Top 14

Top 14 : Toulouse rechute, Lyon a perdu … Résumé du week-end

Les 3 premiers du classement qui s’inclinent, les deux clubs parisiens qui s’enfoncent dans la crise. Résumé d’un week-end agité dans ce championnat de France ponctué par deux matchs sans le moindre essais. 

Montpellier - Toulouse : Montpellier se relance, Toulouse rechute.

Toulouse n’aura donc pas réussi à confirmer sa bonne prestation du week-end dernier dans le derby. Les montpelliérains, eux, mettent fin à une série de 4 matchs sans victoire. Coté Montpellier, absence de la charnière titulaire remplacé par Fotualii et Bouthier auteur d’une très bonne partie avec notamment 3 pénalité et 3 transformations. Les toulousains, ont mit au repos l’habituel ouvreur Zack Holmes remplacé par Thomas Ramos qui enchaîne donc une deuxième titularisation. Le match débuta sur des bases très moyennes entre deux équipes qui ont l’habitude d’être indisciplinés et qui l’étaient cette après midi. Pourtant on entendait l’entraîneur du MHR du bord pelouse dire à ses joueurs “pas de fautes” à de multiples reprises. Le premier essai de ce match fut à mettre à l’actif des montpelliérains après une belle action collective avec à la finition l’ailier Ngandebe. Celui-ci marqua même un doublé sur une très longue et belle sautée d’Immelman  face à une défense rouge et noire qui parut très désorganisée. Au retour des vestiaires Ugo Mola décida de faire 4 changements pour tenter d’inverser la tendance. Il ne se trompa pas, après une bonne relance de Ramos soutenu par Tauzin qui adressa un magnifique coupe de pied pour Kok qui aplatit. On pensait les toulousains revenu dans la partie, mais les joueurs de Garbajosa n’ont pas craqué. S’en suit un chassé croisé entre les deux buteurs du jour et un score 26-19. Mais les joueurs de Montpellier inscrivent un nouvel essai qui était cette fois l’oeuvre de Nagusa pour sa 200ème sous les couleurs du MHR. Montpellier passe devant son adversaire du jour et se relance tandis que les toulousains sont de nouveau plongé dans leurs doutes.

Brive - Union Bordeaux Bègles : Brive fait tomber Bordeaux !

Venir s’imposer en terre corrézienne est très compliqué pour les équipes de ce Top 14. Le Stadium de Brive est une véritable forteresse et personne n’a encore pris de points ici. Les hommes de Chrisophe Urios voulait déroger à la règle et finir en beauté ce bloc de 4 journées. Mais cette conviction prit rapidement du plomb dans l’aile avec ce carton rouge pour Diaby pour ce qu’on appelle dans le jargon “une cathédrale”. Ce carton libéra les joueurs brivistes, sur un ballon récupéré dans leur 22 mètres, une percée de Muller et une merveille de passe au pied du demi de mêlée Julien Blanc pour Joris Jurand qui inscrivit le premier des 3 essais briviste. A la mi-temps 13-6, les bordelais sont encore dans le match. Grâce au pied de Botica ils reviennent même à 4 petits points à la 43ème. Mais la touche bordélo-béglaise a failli ce soir avec pas moins de 5 ballons perdus. Ajouté à cela de nombreuses imprécisions et un nouvel essai de Julien Blanc après un énorme rush de Lee et les bordelais étaient distancés. 23-9 à la 67ème. L’intérêt pour les brivistes étant maintenant d’aller chercher le bonus offensif. Et les joueurs de Davidson l’ont bien compris. Après une grosse mêlée à 5 mètres de l’en-but bordelais Matthieu Voisin partit au ras pour inscrire ce fameux essai et offrir à son équipe son premier bonus offensif dans ce Top 14. Aménée Domenech peut exulter leurs joueurs remportent un 4ème succès dans leur antre 30-9 et restent invaincus à domicile avec un très beau tableau de chasse à leur actif avec des victoires contre Clermont, Toulouse et maintenant Bordeaux. Les bordelais repartent eux, avec 0 points pour la première fois de la saison.  

