Rétro : La folle épopée danoise de 1992

Rétro : La folle épopée danoise de 1992

Éliminé lors de la campagne de qualification à l’Euro, le Danemark est repêché in extremis en raison des guerres de Yougoslavie. S’en suivent un match incroyable face aux Bleus, une demi-finale contre les champions d’Europe en titre et un sacre historique face à la Mannschaft… Retour sur cette folle épopée danoise de 1992.

Eliminés au premier tour de l’Euro 88, les Danois sont absents de la Coupe du monde 90. Composés de sept groupes de quatre à cinq équipes, les éliminatoires de l’Euro 92 sont pour eux l’occasion de redorer leur blason. En plus de la Suède, qualifiée d’office en tant qu’organisatrice, seuls les premiers de chaque poule décrochent un billet pour la phase finale de la compétition. Et les choses vont mal tourner pour les Rouges et Blancs. Ils chutent à deux reprises contre la Yougoslavie, ce qui leur coûtera la première place malgré leurs six victoires contre l’Irlande du Nord, l’Autriche et les Îles Féroé. Pour la deuxième fois consécutive, le Danemark échoue à se qualifier pour une grande compétition internationale.

Un conflit européen va toutefois bouleverser le cours de l’histoire de l’équipe de foot danoise. Un an avant le coup d’envoi de l’Euro 92, éclate l’un des conflits armés les plus meurtriers depuis la Seconde Guerre mondiale : les guerres de Yougoslavie. Dans les territoires de l’ancienne république fédérative socialiste de Yougoslavie, vont être perpétrés de nombreux crimes de guerre, dont le génocide bosniaque. Au vu de ce contexte géopolitique et du fait des sanctions de l’ONU, l’UEFA prend la décision d’exclure la Yougoslavie à quelques semaines de la compétition. Coup de théâtre pour le Danemark, qui se voit ainsi recevoir la proposition de participer à l’Euro. 

Une victoire historique contre les hommes de Platini

Les Dynamites danoises s’envolent donc en direction de la Suède, sans grande ambition. Milieu offensif du FC Barcelone, la star de l’équipe, Michael Laudrup n’est même pas du voyage, faute de bonnes relations avec le sélectionneur. Après un premier match accroché contre l’Angleterre (0-0), le Danemark s’incline contre les Suédois (1-0). Bon dernier avec un petit point, les hommes de Richard Moller Nielsen s’apprêtent à plier bagage. Mais l’impensable va se produire lors de la dernière journée de poule. 

Face à eux, menée par Jean-Pierre Papin, l’équipe de France est l’une des grandes favorites de la compétition. Henrik Larsen surprend les tricolores en ouvrant rapidement la marque. A l’heure de jeu, les Bleus vont recoller au score dans un remarquable mouvement entre l’attaquant marseillais et Jean-Philippe Durand, célèbre milieu de terrain aux 195 titularisations avec le TFC. D’une talonnade, le Toulousain offre une passe décisive parfaite à JPP qui envoie le ballon faire trembler les filets. Loin d’être abattus, les Scandinaves repartent à l’attaque et acte définitivement le revers français, à dix minutes du terme. 2-1. Cette défaite surprise poussera le sélectionneur français, un certain Michel Platini, à démissionner. 

Le Danemark, champion d’Europe

Invité de dernière minute, le Danemark se retrouve donc propulsé en demi-finale contre les Pays-Bas, champion d’Europe en titre. Par deux fois, les Danois mènent dans cette rencontre. Mais à deux petites minutes du coup de sifflet final, Frank Rijkaard, attaquant de l’AC Milan, arrache l’égalisation et propulse les 22 joueurs vers les prolongations. L’issue du match se décide finalement aux tirs au but : 5-4. Le Danemark est en finale ! 

Ultras favoris, les Allemands vont buter à maintes reprises sur la muraille danoise. A l’inverse, les Rouges et Blancs ne ratent pas leurs occasions et marquent à deux reprises. 2-0, score final. Éliminés lors des phases de qualification, les voilà désormais sur le toit de l’Europe. Un exploit historique que les Danois n’ont jamais réussi à reproduire… 

Emmanuel Clévenot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *