Lisandro Martinez, Edson Alvarez et le prodige néerlandais Quincy Promes. Pour compléter une équipe où certains cadres sont encore là (Ziyech, Van De Beek, Tagliafico ou encore Blind), ces recrues font le bonheur du coach Erik Ten Hag. 

Un début de saison canon

Le premier septembre, pour la 4ème journée, après un match nul à Vitesse et deux cartons, l’Ajax se déplaçait sur la pelouse du Sparta Rotterdam. Le succès fut sans appel, 4-1 avec un premier but pour Promes, déjà… Tadic et Ziyech s’offrent un doublé chacun. Contre Heerenveen, même scénario, 4-1 avec un nouveau but de Tadic et un doublé notable du latéral gauche Tagliafico. Football total ? Et l’Ajax, après avoir buté sur son dauphin le PSV chez qui ils font match nul 1-1, reprend de plus belle avec une victoire 5-0 (triplé de Promes). Depuis, les hommes de Ten Hag déroulent et comptent 20 points sur 24 possibles et 4 buts d’avance sur le PSV au goal-average. 

 

Tous les résultats des ajacides cette saison 

Objectif Europe ?

Face à ces incroyables performances européennes de l’année passée, dont l’élimination herculéenne du Réal Madrid et de la Juventus Turin, la formation ajacide espère renouveler l’exploit pour assoir sa supériorité dont l’insouciance et le don de soi sont le fer de lance… Après une première journée de ligue des champions rondement menée et remportée 3-0 contre un LOSC dépassé, l’Ajax, premier devant Valence (3 points) et Chelsea et Lille (0 points), se déplace ce Mardi 2 Octobre sur le terrain de son dauphin valencien. Le club espagnol, invaincu contre les clubs hollandais en coupe d’Europe, résistera-t-il au pressing constant et aux attaques tranchantes de Tadic et ses coéquipiers ? Difficile en tout cas de prévoir un match sans but, à l’instar de leurs dernières oppositions toutes deux soldées sur le score de 1-1. 

Du reste, on souhaite le meilleur à l’Ajax Amsterdam dans cette compétition, eux qu’on imagine mal ne pas nous faire vibrer de joie, une fois de plus…

Jules Arguel

Ajax Amsterdam : que sont-ils devenus ?

Le bilan des clubs français en Ligue des Champions

Ça y est, elle est lancée ! La Ligue des Champions a fait son retour mardi et mercredi dernier. Et cette année à nouveau, trois clubs français sont en lice. Pour autant le Paris Saint Germain, l’Olympique Lyonnais et le Lille OSC ont connu des fortunes diverses pour leur entrée en matière. 

Un LOSC prometteur mais manquant d’expérience

Lille n’avait plus connu les phases de poule de la plus prestigieuse des compétitions européennes depuis 2012. Et pour la plupart de ses joueurs, il s’agissait également de la première fois. Même le coach Christophe Galthier n’a jamais eu l’occasion d’entraîner un match de Ligue de Champions. C’était donc avec une équipe très inexpérimentée que se sont présenté les « Dogues » ce mardi contre l’Ajax à Amsterdam. Des idées se sont vues, tant tactiquement que dans le jeu en lui même. Il est, à ce titre, possible de citer le placement de Sanches milieu droit ou même l’apparition d’un 4-4-2. André s’est, lui, montré à la hauteur, tout comme des Ikoné ou Osimhen remuants mais ayant butté sur un Onana en bonne forme. L’homologue lillois du Camerounais, Mike Maignan, a lui peut-être réalisé un de ses pires matchs depuis plus d’un an. C’est d’ailleurs ce dernier point, combiné au réalisme sec des attaquants de l’Ajax qui ont fait sonner un score final assez dur : 3-0. Mais au final, beaucoup de positif est à retirer de cette rencontre.

Vraiment un nouveau Lyon ?

Le groupe de Lyon laisse planer à première vue un assez bon tirage. Pourtant, dans l’histoire récente du club, l’OL n’a jamais été aussi fort que contre les grosses écuries… et moyen avec les plus faibles. Malgré de nouveaux joueurs et un nouveau coach, l’histoire s’est répétée. Au Parc OL contre le Zénith Saint-Pétersbourg, les « Gones » ont longtemps déjoué, balbutié leur football, jusqu’à se faire surprendre par un but de Azmoun consécutif à une nouvelle erreur défensive. Malgré tout, les dégâts ont été limités par l’égalisation sur pénalty par Depay. Mais le jeu est resté triste, stérile, laissant tranquillement le vieillissant Ivanovic contrôler le match depuis sa défense. Il faudra faire mieux contre Leipzig ou le Benfica pour s’en sortir dans cette poule.

Le PSG champion d’Europe des matchs de poule

C’est dernières années les Parisiens ont battu Liverpool, Barcelone ou encore le Bayern en phase de groupe de Ligue des Champions. Une nouvelle fois l’exploit a été réalisé. Cette fois-ci c’est le Real Madrid qui en fait les frais. Avec une attaque privé de MCN, des retours dans le 11 de Kimpembe et Meunier, Marquinhos en 6, la composition n’incitait pourtant pas à l’optimisme. Mais force est de constater que l’esprit guerrier des joueurs présents l’a emporté. De plus, le PSG semble enfin avoir trouvé ce qu’il lui manquer : un joueur de la trempe d’Idrissa Gueye, omniprésent sur le terrain. Au final, un doublé de Di Maria et un but de Meunier permettent au tableaux d’affichage d’afficher un cinglant 3-0 face aux hommes de Zinedine Zidane. Alors oui, avec Paris la méfiance est de mise après ce genre de match. Mais pour le coup, les supporters de club de la capitale peuvent entrevoir les premices d’un possible renouveau… à confirmer sur le long terme.  

Jérémy Guiraud

Le bilan des clubs français en Ligue des Champions