Toulon - Bayonne : Bayonne chute à Mayol

Les toulonnais ne perdent jamais face à un promu à Mayol. Et les joueurs de Yannick bru n’ont pas réussi à faire mentir cette statistique. Malgré leur début de championnat tonitruant ils s’inclinent aujourd’hui 20-9. Face à des bayonnais indisciplinés dans ce début de match Belleau sanctionna et ouvra le score, lui qui tourne à 92% de réussite depuis le début de la saison. Après un excellent maul des avants toulonnais et une jolie combinaison de Dakuwaqa planta son premier essai sous les couleurs rouges et noires. 10-3 les bayonnais étaient prévenus qu’ici aucun cadeaux n’est fait au promu. Bayonne, qui est pourtant la troisième attaque du championnat a toutes les peines du monde à se défaire de la défense toulonnaise. Fajardo passe cependant une seconde pénalité et le score est de 13-6 à la mi-temps. Après une grosse entame, et avec l’entrée en jeu notamment de Gorgadze qui était déjà de retour du mondial pour pallier aux 11 blessures dont sont victimes les toulonnais, ils plantaient leur deuxième essai de la soirée par le biais de leux deuxième ligne Alainu’uese. On se dit que les toulonnais qui mènent 20-6 vont pouvoir aller chercher le bonus offensif. Ce ne fut pas le cas malgré l’occasion de Louis Carbonel à quelques mètres de la ligne de marque mais qui lâcha le ballon. Au contraire les bayonnais s’étant rapproché après une nouvelle pénalité pouvaient viser le bonus défensif cette fois-ci. Mais ils n’y arriveront pas et restent donc muet pour la première fois de la saison, eux qui ont paru assez empruntés sur le plan physique ce soir. Les deux équipes quittent donc la pelouse frustrés mais l’essentiel est bien là avec cette victoire pour les joueurs de Patrice Collazo. 

Pau - Castres : Les pallois renouent avec le succès

Pau recevait Castres et se devait de se relancer après 3 défaites consécutives dont notamment cette énorme claque, 3-31, reçu ici au Hameau face au Racing. Les pallois entament très fort le match mais voient deux essais qu’ils pensaient avoir inscrits refusés à chaque fois à cause d’un en-avant. Ils ne concrétisent pas leurs occasions et se font même punir sur l’une des premières incursions castraises avec un essai marqué par Combezou en bout de ligne et ça fait 3-7. Les joueurs de Nicolas Godignon ne ferment cependant pas le jeu et après de nombreux temps de jeu, Samuel Marques, feinta la passe et s’en alla inscrire le premier essai de Pau. Les pallois continuaient d’enchaîner et c’est le capitaine Lespiaucq qui inscrivait le second essai. A la mi-temps cela fait 20-10 et on sent que les locaux ont prit le dessus. Au retour des vestiaires le talonneur Lespiaucq s’offra le doublé après un excellent travail de ses avants. A l’heure de jeu Votu offra provisoirement le bonus offensif à son équipe après un départ au ras derrière un regroupement. 37-10 les palois sont très bien parti pour glaner leur premier bonus offensif de la saison. Mais les palois vont baisser en intensité et laisser revenir les castrais qui n’en demandaient pas tant. Un essai de Tulou et Vialelle plus tard les castrais brivent Pau du bonus mais n’arriveront pas à aller chercher le point du bonus défensif, on en reste la 37-24. L’essentiel est là coté pallois tandis que les castrais rentrent eux bredouillent de ce déplacement dans le béarn, une mauvaise habitude pour eux puisqu’ils n’ont encore jamais ramené de points loin de leur base.

Agen - Stade Français : Agen respire

Un autre club qui ne se déplace pas bien, c’est le Stade Français. Dernier du championnat mais restant sur victoire à domicile contre Toulon les franciliens venaient ici, à Agen, pour essayer de gagner leur premier match à l’extérieur. Pour cela les cadres que sont Hamdaoui et Macalou étaient titularisés. Mais dès le début de match, les lot-et-garonnais, vont mettre la main sur le ballon et sur une pénalité qu’ils décident de ne pas tenter mais de jouer en touche, ils s’en vont inscrire un essai par l’intermédiaire du colombien Zafra. 7-0, les parisiens manquent terriblement de maîtrise et commettent beaucoup de fautes. Danty plaque Berdeu alors que celui-ci est en l’air et prend un jaune. Une supériorité numérique dont vont profiter les agenais et c’est Zafra qui inscrit son premier doublé en Top 14. Les agenais sont fort et ne veulent plus perdre de points à la maison eux qui ont déjà perdu 2 fois ici cette saison. Pourtant juste avant la mi-temps et après une action dans le désordre Delbouis s’en allait inscrire et ramener le Stade Français à 10 points. 17-7. Les agenais semblent apathiques et comme rester dans les vestiaires et l’ancien agenais Béthune marqua un nouvel essai pour le SF qui revenait donc à seulement 3 points. On se dit alors que les parisiens peuvent réussir un gros coup. Mais ses espoirs ne furent pas long, 3 minutes. C’est ce le temps qu’il se sera passé après l’essai francilien et avant l’essai en première main des agenais à la 46ème. Après une dernière pénalité le SUA s’impose 27-14 face à un concurrent direct. Les parisiens s’enfoncent dans la crise et n’arrivent toujours pas à s’imposer avec 1 point sur 25 possible à l’extérieur. Le manager agenais se féliciter de la “solidarité et l’état d’esprit de ses joueurs” après cette belle victoire.

La Rochelle - Racing : Sans saveur, La Rochelle bat le Racing

Ce n’était pas un match pour les arrières. Aucune envolée extraordinaires, aucun essai marqué mais un vrai bras de fer comme le Top 14 s’est si bien les faire. Le début de match fut à domination ciel et blanc la faute à une conquête maritime catastrophique. C’est simple les rochelais n’ont pas pu exploiter le moindre ballon dans les 20 premières minutes avec en cumulé dans ce match 7 touches perdues ainsi que 2 mêlées. Sous une pluie battante il était bien compliqué de déployer du jeu en ce samedi soir à La Rochelle. La réussite n’était pas non plus en faveur des noirs et jaunes comme en témoigne cette pénalité sur le poteau de West. Mais malgré ce manque de maîtrise et de nombreux en-avant le Racing ne menait que de 3 petits points, 3-6. Au retour des vestiaire la défense francilienne tenait le coup et les racingmens pouvaient s’appuyer sur celle-ci pour espérer ramener quelque chose de ce périlleux déplacement en Charente. Mais la rentrée de Brock James a fait la différence avec du côté rochelais. De par son expérience, il a apporté cette maîtrise qu’il manquait à ses coéquipiers en première mi temps. Il infligea un 9-0 aux ciel et blanc dans cette seconde période et permit à son équipe de s’imposer 12 à 6. Les rochelais se replacent ainsi dans le Top 6 pour la première fois de la saison. “Frustration, déception et colère” tel étaient les mots du capitaine Henry Chavancy à la fin du match. Sans cette indiscipline ils seraient surement repartis avec au moins un bonus défensif. Le prochain match face au Stade français s’annonce comme le match de la peur entre les deux équipes de la capitale.

Clermont - Le Lou : Première défaite de la saison pour les lyonnais

Dans des conditions rendu compliqué par un orage qui est tombé sur la ville peu avant le coup d’envoi, Clermont s’est imposé face au leader de ce Top 14 pour lui faire connaître pour la première fois de la saison le goût de la défaite. Le ballon extrêmement glissant tout au long de l’après-midi, ce fut compliqué pour le rugby aujourd’hui. Il a donc fallu se rendre à l’évidence et revenir aux fondamentaux. Un combat d’avant que les clermontois ont su remporter grâce notamment à l’indiscipline lyonnaise avec pas moins de 20 pénalités concédées. Ajoutez à cela 16 en-avant et 40 minutes au total passer en infériorité numérique et vous obtenez  une première défaite. Les 24 points des jaunards sont à mettre à l’actif du seul Mcintyre grand bonhomme de la victoire aujourd’hui. Il pourra remercier ses avants qui ont fait tout le “sale boulot”. Comme hier soir à La Rochelle aucun essai ne sera inscrit cette après-midi ce qui n’était plus arrivé au stade Marcel-Michelin depuis près de 3 ans et demi. 24-15 score final, les joueurs d’Azema se re-positionnent à la 4ème place du classement et reviennent à un point de Bayonne. Les lyonnais auront été en première mi-temps mais leur indiscipline aura eu raison d’eux.

Yohan Lemaire

Top 14 : Toulouse rechute, Lyon a perdu … Résumé du week-end

Top 14 : Des retours gagnants au Stade Toulousain

Hier, le Stade Toulousain affrontait le Castres Olympique. Après un début de saison raté, il fallait se rattraper. Grâce au retour de Thomas Ramos et de Julien Marchand, les rouge et noir ont retrouvé le sens de la marche. Les hommes d’Ugo Mola se sont imposé avec le bonus offensif 36 à 15. 

On le savait, les Toulousains devaient se rassurer. Cela n’a pas trop tardé avec un essai de Matthis Lebel à la 2e minute, suivi d’un autre essai de Lucas Tauzin à la 8e minute, les Toulousains se rassurent avec une entame de match quasi parfaite. Sur de leurs capacités en conquête, les avants ont montré un tout autre visage par rapport au match de la semaine dernière face à Brive. Mais en fin de première période, Jerome Kaino et ses coéquipiers vont retomber dans leurs travers, avec peu de ballon en leurs possessions. 

Il faudra attendre la fin de la deuxième période avec un banc solide pour que le Stade Toulousain gagne avec le bonus offensif face à des Castrais en manquent de réussite pendant tout le match. Un essai inscrit Gillian Galan à la 77e minute.

Depuis le début de la saison, ce match contre Castres est le plus abouti de la part des Toulousains, avec un jeu retrouver, mais encore perfectible, il faudra confirmer contre Montpellier le week-end prochain.

Le come-back de Thomas Ramos et Julien Marchand

On ne l’a pas senti blessé, Thomas Ramos a joué en tant que titulaire pendant cette rencontre. Dans son style habituel, il a fait la différence avec son jeu de main. Comme le dit son entraîneur Thomas,”ne se voyait pas partir en vacances”. 

En ce qui concerne le retour de Julien Marchand, il a été décisif dès son entrée, dans l’avancée permanent, on n’avait pas l’impression qu’il était éloigné des terrains depuis 6 mois. Le Stade Toulousain a l’opportunité de retrouver son vrai visage pour la suite du Top 14.

Léo Couffin

Top 14 : Des retours gagnants au Stade Toulousain

Top 14 : Bayonne, tube de l’automne

Avant la victoire contre Montpellier pour le compte de la septième journée du Top 14, l’Aviron Bayonnais ne cessait d’étonner tous les observateurs du rugby avec ses 17 points et sa troisième place au classement. Pas beaucoup d’observateurs n’avaient prédit ce début de saison pour le promu.

Derrière le duo infernal que sont l’UBB et le LOU, une équipe tient la corde. Et elle va vous étonner. Les bleus et blancs de l’Aviron Bayonnais se classent troisième et réalisent le meilleur début de saison de l’histoire d’un promu dans le championnat de France. Avec ses 4 victoires lors des 6 derniers matchs dont des succès face à La Rochelle et Castres à la maison et une victoire remarquable à Agen la semaine dernière. L’équipe entraînée par Yannick Bru profite de la “période coupe du monde” pour engranger des points qui ne seront plus à prendre pour la suite de la saison. 

Pour une équipe qu’on pensait voir batailler pour le maintien, ces points dûment acquis sont une aubaine. Mais cette équipe ne doit rien à personne, elle le doit au rugby spectaculaire qu’elle pratique, caractérisée par l’essai dont tout le monde se souvient marqué à Armandie la semaine dernière. 

Encore une victoire contre un gros

Hier face à une équipe de Montpellier très indisciplinés, mais aussi très joueuse, Bayonne pratiquait un rugby plus confus que d’habitude. Mais même avec de nombreux en-avant comme ce ballon tombé dans l’en-but par Muscarditz à la 40e, l’aviron par deux fois terminait dans la zone de marque. Par deux fois Maxime Lamothe, jeune talonneur prêté par le Lou, fut à la construction de l’action avec ses deux déboulés à la suite de deux renvois très bien tapés et qui ont posé beaucoup de soucis aux montpelliérains. 

Sous Yannick Bru, Maxime Lamothe ne cesse de progresser, lui qui est très habile ballon en main possède l’archétype du talonneur moderne et a tout pour éclater au grand public dans cette équipe qui prône le beau jeu. 

“On est sur une dynamique très positive, il ne faut pas s’enflammer ni lâcher maintenant”

Ces mots sortis de la bouche de Maxime Barthélémy, reflète l’état d’esprit qui flotte autour de Jean Dauger et de son équipe. Hier face à Montpellier qui était venu faire un coup et cherchait son premier match référence, les joueurs bayonnais ont dû s’appuyer sur autre chose que leur jeu lynché qui faisait leur force depuis le début de saison. La solidarité défensive dont ils ont fait preuve en seconde mi-temps montre que cette équipe n’est pas là par hasard alors qu’ils ne sont que la dixième défense de ce Top 14. Malgré la blessure de leur capitaine Monribot, ils n’ont jamais rien lâché. Ils sont même allés planter un troisième essai qui a scellé leur victoire à la suite d’un rugby qu’on leur connaissait mieux mêlant le jeu d’avant et envolées des arrières. S’en suit cette défense héroïque durant les dix dernières minutes alors que les montpelliérains bien qu’en infériorité numérique, suite à l’exclusion de Goosen pour jeux dangereux, poussaient très fort pour forcer le verrou bayonnais. Mais celui-ci ne sautera jamais. 

Soutenu par leur public toujours au rendez-vous et ravi de voir son équipe toujours placée sur le podium, l’Aviron continue d’étonner. Yannick Bru apporte cette touche d’expérience qui permet à sa jeune équipe de ne pas s’enflammer comme le disait leur demi d’ouverture. Cette équipe devient plus qu’une surprise, la “sensation bayonnaise” comme adore l’appeler les plus enthousiastes va t-elle durer encore longtemps ? Personne n’a la réponse, mais voir jouer cette équipe, dans ce stade mythique du rugby français, et pratiquer ce rugby champagne est un véritable plaisir pour tous les amateurs du ballon ovale.

Yohan Lemaire

Top 14 : Bayonne, tube de l’automne

Vidéo : Rencontre avec le pilier du Castres Olympique Wilfrid Hounkpatin

Après le derby entre le Stade Toulousain et le Castres Olympique gagné par les Haut-Garonnais, Wilfrid Hounkpatin a accepté de répondre à nos questions. Le pilier droit de 28 ans,  aborde sans langue de bois le début de saison de son club en Top 14, le derby, mais aussi le parcours du XV de France. 

Damien Souille

Vidéo : Rencontre avec le pilier du Castres Olympique Wilfrid Hounkpatin

Castres–Agen, Regards Croisés

Samedi dernier,  le Castres Olympique recevait le SU Agen au Stade Pierre-Fabre. Les deux équipes avaient des objectifs différents sur cette rencontre. Le CO voulait repartir de l’avant après un premier bloc difficile (1 victoire – 3 défaites). Agen de son côté voulait confirmer sa belle victoire à domicile contre Montpellier avant la coupure, mondial oblige. Au final, Castres s’est imposé 30 à 27 au terme d’un match plaisant. Damien, supporter du CO et Kenny, supporter Agenais, étaient présents dans le Tarn et nous livrent leurs regards sur ce match.

L’avis de Damien sur le match.

Voilà un match qu’il ne fallait pas perdre pour le Castres Olympique. Après les trois revers en quatre matches depuis le début du championnat. Déjà défait à Pierre-Fabre par Bordeaux lors de la 3e journée. Les hommes de Mauricio Reggiardo venaient sur ce match avec des intentions afin de se rapprocher des places qualificatives pour les phases finales. Au total, 9 900 spectateurs étaient présents pour soutenir les bleu et blanc.

Dès l’entame de la rencontre, le CO met du rythme et monopolise le ballon. Plusieurs fois proche de marquer, Castres est porté par un grand Julien Dumora qui inscrit une pénalité à la 4e puis les sept points d’un essai transformé à la 11e. 10 à 0 après un quart d’heure de jeu.

Puis le Castres Olympique retombe dans ses travers du début de saison et multiplie fautes et pertes de balles… Conséquence : le SUA reprend confiance et à l’image de son début de saison, joue à fond et de façon décomplexée. La partie devient alors plus qu’ équilibré et entre la 20e et la 40e les deux équipes inscrivent deux essais chacune. Caminati et Laveau pour le CO, Tolot et Ryan pour le SUA. Les buteurs font un sans-faute dans leurs tentatives dans une première mi-temps agréable à voir (24-20).

 En deuxième mi-temps, la partie reste équilibré, aucune des deux équipes n’arrive à enterrer l’autre. Et finalement malgré un essai rapide de Vaka à la 51e permettant à Agen de prendre l’avantage pour la première fois du match, c’est le CO qui, par la botte d’un excellent Julien Dumora (6/7 dans ses tentatives), réussi à gagner cette rencontre 30 à 27.

 Cette rencontre aurait pu tourner de chaque côté, mais les deux échecs de Berdeu puis Lagarde côté SUA ont été fatal. Agen méritait mieux sur ce match et le Castres Olympique peut être heureux du résultat même si de nombreuses questions sur les intentions de jeu se pose encore chez les supporters tarnais. Mauricio Reggiardo va encore devoir travailler pour rendre efficace le jeu du CO, s’il veut prétendre à une place dans les six en fin de saison.

L’avis de Kenny sur le match.

Frustrant. La frustration est le mot qui vient à l’esprit pour décrire le sentiment après le match. Il y avait clairement mieux à faire face à une équipe mal en point et en recherche de certitudes. Le jeu agenais a été très plaisant durant tout le match. Marquer le coup à Castres avec une victoire aurait été l’idéal. Le point de bonus résonne comme une maigre consolation. Malheureusement, les Agenais ont peut-être été trop tendres en défense à l’image du premier essai castrais. Mais cette équipe est vraiment surprenante de par son envie sur le terrain et le jeu qui a bien changé. La patte Laussucq est déjà bien présente, avec beaucoup de passes après contact, des joueurs qui font vraiment l’effort de rester debout. Ce qui était le cas à Mont de Marsan, l’ancien club de Christophe Laussucq. 

Côté individualité, Laurence Pearce, le troisième ligne centre, a fait un énorme match avec plusieurs franchissements. Tom Murday, en deuxième ligne, a beaucoup contrarié la touche castraise notamment. Que dire de Sam Vaka au centre avec son essai tout en puissance. Malheureusement, il y avait un grand Julien Dumora en face…

Cette équipe aura vraiment des coups à jouer à l’extérieur mais le plus important maintenant : le match à Armandie contre Bayonne. Concurrents au maintien pourrait-on croire mais les Bayonnais sont déjà quatrièmes au classement. À Agen de faire le boulot face à son public dans un match qui sent bon le Sud-Ouest.

Damien et Kenny

Castres–Agen, Regards Croisés