Toulouse a souffert mais s’impose avec le bonus face au Connacht

Toulouse a souffert mais s’impose avec le bonus face au Connacht

Les toulousains ont remporté leur deuxième match en autant de journées de Champions Cup 32-17. Face à de valeureux irlandais qui auraient mérité un meilleur sort, ils ont néanmoins réussi à empocher le bonus après la fin du temps réglementaire. 

Ne vous fiez pas au score final, qui ne reflète pas la physionomie du match, ou que très peu. En effet, jusqu’à la 74e minute, le Connacht occupait la moitié de terrain toulousaine et mettait sous pression les rouges et noirs. Le jeu au pied du jeune ouvreur Fitzgerald était parfait mais Healy n’arrivait pas à se saisir du ballon, rendu extrêmement glissant par la pluie. Les joueurs irlandais venaient de laisser passer leur dernière occasion de prendre le bonus défensif voire mieux.

Des Toulousains constamment sous pression

Dans ce match opposant deux équipes ayant gagné leur premier match le week-end dernier et sous un temps particulièrement irlandais, la bataille s’annonçait féroce. On croyait d’abord que les toulousains inscrivaient le premier essai du match mais le pied gauche de Guitoune était en touche. Malgré cette bonne entame, ce sont bien les irlandais qui vont surprendre la défense toulousaine. Le centre Tom Farell, auteur d’un excellent match en attaque comme en défense, prenait un énorme trou entre Elstadt et Baille pour se faire la malle et marquer le premier essai du match. Essai transformé par Fitzgerald. Stupeur à Ernest-Wallon. Heureusement pour les rouges et noirs, Bézy bien servi par Ramos inscrivait le premier des quatre essais toulousains pour recoller au score. Malgré une conquête irlandaise catastrophique dans ces premières 20 minutes, le Stade Toulousain n’y arrivait pas et de nombreuses approximations venaient enrayer les rares lancements de jeu. Pire, les irlandais inscrivaient un second essai, avec une nouvelle prise d’intervalle, cette fois-ci du troisième ligne Fainga’a qui profitait de la mauvaise montée défensive de Placines pour casser le rideau défensif et servir son demi de mêlée Blade. 14-7 la défense toulousaine est pour l’instant aux abonnés absents. 

Heureusement pour les hommes d’Ugo Mola, Fainga’a s’illustrait de nouveau, mais de la mauvaise manières cette fois-ci. Auteur d’un placage dangereux sur Ntamack, il écopait d’un carton jaune. Ses coéquipiers alors en infériorité numérique, encaissaient un essai de Yoann Huget en coin, bien servi par l’autre «vieux» de la ligne arrière Maxime Médard. Les 6 ballons perdus à la mi-temps par le Stade reflètent bien les difficultés que les toulousains ont à développer leur jeu. La défense des joueurs du Connacht est très agressive comme en témoigne les 8 pénalités concédées, qui leur permet de regagner les vestiaires avec un seul petit point de retard.

Au bout du bout le bonus offensif

Le second acte repart sur les mêmes bases avec des joueurs irlandais qui empêchent toujours leurs adversaires de déployer leur jeu d’attaque qui fait habituellement merveille. Ils reprennent l’avantage grâce à un drop signé Fitzgerald. Les toulousains souffrent physiquement face à des joueurs irlandais qui donnent tout à chaque impact. Indisciplinés et en manque de possession les joueurs de la ville rose n’y arrivent pas et sentent le vent de la défaite souffler au-dessus d’eux. Heureusement pour eux Fitzgerald ratait sa première tentative de l’après midi et ils restaient au contact. Les entrants ont fait beaucoup de bien notamment dans le 8 de devant et sur une action où ils ont multipliés les pick and go, le capitaine Jerome kaino partait au ras pour donnait de l’air à son équipe. 25-17 le break était fait. Le Stade allait même chercher le bonus par l’intermédiaire de son centre Pita Akhi.

Une victoire signée Kaino et le banc des remplaçants

Comme la semaine dernière à Gloucester, les remplaçants ont fait un bien fou à Ugo Mola et ses hommes. L’entraîneur a su faire les changements au moment opportun pour faire basculer le match. Marchand omniprésent en défense, Cros grattant des ballons chauds, et Tolofua renversant tout sur son passage ont sans aucun doute fait pencher la balance du bon côté. Un joueur a cependant porté son équipe aujourd’hui. C’est le capitaine Jerome Kaino qui a livré sur la pelouse d’Ernest-Wallon un match monstrueux. Il était très attendu après une dernière campagne européenne moyenne et il a répondu présent. Auteur de la passe qui décale Ramos sur l’essai de Bézy, il permet également à son équipe, grâce à son essai, de se mettre à l’abri. En défense il a plaqué à tours de bras, récupérant des ballons et faisant reculer ses adversaires. Il a joué un grand rôle dans la victoire de son équipe aujourd’hui et fut élu homme du match cette après-midi à Toulouse.

Malgré des conditions climatiques compliquées les champions de France s’en sortent avec les 5 points. Plus que le jeu c’est la manière dont ils s’en sont sortis qu’il faut retenir aujourd’hui. Ce match là, deux ans en arrière, les toulousains le perdait. La province irlandaise n’a jamais rien lâcher mais ce point de bonus offensif comptera à coup sûr dans l’optique d’un quart de finale. La détermination et le courage dont ils ont fait preuve aujourd’hui et le week-end dernier sont la marque des plus grands. En attendant de recevoir Bayonne la semaine prochaine, les toulousains repartent avec 9 points sur 10 possibles de ces deux week-ends européens. Ce qui laisse présager une suite de compétition des plus excitantes mais gare au faux pas car la Champions Cup est des plus impitoyables.

Yohan Lemaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *