Mathis

Olympique Lyonnais : un bilan inhabituellement mauvais

L’Olympique Lyonnais connaît une saison 2019/2020 en demi-teinte. D’abord, auteur de deux matchs époustouflants, l’équipe a rapidement fait face à des résultats bien moins positifs, en enchaînant les matchs nuls et les défaites.

Après le départ de Bruno Génésio, le président lyonnais, Jean-Michel Aulas, a décidé de repartir sur un nouveau cycle. Il a annoncé le 26 Mai dernier, le retour de la légende du club, Juninho en tant que directeur sportif. En complément de cette arrivée, ce dernier a choisi un de ces compatriotes pour le poste d’entraineur, Sylvinho. L’Olympique Lyonnais devient le premier club de la jeune carrière de coach du brésilien. Avant de signer son contrat avec le club Rhodanien, il était l’adjoint du sélectionneur de la Seleção, Tite.

 

La saison lyonnaise a débuté à l’extérieur, en principauté monégasque. Ce match fût parfaitement dominé par les joueurs de Sylvinho, qui en sont repartis avec une large victoire 0-3, sur des buts de Dembélé, Depay et Tousart. Ceux-ci ont reproduis un autre match de grandes qualités le week-end suivant en s’imposant 6-0 face à Angers à domicile. A ce moment précis, l’OL a connu un emballant populaire et médiatique sur une possible concurrence avec le Paris-Saint-Germain dans la lutte au titre de champion de France de Ligue 1. Certains joueurs lyonnais n’ont pas caché leurs ambitions à ce propos.

Seulement, c’était sans compter la perte de vitesse que l’équipe a connu à partir de la troisième journée face à Montpellier. Ce match s’étant soldé sur une défaite 1-0, la dynamique a été rompu et Sylvinho n’a, à partir de ce jour-là, plus connu la victoire avec le club rhodanien en championnat. En effet, ce constat s’est accentué durant les 6 journées suivantes, puisque l’OL a réalisé 3 matchs nuls face à, Bordeaux, Amiens et Brest, mais aussi 3 défaites contre Paris, Nantes et Saint-Etienne. Cette dernière débâcle face au rival historique a entraîné un licenciement de Sylvinho malgré des résultats convenables en Ligue des Champions (4 points sur 6 possibles pris). L’intérim a été dans un premier temps assuré par Gérald Baticle.

Une nouvelle ère Garcia

Après diverses rumeurs à propos de Laurent Blanc ou encore de José Mourinho, Jean-Michel Aulas et Juninho ont décidés, le 14 Octobre dernier, de désigner Rudi Garcia, entraîneur de l’équipe première de l’Olympique Lyonnais. Il était alors sans club depuis son éviction de l’OM en Mai. Celui-ci s’inscrit donc dans le projet lyonnais pour une durée de deux ans.

 

Dès son arrivée, Rudi Garcia a été pris pour cible par une poignet de supporters s’indignant du fait qu’il soit l’ancien entraîneur de l’Olympique de Marseille, mais aussi l’ancien entraîneur adjoint de l’As Saint-Etienne. En outre des insultes sur les réseaux sociaux, le nouveau coach lyonnais a reçu un accueil très houleux au Groupama Stadium. Il a été sifflé lors de sa présentation par le speaker, et a aussi été victime de banderoles à son encontre.

Pour son premier match à la tête de l’équipe, l’OL affrontait samedi 19 Octobre, Dijon à domicile. Ce match n’a toujours pas permis à Lyon d’empocher les 3 points puisque les deux équipes se sont quittés sur un score nul et vierge, 0-0. Pourtant, il y a des signes d’espoirs pour Lyon, qui, à contrario des autres matchs, a dominé dans le jeu le duel face à Dijon. L’OL a terminé la rencontre avec 24 tirs à 6 et a donc seulement manquer de réalisme. De plus, Rudi Garcia a décidé de faire confiance à des jeunes et notamment à l’espoir de 16 ans, Rayan Cherki qui a disputé ses premières minutes en professionnel.

 

Reste à voir si les progrès dans le jeu perdurent et permettent enfin à l’Olympique Lyonnais de renouer avec la victoire. Après la désillusion européenne face au Benfica la semaine dernière, l’OL a renoué avec le succès face à Metz 2-0. Maintenant, place à la confirmation… 

Mathis Fessard

Olympique Lyonnais : un bilan inhabituellement mauvais

Lucas Ocampos : Une trajectoire de carrière surprenante

Lucas Ocampos, joueur argentin de 25 ans, n’a pas toujours été reconnu comme un bon joueur de football. Son statut a évolué au fil des années et des clubs par lesquels il est passé.

Le jeune joueur Sud-Américain ayant débuté sa carrière à River Plate, a connu pour la première fois l’Europe en 2012 à l’AS Monaco. Ce transfert s’est avéré être la transaction la plus chère de l’histoire de la Ligue 2 (environ 13 Millions d’euros). Pourtant, l’histoire entre Monaco et Ocampos ne s’est pas déroulée comme prévu. Celui-ci n’a réussi à marquer que 10 buts durant ses trois saisons sous les couleurs rouges et blanches. Pour terminer son passage dans la principauté, Lucas Ocampos n’a été titularisé que 7 fois durant la saison 2014-2015 par Léonardo Jardim, l’entraîneur Monégasque, à cause de son manque d’efficacité devant le but. 

En Juin 2015, le jeune argentin a rejoint l’Olympique de Marseille sous forme de prêt avec option d’achat avoisinant les 13 Millions d’Euros. Ocampos n’étant pas à la hauteur des attentes marseillaises, il va enchaîner les prêts dans divers clubs, à commencer par le Genoa CFC en 2016. Cette saison italienne n’a pas permis au natif de Quilmes, en Argentine, de pouvoir exposer pleinement son talent, puisque celui-ci n’a marqué que 3 buts en 26 matchs. Il est donc revenu sur la canebière l’été suivant avant d’être à nouveau prêté à l’AC Milan le lendemain de son retour. Ce club n’a pas non plus été une bonne expérience pour Ocampos puisqu’il n’a pas été décisif la moindre fois. 

Il fallut donc attendre l’été 2017, pour qu’Ocampos prenne ses marques à l’Olympique de Marseille et soit enfin décisif et titulaire (9 buts, et 3 passes décisives en 31 matchs). Grâce à ses performances et surtout à sa motivation sans relâche, l’argentin a su conquérir le cœur des supporters marseillais durant les deux années suivantes. Celui-ci a notamment été élu par les fans comme étant le meilleur joueur olympien de la saison passée.

La révélation inattendue de 2019

Après une trêve estivale marquée par diverses rumeurs de transferts, Lucas Ocampos s’en est allé le 3 Juillet dernier au FC Séville pour 15 Millions d’Euros. Cette transaction n’était absolument pas la volonté du joueur comme en témoigne son interview dans les colonnes du journal L’EQUIPE : « J’avais envie d’aller au bout de mon contrat mais c’était compliqué car ce n’était pas une bonne chose pour les finances du club si je partais libre. […] Ca a été très dur de partir, pour moi, mais aussi pour ma femme et pour mes filles, qui y ont passé toute leur enfance. Je m’y sentais comme chez moi. J’ai vécu une belle histoire à Marseille et cela restera gravé à jamais en moi. ».

Depuis ce transfert, Lucas Ocampos ne cesse d’impressionner les amateurs de football. En effet, l’argentin s’est parfaitement intégré au système de jeu de Julen Lopetegui, le coach sévillan. Malgré des statistiques peu éloquentes (2 buts et 1 passe décisive en 7 matchs), son niveau de jeu lui a permis, contre toute attente, de devenir un titulaire indiscutable de sa nouvelle équipe. De plus, les médias espagnols sont eux aussi conquis par ses performances, comme en témoigne la Une d’Estadio Deportivo du 30 septembre : « Ocampos, une locomotive imprévisible ».

Grâce à sa progression en terre espagnole, Lionel Scaloni, le sélectionneur de l’Argentine, a décidé de convoquer l’ancien marseillais pour le rassemblement du mois d’Octobre. Pour ses deux premières sélections, Ocampos a été très prolifique. En effet, lors du premier match face à l’Allemagne (2-2) le 09 de ce mois-ci, il a été l’auteur d’un but. Il a réitéré cette performance 4 jours plus tard face à l’Equateur (6-1), en inscrivant un but à la 86ème minute.

Reste à savoir si l’argentin va poursuivre sur sa lancée durant toute la saison, à commencer ce dimanche 20 Octobre, pour le match du FC Séville face à Levante.

Mathis Fessard

Lucas Ocampos : Une trajectoire de carrière surprenante