Futur et Analyse de l'été des Lakers

Ou alors patience ?

Les purple & gold sont en transition depuis deux saisons, et les arrivées de jeunes joueurs comme Brandon Ingram, et cette saison Lonzo Ball ainsi que Kyle Kuzma ont amenés de nombreuses attentes du côté de Los Angeles.

Les hommes de Luke Walton viennent de réaliser leur première saison à plus de 30 victoires depuis la fameuse saison 2012-2013, et ont enfin quittés les tréfonds de la conférence Ouest.

Qui dit fin de saison dit forcément offseason à venir, et comme chaque été, les Lakers seront au centre de quelques rumeurs, et personne n’attendra le mois de Juin pour envoyer des bombes.

 

Posons nous tranquillement sur le dossier Lakers, et abordons les différents axes qu’il faudra suivre avec grande attention tout au long de l’été.

 

On va d’abord se pencher sur la base de ces nouveaux Lakers. Les petits, qu’on a déjà mentionné en intro, ils incarnent le futur et, peut-être, le retour en grâce de la franchise iconique de la NBA.


Premier cas, celui qui est sans conteste l’attraction phare des Angelinos cette saison, Lonzo Ball.
Le jeune meneur est arrivé en NBA avec une hype monstrueuse, dûe en assez grande partie à la communication de son père qui nous l’a vendu plus ou moins comme l’élu à coup de déclarations, enflammant le monde du Basket au fil de l’été 2017. Il était évident que l’ancien d’UCLA arrivait en NBA avec une pression folle, qui s’est ressentie lors de ses débuts, mais aujourd’hui, après une première saison assez compliquée et évidemment en dessous des attentes beaucoup trop grosses pour lui, Lonzo s’en sort plutôt bien. Ses qualités (bon passeur, vision du jeu déjà au top) et ses défauts (principalement les difficultés au tir) se reflètent assez bien statistiquement. Aujourd’hui, Lonzo affiche 10.2 points, 6.9 rebonds et 7.2 passes. Vous avez dit joueur complet ? 

Il faut l’admettre, quand on fait 1m98, c’est plus facile de se mêler aux intérieurs pour aller gratter du rebond !

Embed from Getty Images

De l’autre côté, un meneur qui tourne à 36.% au tir, 30.5% à 3 points et 44% aux lancers francs, c’est assez peu conventionnel dans la NBA moderne.
Dernier point à ne pas oublier, le meneur n’a actuellement joué que 52 matchs et participera maximum à 56 matchs pour sa saison rookie, dû à quelques pépins physiques.

Conclusion, pour Lonzo, il va encore falloir du temps. Sa première saison est loin d’être aussi décevante que certains pourraient vous faire croire. Son profil est assez différent de celui des plus grands meneurs de la ligue, mais il ne fait aucun doute que la nouvelle tête de gondole des Lakers s’y fera une place, à condition de le laisser progresser à son rythme, et relâcher la pression.
On va donc calmer les cris au bust de certains et profiter de l’évolution de celui qui connaît déjà quelques comparatifs avec un dénommé Jason Kidd.


Embed from Getty Images

Dans la catégorie “Je suis un jeune joueur et on me compare déjà une grande star de la ligue au vu de mon profil atypique”, je demande Brandon “Brindille” Ingram !
L’ailier, qui a rapidement connu des comparaisons avec un certain serpent jouant dans la même division, après une première saison en NBA assez compliquée, a déjà commencé son ascension, à son rythme. Plein de talent et plein de promesses pour l’avenir, Brandon a haussé toutes ses statistiques pour sa saison Sophomore, en toute logique et pour le plus grand plaisir de sa franchise. Aujourd’hui auteur de 16.1 points, 5.3 rebonds et 3.9 passes, ce sont surtout les augmentations de ses pourcentages au tir qui frappent. On passe tout de même de 29.4% à 39% de loin, ce qui n’est pas négligeable pour celui qui devrait, à terme, être la première option offensive des Lakers. Ajoutez à cela un pourcentage global de 47% au tir cette saison, et on peut déjà imaginer la potentielle propreté au scoring du joueur.


Le crédo est le même que pour son meneur, patience pour tous ceux qui attendent monts et merveilles de Brandon Ingram. L’adaptation continue. Au delà de la continuelle progression dans le jeu, en défense et dans les choix, on espère que Brandon va continuer à pousser de la fonte, et même si l’on attend pas de lui qu’il devienne un golgoth, il va falloir prendre un peu plus de masse pour prospérer parmi l’élite à son poste, rempli de monstres physiques.


Et enfin, dernier cas, celui qui est considéré par pas mal de monde comme le steal de cette cuvée 2017, Kyle Kuzma.
L’ailier fort, parmi notre trio de jeunots, est définitivement celui qui réalise la meilleure saison, lui qui était pourtant le joueur avec le moins d’attentes en début de saison. Il faut bien le dire, quand vous sortez du banc pour la majorité de la saison et que vous êtes le meilleur scoreur (à peu de choses près) de votre équipe en tant que rookie, ça en dit long ! 16.3 points de moyenne pour Kuzma, qui ajoute également 6.3 rebonds, qui culmine en une hype grandissante !
Kuzma s’est donc permis de mettre un sacré bazar dans les rotations de Luke Walton, et ce très rapidement, ce qui a ultimement poussé Larry Nance Jr au départ à la trade deadline. Il met également une grosse pression à Julius Randle, lui aussi auteur d’une belle saison.

Embed from Getty Images

On a là-aussi envie de prôner la patience pour Kyle Kuzma, cependant, monsieur a tellement fait forte impression qu’on se demanderait presque si monsieur sera titulaire dès la saison prochaine ! Son avenir dépend beaucoup de la gestion du cas Julius Randle cet été, mais une chose est certaine : Luke Walton pourra définitivement compter sur son nouvel ailier fort dans le futur.


L’avenir est prometteur autour de ce joli trio, qui démontre déjà quelques belles choses. Désormais pour Magic Johnson et Rob Pelinka, il va falloir bien entourer ces pépites, et c’est justement notre deuxième axe.
L’été 2018 approche et on va réfléchir sur les éventuels choix à faire dans l’effectif actuel, quels joueurs visés lors de la prochaine Free Agency, et plus globalement, quelle direction prendre.

On débute avec deux joueurs qui seront agents libres cet été, l’un est l’une des premières pièces de la reconstruction en marche des Lakers, l’autre est un éventuel emprunt d’un an qui pourrait, de par ses qualités, continuer l’aventure dans la cité des anges.

Le premier de nos garçon a déjà été mentionné, on aurait tout à fait pu en parler dans le premier axe, mais sa situation contractuelle fait qu’on aborde le sujet au sein de cet axe, il s’agit de Julius Randle.
Le joueur, drafté en 2014 par les Lakers, arrive au terme de son contrat rookie et sera restricted free agent en Juillet prochain, ce qui veut dire que les Lakers pourront s’aligner sur n’importe quelle offre faite au joueur cet été.
Cependant, grâce ou à cause de sa très bonne saison, notamment statistique (16.2 points et 8.2 rebonds), monsieur fait remonter sa cote et son agent recevra surement de nombreux coups de fil. Deuxième point, si monsieur souhaite continuer avec les Lakers, il est possible que ça ne soit pas le cas. Déjà, comme dit précédemment, l’émergence de Kyle Kuzma met en danger la place de Randle dans le 5 de départ, et on imagine assez mal que ce même Randle accepte de sortir du banc maintenant qu’il s’est installé parmi les titulaires.

Embed from Getty Images

Voilà donc ce qui pourrait lui donner envie d’aller voir ailleurs et empocher un chèque assez élevé, mais ultimement, et tant mieux pour les Lakers, cette décision ne lui revient pas et il pourra empocher son pactole à Los Angeles, pour ou contre son gré.


Notre second joueur a, quand à lui, été le protagoniste d'une des situations les plus intrigantes lors de cette saison, on va parler de Kentavious Caldwell-Pope.
L’arrière a signé aux Lakers l’été dernier pour un an et près de 18 millions de dollars, et sera donc lui aussi agent libre. Contrairement à son camarade, KCP n’a aucune clause de restriction et pourra aller où bon lui semble dès le 1er Juillet. Malgré une saison assez discrète, Kentavious peut être à peu près sûr d’avoir des offres, monsieur possède un profil de 3&D intéressant, et il n’a également que 24 ans, il y a donc à priori encore une marge de progression pour le joueur qui pourrait intéresser quelques équipes.
Cependant, l’une de ces équipes pourrait bien être son équipe actuelle. Les Lakers ne diraient probablement pas non à un joueur comme KCP aux côté de Lonzo Ball et Brandon Ingram, apportant du shoot et de la défense.

Embed from Getty Images

L’avenir est très incertain pour Caldwell-Pope, et dépend en partie de ce que souhaite faire sa franchise cet été. Il y a des joueurs sur le marché plus expérimentés et susceptibles d’apporter autant voir plus que lui à son poste. Les Lakers ne sont peut-être pas près à mettre trop d’argent sur la table, et pourraient donc aller chercher un joueur similaire pour moins cher, laissant à KCP le soin de négocier un accord là ou il le désire.


Maintenant que nous avons abordé les deux cas intéressants au sein de l’effectif des Lakers, regardons en direction du futur marché des agents libres, voyons quelles sont les stratégies possibles et enfin, quels joueurs pourraient être visés par le front office en Juillet.


Première chose très importante, il faut déterminer quelle sera la direction à prendre en vu de la saison 2018-2019. Les Lakers visent-ils une remontée rapide vers les sommets, ou une ascension plus calme, étape par étape ?


Il y aura plusieurs gros joueurs sur le marché cet été, et comme on se doute que les Lakers ne garderont ni Isaiah Thomas, ni Brook Lopez, il y aura de l’argent dans les caisses, et un début de projet susceptible d’intéresser une star.

Abordons rapidement le cas de Paul George. L’ailier du Thunder a déjà évoqué son intérêt envers les Angelinos, cependant, deux paramètres sont à prendre en compte. Tout d’abord, sa décision dépend énormément des résultats en Playoffs d’OKC, et ensuite, côté Lakers, quid de Brandon Ingram ? Les Lakers, qui chercheront potentiellement à aller chercher un gros poisson, veulent-ils mettre PG dans les pattes de leur jeune pousse ?
Faut-il chercher à sauter une étape quitte à ralentir le développement d’un futur joueur majeur ?
La question est posée. Il ne faut cependant pas oublier qu’une éventuelle arrivée de Paul George peut certes pénaliser Brandon Ingram sur le terrain, mais il est indéniable que l’aîné aura beaucoup à apprendre à son cadet, notamment défensivement.

 

Maintenant que le gros poisson dont on parle depuis un an a été analysé, on va voir quels joueurs pourraient intéresser les Lakers en vu de la prochaine phase de leur reconstruction.
On va commencer avec deux joueurs qui, dans leurs rôles respectifs, pourraient sensiblement améliorer l’effectif des Angelinos, permettant un step-up qui va doucement se faire attendre désormais.

On commence assez fort avec le plus gros poissons sur lequel on se focalise, l’actuel pivot des Clippers, DeAndre Jordan.
L’ami DAJ possède une Player Option à 24 millions de dollars, mais il pourrait tout à fait la refuser pour aller chercher les pépettes ailleurs. Il n’aurait pas beaucoup de changements à effectuer dans sa vie en allant dans la franchise rivale. Même ville, même vestiaire, seuls les visages croisés à l’entraînement changeraient pour le pivot. Auteur actuellement de sa plus faible saison au contre (0.9 de moyenne), mais toujours aussi efficace au rebond (15.4), DeAndre pourrait se trouver une place de choix aux Lakers.
Il manque un joueur capable de dissuader les pénétrations adverses dans l’effectif Angelino, et s’il y a bien un joueur sur ce marché capable de remplir le rôle d’ancrage défensif dans une équipe qui en aurait bien besoin, c’est lui.

Embed from Getty Images


Embed from Getty Images

On enchaîne avec un autre joueur des Clippers, ayant fait une pige de quelques mois aux Pistons en début de saison, c’est monsieur Avery Bradley.
On parlait de 3&D avec KCP tout à l’heure ? Hé bien voilà son potentiel remplaçant ! L’ancien chien de garde des Celtics chez l’éternel rival, ce serait quand même assez cocasse. Tout de même, une éventuelle arrivée de Bradley aux Lakers serait un très bon coup pour les Lakers dans tous les compartiments du jeu.

 


L’avantage si les Lakers signent Avery Bradley, c’est que l’arrière possède pas mal d’expérience, notamment en Playoffs, ce qui pourrait aider les Lakers à franchir un cap qu’il faudra bien franchir pour que la reconstruction soit réussie.


Parmi les autres joueurs que l’on pourrait mentionner, J.J Redick, Tyreke Evans, Will Barton, Enes Kanter, Wesley Matthews, Greg Monroe, ou encore Rudy Gay pourraient tous trouver une place dans l’effectif de Luke Walton et contribuer efficacement.
Cas à part car actuellement blessé, DeMarcus Cousins sera lui aussi sur les tablettes de Magic Johnson, à voir si la blessure du joueur pousse le Front Office à aller voir les autres options mentionnées plus haut.


C’est ainsi qu’on conclut cet assez gros dossier qu’est celui des Los Angeles Lakers ! Beaucoup de choses se prépare    nt, ça doit bien cogiter dans la tête de Magic tout comme dans les nôtres.
Surtout, faites nous part de votre avis, vos impressions sur l’été à venir, et plus globalement sur le futur des Angelinos !

Valentin T.