L’âge d’or du Benfica Lisbonne

L’âge d’or du Benfica Lisbonne

Pour cette deuxième édition de sa rubrique “Pour l’éternité”, la Feuille de Match retourne dans les années 60. Direction le Portugal et sa capitale, Lisbonne, pour découvrir le grand Benfica, porté par sa star Eusebio.

Après plusieurs succès probants dans les années 50, le Benfica Lisbonne entame la saison 1960-1961 comme équipe favorite pour le titre de Champion du Portugal. La capacité de leur stade, l’Estadio da Luz, est augmentée à 80 000 places, après leur succès en championnat lors de la saison précédente. Une façon d’attirer toujours plus de supporters et de spectateurs aux matchs d’une équipe désormais aussi impressionnante sur la scène nationale qu’Européenne. Pour cette nouvelle saison en Première division Portugaise, le Benfica doit défendre son titre. Ce sera finalement chose faite, et dans un championnat à 14 équipes, les Aigles terminent Champions, avec 46 points, 22 victoires en 26 journées pour 2 nuls et deux défaites. 4 points d’avance sur le Sporting Portugal, et 13 sur le FC Porto, troisième. Pourtant, c’est bien en coupe d’europe que le club va faire parler de lui.

Première finale de Coupe Européenne

Pour le tour préliminaire de la compétition, les Lisboètes affrontent le club Ecossais des Hearts of Midlothian. Les Portugais s’imposent sans trop de difficulté, sur un joli 5-1 au score cumulé, allant chercher une victoire 2-1 en Ecosse avant de s’imposer 3-0 à domicile. Les Aigles, pleins de confiance, vont ensuite défier le club Hongrois de Ujpest Dosza, basé à Budapest. Un large succès 6-2 à l’Estadio da Luz et une défaite 2-1 à l’extérieur plus tard, les Aigles passent au tour suivant.

En quarts de finale, les Portugais affrontent le club Danois de l’AGF Arhus. A L’Estadio da Luz, les portugais s’imposent 4-1, avant d’aller chercher une victoire 4-1 à l’extérieur. L’équipe, coachée par Béla Guttmann, monte de plus en plus en puissance sur la scène européenne, alors que le tenant du titre, le Real Madrid, est sorti par son rival historique le FC Barcelone. Les spécialistes annoncent de plus en plus que le Benfica a désormais une chose d’aller chercher sa première finale de Coupe d’Europe de son histoire. Pour cela, l’équipe devra aller chercher sa qualification face aux Autrichiens du Rapid de Vienne. Après une victoire 3-0 à domicile, et un match nul 1-1 à l’extérieur, les Aigles se qualifient pour un rendez-vous avec l’histoire.

La finale, qui se jouait au Stade du Wankdorf (ancien stade des Young Boys de Berne entre 1925 et 2001, depuis démoli pour laisser place au Stade de Suisse) le 30 mai 1961, oppposait donc le Benfica Lisbonne, au sommet de son art, au FC Barcelone, qui avait déjà sorti le tenant du titre lors du premier tour. C’est avec un onze 100% portugais que les Lisboètes se présentent face aux Blaugranas, et l’arbitre de la rencontre, le Suisse Gottfried Dienst, donne le coup d’envoi.

Dès la 21e minute, c’est Kocsis, international Hongrois, qui va ouvrir le score en faveur du Barça. 10 petites minutes plus tard, le meilleur buteur de la compétition, José Aguas, va venir égaliser pour les Aigles, avant que Ramallets, le portier Blaugrana, ne marque contre son camp la minute qui suit. A la mi-temps, les joueurs du Benfica Lisbonne mènent 2 buts à 1, et se prennent à rêver d’un premier titre européen.

Au retour des vestiaires, les joueurs du Benfica poussent pour aller chercher un nouveau but qui leur permettrait de se mettre à l’abri. Mario Coluna finira par trouver la faille à la 55e, ce qui permettra aux Portugais de mener 3-1, et ainsi de prendre le large. Le Barça réduira la marque par l’intermédiaire de Czibor à la 75e, et les Blaugranas vont pousser jusqu’au bout pour aller chercher des prolongations. Finalement, le coup de sifflet final retentit, et le Benfica Lisbonne est Champion d’Europe, pour la première fois de son histoire, et devient par ailleurs le premier club de l’histoire du Championnat Portugais à remporter une Coupe d’Europe.

Saison 1961-1962 : on prend les mêmes et on recommence

La saison suivante, le Benfica Lisbonne, qui a réalisé un superbe doublé, arrive en Coupe Européenne des Clubs Champions avec l’étiquette de favori. Eusébio, un jeune joueur prometteur portugais, arrive cette saison là au club. En championnat, le Benfica essaiera de conserver son titre de Champion, mais ne feront rien de mieux que la troisième place. 36 points au compteur, soit 5 de retard sur le deuxième, le FC Porto, et 7 sur leurs rivaux Lisboètes du Sporting Portugal. Le Benfica a préféré se concentrer sur sa campagne européenne. Et encore une fois, ils ne décevront pas.

Pour les huitièmes de finale (étant vainqueurs, ils n’auront pas à disputer le tour préliminaire), les Portugais affrontent l’Austria Vienne. Après un match nul 1 buts partout au match aller en Autriche, les Aigles s’imposent 5-1 à l’Estadio Da Luz, et accèdent au tour suivant sans trop de difficultés avec un joli 6-2 au score cumulé. En quarts de finale, les joueurs Lisboètes affrontent le FC Nuremberg. Après une défaite 3-1 en Allemagne, le doute commençait à s’installer. Finalement, les joueurs se sont remobilisés, et le Benfica s’impose 6-0 à domicile, pour un score cumulé de 7-3, et accède aux demies finales.

Pour la demie finale, les Lisboètes affronteront les joueurs Londoniens de Tottenham. Après une victoire 3-1 à domicile, les joueurs Lisboètes se font peur en perdant 2-1 à l’extérieur. Une défaite qui sera sans incidence sur leur qualification en finale, le score cumulé étant de 4-3.

Finale de 62 : la révélation Eusébio

Pour cette finale de l’édition 1961/1962 de la Coupe Européenne des Clubs Champions, le Benfica Lisbonne, vainqueur de l’édition précédente, ira à Amsterdam, au Stade Olympique, affronter le Real Madrid, vainqueur en 1960. Encore une fois, c’est une équipe 100% portugaise qu’aligne le Benfica Lisbonne, ici en rouge, et le coup d’envoi est donné le 2 mai 1962 par Leo Horn, arbitre de la rencontre.

La rencontre démarre de façon cauchemardesque pour les Lisboètes. 18e minute de jeu, Ferenc Puskas, le joueur hispano-hongrois, ouvre le score, puis double la mise 5 minutes plus tard. Aguas réduira le score à la 25e, puis Cavém égalise à la 33e. Cette finale est d’ores et déjà très spectaculaire, et Puskas vient redonner l’avantage aux Merengue à la 39e.

50e minute, c’est Coluna qui vient égaliser à 3-3. Puis Eusébio a frappé. 64e minute, d’un pénalty, il donne l’avantage aux joueurs de Benfica. Quelques minutes plus tard, il doublera la mise d’un but sur une frappe sèche et très bien placée, suite à un coup-franc, à la 69e minute. Le score restera figé jusqu’à la fin de la rencontre, 5-3, victoire du Benfica Lisbonne en finale de Coupe Européenne des Clubs Champions. Un doublé de la désormais légende Eusébio, qui venait de se révéler au grand jour et aux yeux de toute l’Europe à cette époque.

Par la suite, le Benfica Lisbonne atteindra une nouvelle fois la finale de Coupe Européenne des Clubs Champions, notre actuelle Champion’s League, la saison suivante. Ils seront battus en finale face au Milan AC. Finale qu’ils atteindront pour la 4e fois en 5 ans deux saisons plus tard. Ils atteindront encore la finale l’année suivante, pour une nouvelle déception en finale.

Les années 60 sont très certainement les plus belles du club Lisboètes. Avec 8 titres de champion, 3 coupes du portugal, 2 actuelles Ligue des Champions (et les deux seules de leur palmarès), les joueurs du Grand Benfica des années 60 sont entrés dans la légende… pour l’éternité.

Hugo Kucharski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *