Valencia entre en crise

Valencia entre en crise

Quelques jours après l’éviction de Marcelino, la crise entre les joueurs et les dirigeants de Valencia s’intensifie. Quelques heures avant d’affronter le Barça (21 heures), où en est la situation en interne ?

“Le club ne m’a rien dit. Mateu Alemany m’a simplement dit que je n’étais plus entraîneur, sans me donner plus d’explications”. Tels sont les mots de Marcelino Garcia, désormais ex-entraîneur du Valencia CF, trois jours après s’être fait virer de son poste à la tête du club ché. Une éviction qui semblait programmée, au vu de la crise déjà traversée par les Murceliagos durant la période de trêve estivale. 

“Le détonateur, c’est la Coupe du Roi”

Tout commence à la fin de la saison dernière. Valencia accroche une belle 4e place en championnat, et une qualification en Ligue des Champions. Mais au-delà de ça, Marcelino a réussi à aller chercher un nouveau trophée : une Coupe du Roi, remportée face au FC Barcelone (2-1). Le premier titre du club depuis 2008… 

Pourtant, c’est bien cette victoire qui marque le début de la crise. Le propriétaire du club, Peter Lim, n’en avait rien à faire de cette Coupe. Il a surtout fait pression sur Marcelino pour aller le plus loin possible en Coupe d’Europe, et en championnat. “Les supporters voulaient qu’on se batte pour elle et tenter de la remporter (la Coupe du Roi). Les joueurs aussi avaient la conviction de pouvoir la gagner. Idem pour le staff technique. il n’y a aucun doute sur le fait que remporter cette Coupe a été le déclencheur de cette situation. (…) Le propriétaire ne nous a jamais félicité à Séville”. 

Ajoutez à cela un coach qui critique ouvertement la politique de son propriétaire, une fuite d’une crise dans la presse, et vous obtenez le cocktail qui a fait exploser le club. Déjà lors du mercato, on avait senti certaines tensions au sein de l’organigramme du club. Marcelino réclamait un meneur de jeu, capable de se projeter mais aussi d’organiser le jeu, en la personne de Rafinha Alcantara, mais la direction lui a refusé ce transfert, et le joueur a fini au Celta Vigo. La mauvaise gestion du cas Rodrigo est aussi symptomatique de la profonde rupture entre le propriétaire du club et le duo directeur sportif-entraîneur (Rodrigo souhaitait rester, mais Peter Lim le poussait vers la sortie). 

Le groupe se sent trahi

Les joueurs, qui adoraient leur entraîneur, n’ont pas compris cette décision. « Coach, je vous souhaite le meilleur. Je suis sûr que là où vous irez, ça vous conviendra et qu’ils vous laisseront travailler. Merci d’avoir rendu ce club plus grand », a posté Dani Parejo, capitaine du club, sur les réseaux sociaux. « Après plusieurs années passées avec vous (et pas seulement à Valence), je connais votre perfection, aussi bien en tant que professionnel et au niveau personnel. Je ne suis pas le seul à penser cela, vous l’avez montré à tout le monde. Vous vous en allez par la grande porte coach. Celui qui a pris cette décision n’a pas seulement eu votre peau, mais il a aussi touché toute une équipe et ses supporters. Donc je le dis haut et fort : ce n’est pas juste ! », a posté Ezequiel Garay, défenseur central du club. 

Un message clair envoyé par le groupe à sa direction, surtout vu la personne choisie pour remplacer Marcelino à la tête du groupe. C’est l’expérimenté Albert Celades, qui n’a jamais entraîné de groupe professionnel, qui prend la tête de l’équipe, dans un timing plus que douteux (juste avant la rencontre de Championnat face au Barça, et avant le début de leur campagne Européenne face à Chelsea Mardi). 

Les tensions se font donc de plus en plus ressentir en interne. Le nouveau coach est très loin de faire l’unanimité, et le contexte de crise pourrait fortement impacter les futurs résultats des Murceliagos. Celados va devoir trouver les bons mots, mais pas facile de passer derrière Marcelino, qui a réussi des prouesses avec cette équipe de Valence (une qualification en Coupe d’Europe à chaque saison, un trophée et un réel rôle d’outsider en Liga). Affaire à suivre…

Hugo Kucharski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *