Portugal : un simple outsider… comme en 2016

Portugal : un simple outsider… comme en 2016

Comme il y a cinq ans, le Portugal ne figure pas parmi les grands favoris de la compétition. Pour autant, les coéquipiers de Cristiano Ronaldo restent en embuscade et espèrent réitérer leur incroyable (mais laborieux) parcours de l’Euro 2016. En battant la France dans une finale pourtant archi-dominée par les tricolores, la Seleçao avait été sacrée championne d’Europe à la surprise générale. Deux ans plus tard, ils s’étaient inclinés face à l’Uruguay en huitièmes de finale du Mondial. 

Félix, Silva, Ronaldo… Sur le papier, l’attaque portugaise est digne des meilleures au monde. Pourtant, dans les faits, celle-ci peine à se concrétiser. C’est davantage la solidité du groupe qui impressionne. Souvent frustrant pour les équipes adversaires, le jeu de la Seleçao n’en demeure pas moins efficace. Sur huit matchs joués pendant les éliminatoires, le Portugal n’en a perdu qu’un seul et n’a encaissé que six buts. Une maigre défaite contre l’Ukraine a cependant coûté la première place aux hommes de Fernando Santos. 

 

  • Quelles chances ? 

Lors de l’Euro 2016, le Portugal avait terminé à la troisième place d’un groupe pourtant très abordable, sans remporter le moindre match. La Hongrie en était d’ailleurs ressortie en tête. Cinq ans plus tard, les Rouges et Verts retrouvent à nouveau les Hongrois, avec en prime l’Allemagne et la France. Outsiders pour la première place, ils peuvent néanmoins espérer finir sur la deuxième (ou la troisième) marche du podium, pour rejoindre les huitièmes…. L’histoire nous a prouvé que ça leur réussissait bien !

 

  • Joueurs à suivre ? 

De toutes les équipes nationales européennes, c’est le joueur le plus capé. Avec 170 sélections à son compteur, Cristiano Ronaldo est évidemment la grande star du Portugal. Révélé à Manchester United, l’attaquant a passé presque dix ans au Real Madrid avant de s’expatrier en Italie en 2018, pour rejoindre la Juventus. A 36 ans, le quintuple Ballon d’or n’est plus au meilleur de sa forme mais reste très agile devant les cages. 

A seulement 21 ans, Joao Félix incarne la relève de CR7. Sacré champion d’Espagne avec l’Atlético Madrid cette saison, le jeune attaquant est bourré de talent. Tellement qu’il veut parfois en faire un peu trop, se perdant dans d’inutiles fioritures. Pour l’heure, la pépite portugaise n’a porté qu’à 17 reprises le maillot de la sélection nationale, mais des jours heureux l’attendent sans aucun doute.

 

  • Effectif ? 

Gardiens : A. Lopes (Lyon, FRA), R. Patricio (Wolverhampton, ANG), Rui Silva (Grenade, ESP).

Défenseurs : Cancelo et R. Dias (Manchester City, ANG), J. Fonte (Lille, FRA), Guerreiro (Dortmund, ALL), Nuno Mendes (Sporting CP), Pepe (FC Porto), N. Semedo (Wolverhampton, ANG).

Milieux : W. Carvalho (Betis Séville, ESP), Danilo P. (Paris-SG, FRA), B. Fernandes (Manchester United, ANG), R. Neves et Moutinho (Wolverhampton, ANG), S. Oliveira (FC Porto), Palhinha (Sporting CP), R. Sanches (Lille, FRA).

Attaquants : J. Félix (Atlético de Madrid, ESP), P. Gonçalves (Sporting CP), Guedes (Valence CF, ESP), Jota (Liverpool, ANG), C. Ronaldo (Juventus, ITA), An. Silva (Francfort, ALL), B. Silva (Manchester City, ANG), Rafa Silva (Benfica).

 

  • Calendrier ? 

Mardi 15 juin à 18h, à Budapest (Hongrie) : Hongrie – Portugal (beIN SPORTS)

Samedi 19 juin à 18h, à Munich (Allemagne) : Portugal – Allemagne (M6 et beIN SPORTS)

Mercredi 23 juin à 21h, à Budapest (Hongrie) : Portugal – France (TF1 et beIN SPORTS) 

 

Emmanuel Clévenot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *