Top 14 : Après 8 journées, quels sont les premiers enseignements à retenir ?

Top 14 : Après 8 journées, quels sont les premiers enseignements à retenir ?

L’Afrique du sud championne du monde, les internationaux des équipes du Top 14 vont revenir petit à petit et celui-ci va reprendre pleinement ses droits. Retour en détails sur ces 8 premières journées enrichissantes. 

Un club brillant de mille feux

Un club rayonne plus que les autres. Il n’est autre que le leader de notre championnat à savoir le LOU. Auteur de 7 victoires en 7 matchs, ils ont vu leur série tomber à Marcel Michelin lors du dernier match de ce bloc de 8 journées. Une petite piqûre de rappel pour montrer que personne n’est invincible. Mais ce début de saison est bien Lyonnais. Meilleure défense, meilleure attaque, avec notamment un danger qui vient de partout avec des marqueurs d’essais comme Arnold, Nakaïtaci ou Regard qui en sont déjà à 4 réalisations chacun. Le LOU ne cesse d’impressionner et cette saison sera peut-être la bonne pour le club Lyonnais qui reste sur deux demi-finales perdus consécutives. Le jeu flamboyant que propose cette équipe nous fait penser à ce que faisait le Stade Toulousain l’année dernière et le mélange de jeunes joueurs à forts potentiels et de joueurs expérimentés, confirme la ressemblance. Le niveau du Top 14 va se renforcer avec le retour des internationaux des différents clubs et la domination Lyonnaise va être remise en cause. À eux de continuer à défrayer la chronique pour pouvoir passer un cap cette saison.

Alerte rouge dans la capitale

Dimanche. 16:45. Aura lieu le derby francilien à Jean Bouin entre le Stade Français et le Racing 92. Au contraire de ces dernières années ce match ressemble plus à un match de la peur qu’à  un match opposant deux équipes du haut de classement. Les deux équipes parisiennes sont en effet, a l’aube de la neuvième journée, positionnés aux deux dernières places du classement. La situation semble davantage préoccupante au Stade Français. En plus des problèmes sportif se rajoutent ceux extra-sportif. Fraîchement nommé directeur général du club, Thomas Lombard l’ancien consultant de Canal + a donné le ton «Cette 14e place est une première dans l’histoire, il faut très vite redresser la situation». Dans ce contexte particulier les nouveaux protégés de Lombard joueront avec la pression du résultat étant donné qu’ils seraient a minima à 8 points de leur futur adversaire si défaite il y avait. De son côté pour les racingmen qui n’arrivent pas à gagner à domicile, ce match à Jean Bouin pourrait être le match parfait pour se relancer et se mettre dans de bonnes dispositions avant la réception de Bordeaux-Bègles. Ce match pourrait bien être l’un des premiers tournants de la saison pour les deux clubs. Attention à la sortie de route !

Un champion attendant le retour de ses internationaux

C’était prévisible et cela c’est confirmé. Sans sa dizaine d’internationaux le Stade Toulousain n’affiche pas le même visage. Compréhensible quand on regarde que toute la ligne arrière était présente au Japon. Certes ce qui faisait la force des rouges et noirs l’année dernière était la profondeur de l’effectif mais des limites sont très vite apparu au début de cet exercice 2019-2020. Le stade alterne le bon comme lors de la victoire dans le derby face à Castres où l’on voyait cette équipe de nouveau se relancer, comme le moins bon, preuve en est la dernière défaite en date à Montpellier. Actuellement 11e du classement, il n’y a pas de quoi paniquer non plus dans un championnat ultra serré. Les internationaux, sauf le tout récent champion du monde Kolbe, sont de retour à l’entraînement. A l’approche du remake de la dernière finale qui les avaient vu s’imposés face aux clermontois, ces retours vont faire le plus grand bien à l’équipe d’Ugo Mola pour retrouver très vite les hauteurs du classement. Même si le duo infernale a déjà pris le large, une place à minima dans les 6 semble largement réalisable pour cette équipe qui espère retrouver son jeu de la saison dernière. Cela passera donc pas ce premier gros test au Stadium face à Clermont. Duel qu’on espère aussi prolifique que le match de la saison passée.

Des promus bien placés

Bayonne et Brive sont deux bonnes surprises de ce début de saison. A deux niveaux distincts, ils ne font pas de la figuration. J’avais déjà parler de l’’excellent début de saison des bayonnais. Ils ne sont pas arrêtés en si bon chemin. Même si leur dernière sortie s’est soldé par une défaite du côté de Mayol les ciels et blancs occupent une excellente quatrième place au classement. Derrière le trio Lyon, Bordeaux et Clermont se sont eux qui tiennent la cadence. La question est de savoir combien de temps vont-ils la tenir ? Car la plupart des autres équipes vont voir leurs équipes renforcés par le retour de leurs internationaux mais pas l’équipe de Yannick Bru. Les points pris ne sont plus à prendre et avec le rugby total proposé par cette équipe Bayonne pourrait continuer de s’imposer comme la surprise de cette saison. Place à la confirmation donc, afin de ne pas voir se rapprocher les profondeurs du classement qui ne sont pas si lointain, du fait de l’extrême homogénéité des équipes du Top 14 pour l’instant. De leur côté les coréziens occupent une honnête 9e place. Après un début de saison un peu compliqué, les brivistes montrent un visage beaucoup plus conquérant et flamboyant avec notamment une belle victoire 30-9 sur le leader bordelais lors du dernier match. La recette est simple, une équipe intraitable à domicile. Le fief d’Aménée Domenech est aujourd’hui imprenable. Toutes les équipes qui se sont déplacés ici s’y sont cassés les dents et sont reparti avec 0 points. Certes la recette marche moins bien à l’extérieur, mais on sait que le maintien qui est l’objectif des hommes de Davidson, passe avant tout par la récolte d’un maximum de points à domicile. Ces deux équipes n’ont pas finit de nous surprendre et de nous régaler pour que la «pena bayona» et «à nos souvenirs» résonnent encore en Top 14 l’année prochaine.

Et les autres alors ?

Une équipe tient presque le rythme infernal imposé par le Lou, c’est la nouvelle équipe de Christophe Urios à savoir Bordeaux-Bègles. Séduisante et très offensive la formation bordelaise va tenter d’enfin se qualifier pour les phases finales. Porté par Mathieu Jalibert auteur d’un excellent début de saison,même si celui-ci s’est de nouveau blessé. L’expérience et la culture de la gagne apporté par leur nouveau coach, pourrait faire passer un cap à ce club encore trop faible dans les gros matchs et moments importants comme en témoigne cette défaite 25-23 face au Lou lors de la 6e journée.

Une autre équipe qui performe en ce début de saison, c’est l’ASM. En effet les «jaunards» sont quatrième au classement et négocient mieux leur période Coupe du Monde que leur bourreau de la dernière finale à savoir le Stade Toulousain. Leurs deux dernières confrontations les ont vu affrontés les deux premiers. Après un lourd revers à Bordeaux mais avec une équipe largement remanié, les clermontois ont su réagir avec la manière. Ils ont infligés leur première défaite de la saison aux lyonnais. Sans Camille Lopez qui était du voyage au Japon un joueur s’installe comme un titulaire indiscutable c’est Jake Mcintyre. Meilleur réalisateur du championnat l’ancien agenais récite à la perfection sa partition dans sa nouvelle équipe avec laquelle il s’est pleinement intégré. Franck Azéma aura donc un sacré dilemme lorsqu’il faudra coucher sur la feuille de match la place du titulaire à l’ouverture même si Lopez part avec un léger avantage.

Derrière ce quatuor, de Toulon 5e  à Castres 12e il n’y a seulement que 4 points d’écarts. Personne ne semble encore assez forts pour creuser son avance sur la concurrence. La Rochelle et Toulon n’y arrivent pas à l’extérieur, Montpellier est sur courant alternatif tout comme Pau. Agen et Castres vivent un début de championnat un peu plus compliqué mais rien n’est alarmant étant donné que personne ne se détache réellement à part le duo infernal. Il faudra à ces clubs là, désireux de se qualifier dans les 6, beaucoup plus de consistance dans leurs matchs pour tenter de venir concurrencer les habitués des rendez-vous de Mai et Juin. Le championnat va sûrement prendre un nouveau tournant pour de nombreux clubs, certains vont voir leurs espoirs renaître tandis que pour d’autres, les promesses automnales seront emportés par la dureté hivernale.

Yohan Lemaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *