Toulouse l’emporte à Gloucester

Toulouse l’emporte à Gloucester

Toulouse est donc allé s’imposer difficilement 25-20 à Gloucester en ouverture de la 25e édition de la Champions Cup. Ils reviennent d’Angleterre avec les 4 points et montrent à l’Europe du rugby que cette année encore, il faudra compter sur eux.

Longtemps, les Toulousains ont été menés sur la pelouse du Kingsholm Stadium. Pourtant avec la composition alignée par le staff d’Ugo Mola, l’objectif était clair ce vendredi soir : la victoire. Avec une ligne arrière reconduite à l’identique, avec celle qui avait battu l’ASM la semaine dernière, les toulousains venaient ici pour lancer au mieux leur campagne européenne. En face Gloucester, auteur d’un bon début de saison de l’autre côté de la Manche, s’articulait autour de la charnière Simpson-Cipriani. Les conditions étaient plutôt bonnes pour envoyer du jeu, malgré le froid.

Des toulousains longtemps tenus en échec

Envoyer du jeu, c’est ce que les rouges et noirs ont tenté de faire tout le long du match. Mais dans ce premier acte, le réalisme et l’opportunisme étaient Anglais. Alors que Holmes avait ouvert le score d’un joli drop, c’est le demi de mêlée Simpson, qui à la 10e minute, est allé inscrire le premier essai du match après une course de près de 80 mètres laissant toute la défense Toulousaine derrière lui. 7-3 les Stadistes ont pris un coup. Une dizaine de minutes plus tard, bis repetita. On prend les mêmes et on recommence. Le Stade Toulousain attaque dans les 22 adverses, le ballon tombe dans les mains de Simpson qui traversa une nouvelle fois le terrain pour aller planter le second essai des Cherry and Whites.

14-3. Comme l’impression que les rôles sont inversés ce soir. On a plus l’habitude de voir les Toulousains souffrir en défense mais s’en sortir grâce à des coups de génie, mais aujourd’hui, c’est bien Simpson qui permet à son équipe d’être largement devant au score. Les dernières 20 minutes de la première mi-temps verront les deux buteurs se faire face. Ramos répondant à Cipriani et inversement. L’ouvreur Anglais ayant plus de tentatives, notamment avec les fautes à répétition de Joe Tekori , Gloucester est devant à la pause sur le score de 20-9. Malgré la mainmise dont ils font preuve avec une possession largement en leur faveur les Toulousains se sont fait contrer deux fois par le même homme. Deux essais qui ont galvanisés les partenaires de Simpson poussés par leur public.

Un match indécis jusqu’au bout

Tauzin remplace Holmes à la mi-temps ce qui replace Ntamack à l’ouverture et Gray rentre en seconde ligne. La seconde mi-temps débute avec la même physionomie qu’en première. Les joueurs de la ville rose tiennent le ballon mais commettent des fautes dans la zone de marque. Même lorsqu’ils multiplient les temps de jeu (13) à la 50e minute, la défense de Gloucester ne rompt pas et les rouges et noirs repartent “seulement” avec 3 points. Deux pénalités durant ces 10 premières minutes permettent aux joueurs du Stade de revenir à 5 points. La rencontre est de plus en plus débridée mais les Toulousains se cassent les dents sur cette imperméable défense Anglaise. Mais cela ne pouvait pas durer 80 minutes. Après une énorme action d’environ 3 minutes et de multiples “pick and go” Sébastien bézy inscrivait le premier et seul essai stadiste du soir. Avec la transformation de Thomas Ramos, encore une fois impérial au pied, Toulouse prenait l’avantage 22-20. 

Les Cherry and Whites avaient pris un sérieux coup au moral avec cet essai encaissé. Cipriani expédie un coup de pied directement en touche, la touche est en perdition et les lancements approximatifs. Ajouter à cela que depuis la 42e minute toutes les pénalités ont été sifflés contre eux et le score augmentait en faveur des joueurs d’Ugo Mola. 25-20, il reste une dizaine de minutes à jouer. Huget était à deux doigts d’inscrire l’essai de la gagne mais le ballon lui fuya des mains. La fin de match est donc très tendu et nerveuse. Les joueurs de Gloucester ont par deux fois le ballon devant les 22 Toulousains mais commettent deux en-avants. On se dit alors que le match a tourné en faveur des Stadistes. Mais l’arbitre décidait de les sanctionner et offrait une dernière possibilité de victoire aux Cherry and Whites. Mais le ballon fut volé par Elstadt sur la touche, lui qui a réalisé un énorme match et élu homme du match. Un grand ouf de soulagement côté français. Ils remportent donc ce match au terme d’un match un peu fou et prennent un excellent départ dans cette compétition.

Elstadt, Ntamack en 10 et le banc ont fait du bien

Rynhardt Elstadt a été tout simplement monstrueux sur cette rencontre et pendant les 80 minutes. Élu homme du match, le troisième-ligne Sud-Africain a livré une partition quasiment parfait, omniprésent dans tous les secteurs de jeu, de trés nombreux plaquages offensifs, des récupérations de balle importantes et un apport offensif. il a surtout récupérer des ballons en touche qui font gagner le match aux hommes d’Ugo Mola. Toujours dans l’avancée, il est désormais l’une des pièces maîtresses du jeu toulousain. Mais avec le jeu produit en première mi-temps, Ugo Mola n’a pas attendu longtemps pour changer son équipe. A la pause, repositionnement d’Ntamack à l’ouverture avec la sortie de Holmes jugé insatisfaisant et sortie de Verhaeghe largement en-dessous ce soir. Ntamack a sans cesse dynamité le jeu Toulousain, tant par ses crochets qui font de plus en plus mal à ses adversaires que par sa faculté à distribuer le jeu au large. Combiné à cela des entrants qui ont fait avancer les rouges et noirs à l’image de Placines et Tolofua. Les Toulousains sont passés devant pour ne plus jamais lâcher le score. Le retour de Mauvaka est également une excellente nouvelle. Avec eux le Stade Toulousain a infligé un 16-0 en seconde période. Romain Ntamack prend de l’épaisseur de match en match. Reste à savoir à quel poste le préfère le staff Toulousain, lui qui séduit partout sur le terrain. Les toulousains auront besoin de lui à ce niveau là pour tenter d’aller loin dans cette Champions Cup, qu’ils ont débuté de la plus belle des manières.

Yohan Lemaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *