Vendredi 18 juin : la Suède au forceps, la Croatie en danger et un derby sans but

Vendredi 18 juin : la Suède au forceps, la Croatie en danger et un derby sans but

En cette fin de semaine, la Suède et la Slovaquie se sont rendues à Saint-Pétersbourg, en Russie, pour disputer leur second match du groupe E. Les vice-champions du monde croates avaient rendez-vous à Glasgow, au Hampden Park, pour s’attaquer à la République Tchèque. Enfin, derby tant attendu du groupe D, les Ecossais se déplaçaient dans le mythique stade londonien de Wembley, pour affronter leurs plus proches ennemis, les Anglais. 

 

 

  • Suède – Slovaquie : une victoire à l’usure des Blagult

On les avait quittés sur un joli match nul, lors de leur déplacement à Séville face à la Roja. Une performance, certes, mais les Bleus-Jaunes se devaient de concrétiser leur beau jeu par une victoire et les trois points qui vont avec. Du côté des Slovaques, la mission était réitérer l’exploit de la première journée, où ils s’étaient imposés 2 buts à 1 face à la Pologne. Spoiler alerte : ce sont les Suèdois qui sont repartis le sourire aux lèvres.

Alors que dire du match..? Déjà, que c’était pas le match du siècle. En première mi-temps, seule une frappe lointaine du milieu de terrain suédois, Sebastian Larsson, à la 3ème minute, est à mentionner. Et encore…

En seconde période, le ballon commence à tourner plus vite et les actions deviennent plus tranchantes. A la 57ème minute, sur coup-franc, Kucka claque une tête à bout portant sur le portier suédois. D’un geste réflexe et d’une main ferme, Olsen sauve son équipe in extremis. Une minute plus tard, les hommes de Janne Andersson attaquent à leur tour. Augustinsson est sur le point d’ouvrir le score mais le gardien slovaque, Dubravka, repousse le ballon de la même manière que son homologue scandinave. 

Finalement, c’est une faute sur le remplaçant Robin Quaison qui va débloquer la situation. En tentant d’intercepter le ballon, Dubravka fauche l’attaquant. Pénalty : Forsberg le transforme d’un tir puissant, côté droit. 1-0. Les deux équipes en resteront là.

 

  • Croatie – République Tchèque : les vice-champions du monde vont trembler 

Lors de la première journée de ce groupe D, les vice-champions du monde croates n’étaient pas parvenus à réaliser l’exploit, en battant l’Angleterre dans son jardin de Wembley. Ils n’avaient donc pas le droit à l’erreur dans ce second match, contre la République Tchèque. Situation inverse pour les hommes de Jaroslav Silhavy qui, riche d’une victoire contre l’Ecosse, ont débarqué sur la pelouse de Glasgow avec moins de pression. Résultat : les deux nations ne sont pas parvenues à se départager. 

Dans le premier acte, on retiendra surtout l’impressionnante image d’un joueur en train de tirer un pénalty avec le nez dégoulinant de sang. En effet, à la demi-heure de jeu, le défenseur croate, Lovren assène un violent coup de coude dans le visage de Patrik Schick, sur un duel aérien. L’attaquant du Bayer Leverkusen s’écroule immédiatement, le visage à moitié recouvert de sang. L’arbitre décide alors de s’en remettre à l’assistance vidéo et finit par indiquer le point de pénalty. Une mèche dans la narine, le n°10 s’élance et prend le gardien à contrepied. 1-0. Score à la mi-temps.

Dès le retour des vestiaires, après moins de deux minutes de jeu, l’équipe au damier va parvenir à recoller à la marque, grâce à l’une des stars croates : Ivan Perisic. L’ailier gauche de l’Inter Milan déborde sur son côté, fixe son vis-à-vis, l’élimine d’un crochet extérieur et réalise une somptueuse frappe enroulée qui vient se loger dans la lucarne opposée. 1-1. Malgré deux belles occasions, côté croates et une opportunité, côté tchèque, le score ne bougera plus jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre. Si la République Tchèque est en bonne voie pour participer aux huitièmes, la situation se complique pour la Croatie qui n’aura d’autre choix que de s’imposer lors de leur dernier match de poule.

 

  • Angleterre – Ecosse : match nul entre les deux voisins britanniques

L’affiche était belle, la prestation des 22 joueurs un peu moins emballante. Hier soir, l’Angleterre accueillait l’un de ses plus proches rivaux de la compétition : l’Ecosse. Après sa défaite à domicile contre la République Tchèque, la Tartan Army se devait de relever la tête pour son retour à l’Euro après 25 ans d’absences. Les Three Lions pouvaient eux décrocher leur pass pour les huitièmes de finale, en cas de victoire. Mais cet alléchant derby s’est finalement soldé par un match nul et vierge, bien décevant. 

Incontestablement, la première demi-heure de jeu est dominée par les Anglais. Après seulement une dizaine de minutes, les Ecossais sont avertis sur coup de pied arrêté. Le défenseur central de Manchester City, John Stones s’envole plus haut que tout le monde sur le corner, mais son coup de tête vient finir sa course sur le montant droit du gardien resté complètement immobile. S’en suivent deux nouvelles offensives, de Sterling puis Kane, mais les deux hommes ne parviennent pas à concrétiser. Résultat : peu à peu, le doute s’installe dans la tête des Lions et les hommes de Steve Clarke vont en profiter pour se libérer.

A la 30ème minute, Pickford, le portier d’Everton, est mis à rude épreuve. Il dégage du bout des doigts une frappe de O’Donnell qui filait droit à l’intérieur du petit filet. Si elle n’est pas maîtresse de la possession (39%), la Tartan Army est très légèrement plus offensive que son adversaire du soir, avec 11 tirs dont 2 cadrés pour 9 tirs dont 1 cadré côté Lions. A la 62ème minute, Reece James, le défenseur de Chelsea, sauve même son équipe en déviant de la tête une frappe de Lyndon Dykes sur la ligne des cages. Bref, il y a des soirs comme ça où ça ne veut pas rentrer. Ce derby se conclut donc sur le score de 0 à 0.

 

Emmanuel Clévenot

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *