Le point sur le match des étoiles

LE ALL STAR GAME ! L’un des plus gros événement de l’année en NBA, la réunion de la crème de la grande ligue au sein d’un match, les meilleurs contre les meilleurs. Nouveau système, nouveaux arrivants, nouvelles déceptions, faisons un petit récap’ au niveau des effectifs !

La cour du roi

En voilà une bien belle brochettes d’athlètes ! Allez, on se penche sur cette équipe, coachée par Dwayne Casey, qui sera cependant moins bon que Tyronn Lue en tant que bouffon du roi, mais on compte sur lui.

Rapidement, le starting five, les élus de la cour. Messire LeBron James sera accompagné de ses plus beaux sujets, dont Kyrie Irving, les deux anciens coéquipiers organisant des retrouvailles d’un soir, Kevin Durant, qui ne manquera pas de confort malgré l’absence de Warriors à ses côtés, ainsi que par la meilleure raquette de NBA, le monstre à deux têtes composé d’Anthony Davis et Demarcus Cousins (Désormais out jusqu’à la fin de la saison, on attend de connaître son remplaçant).

 

Commençons à parler des remplaçants avec la paire John Wall-Bradley Beal. Tout d’abord, le second nommé. Sa présence cette année est incontestable (Leigh Ellis de The Starters a surement apprécié), Beal étant indéniablement le meilleur, et le plus constant, joueur des Wizards cette saison. Quand à son compère Jean Mur, c’est déjà plus discutable. Le meneur fait une belle saison statistique, cependant, la 6eme place actuelle de Washington rend sa présence caduque, car on aurait pu imaginer voir un joueur d’une autre franchise à sa place, et on va en reparler.

 

Passons ensuite à LaMarcus Aldridge. L’intérieur assure en l’absence de Kawhi Leonard, et les Spurs étant dans le top 4 de l’Ouest, il fallait bien un représentant de la maison Texane. Alors oui, Pau Gasol ou Manu Ginobili, bien qu’on aime beaucoup ce dernier, ça fait doucement sourire, c’est l’ancien Blazer qui prend le spot, à juste titre.

 

Et là qui voilà ? C’est Russell Westbrook ! Le MVP en titre est lui aussi un incontestable. Monsieur tourne à 25.4 points, 9.5 rebonds et 9.9 passes de moyenne… Vous aviez dit baisse de régime suite à la saison passée ? Le diable d’Oklahoma City ne s’est pas calmé, pour notre plus grand plaisir et ceux de ses copains, qui squattent la 5eme place de l’Ouest.

 

Petit retour dans l’Ohio, puisque les Cavaliers ont un deuxième All-Star, en la personne de Kevin Love. L’ailier fort, dans le marasme actuel de Cleveland, fait parti des rares à qui l’on pourrait reprocher quoique ce soit, faisant tout ce qu’on lui demande sans jamais l’ouvrir. Résultat ? Une saison à 18.2 points et 9.5 rebonds. Pas incroyable vous me direz, mais plus que suffisant pour mériter un spot auprès de son coéquipier, et les Cavs étant 3eme de l’Est, rien de scandaleux à voir deux représentants.

 

Autre joueur faisant ses débuts lors du match des étoiles, Kristaps Porzingis. La star montante des Knicks était à un Camerounais près d’être parmi les titulaires cette année, il est donc logique pour lui d’obtenir une place, grâce à la hype New-Yorkaise, et ses 23.6 points par match. Les Knicks s’éloignent peut-être des Playoffs, mais Kristaps se rapproche des plus grands.

 

Et on termine avec le dernier des nouveaux dans la Team LeBron, Victor Oladipo. L’arrière formé à Indiana est auteur de 24.1 points de moyenne et a pris une autre dimension en terme de leadership, pour porter une équipe des Pacers que l’on attendait pas forcément dans la course aux Playoffs.

Les tontons flingueurs

Alors là, le chef nous a concocté une recette dont lui seul à le secret, en quand on voit les ingrédients, ça ne peut que faire plaisir au gourou Mike D’Antoni, qui devrait bien s’amuser avec tant de nouveaux jouets adaptés à son système.

Débutons avec le 5 majeur. Sur les lignes arrières, le capitaine, Stephen Curry, sera accompagné d’un autre maître cuisinier, le barbu du Texas et favori de la course au MVP, James Harden. C’est DeMar DeRozan qui fera office d’ailier, et il sera suivi sur le frontcourt par le Greek Freak Giannis Antetokounmpo ainsi que par le Process, Joel Embiid, histoire d’ajouter une légère saveur exotique à tout ceci.

 

On attaque désormais les joueurs du banc avec un retour des Warriors de 2016, puisque Klay Thompson et Draymond Green rejoignent leur meneur. L’arrière pyromane inscrit 20.5 points par match à de fabuleux pourcentages, et s’offre ainsi une place tout à fait justifiée parmi les All-Stars pour la troisième fois. Quand à Draymond, le DPOY en titre tourne à 11.3 points, 7.8 rebonds et 7.4 passes et continue d’être le couteau suisse en or des Warriors. On peut discuter de la présence de quatre Warriors en tout dans ce All-Star Game, mais aucun ne mérite pas d’en faire partie, loin de là.

 

Enchaînons avec les deux Loups s’étant infiltrés dans la Team Curry, Jimmy Butler et Karl-Anthony Towns. Le premier est actuellement blessé, mais s’est affirmé comme véritable baromètre des Wolves jusqu’à maintenant avec ses 21.7 points mais surtout, son leadership qui permet aux Louveteaux de montrer les crocs. Quand à KAT, le chaton continue de devenir un sacré matou, claquant 20 points et 12 rebonds par match. Des Wolves dans le top 4, et un joli duo pour les représenter, sans grande contestation possible.

 

Retour parmi les All-Stars pour Damian Lillard ! Le meneur des Blazers n’a cette fois pas été snobé, notamment grâce au classement de son équipe, qui fait pour l’instant partie du top 8 à l’Ouest. Et puis, quand on envoie 25.4 points et 6.5 passes, c’est tous les jours Dame Time, et ce sera aussi le cas à Los Angeles cette année.

 

On rentre doucement dans les joueurs qui font débat avec Al Horford. Le pivot de Boston n’affiche “que” 13.3 points, 7.8 rebonds et 5.3 passes, mais tant de polyvalence et d’intelligence, en plus d’avoir les Celtics au top de la conférence Est, rend légitime la présence d’un deuxième joueur de Boston parmi les All-Stars.

 

Terminons en compagnie de Kyle Lowry. Statistiquement ? Le meneur de marque que 16.5 points par match, mais assure tout de même 5.9 rebonds et 6.7 passes. On peut tout à fait contester sa présence au vu d’autres dossiers que nous verrons après, mais les Raptors étant seconds à l’Est, il est assez compréhensible que le deuxième meilleur joueur de Toronto rejoigne son compère, dans la même équipe qui plus est.

Les oubliés

On pourrait tout de suite envoyer une dizaine de noms à la pelle, mais nous ne retiendrons que quatres joueurs, qui sont probablement ceux dont le nom est le plus revenu lors de l’annonce des remplaçants.

L’un d’eux pourrait bien remplacer DMC dans la Team LeBron, qui sait ?

Paul George

On commence avec l’ailier du Thunder. Auteur d’une saison à quasiment 21 points par match ainsi que d’une belle adaptation à sa nouvelle équipe, l’ancien Pacer s’est vu soutenu par Russell Westbrook lors de l’annonce des remplaçants, ce qui semble lui avoir beaucoup plus.

 

Ce qui lui a coûté sa place ? Probablement le bilan du Thunder, une 5eme place à l’Est n’offrant pas véritablement la possibilité d’inclure deux joueurs parmi les étoiles. Paulo est cependant le favori pour remplacer Demarcus Cousins au pied levé.

Goran Dragic

Le dragon de Miami est passé à un rien d’être All-Star, et très franchement, on peut penser qu’il aurait dû. Le Slovène est le meilleur joueur d’un Heat classé 4eme à l’Est.

 

Ce qui lui a coûté sa place ? On se le demande. Certes, Dragic n’affiche “que” 17.4 points, 4.2 rebonds et 4.8 passes par match, mais ne voir aucun représentant de l’équipe 4eme de la conférence Est paraît… Surréaliste, surtout en voyant certains des joueurs pris devant lui. 

Andre Drummond

Le pivot des Pistons effectue tout simplement l’une de ses meilleurs saisons statistiques en carrière, avec 14.7 points, 15.3 rebonds et même 3.9 passes. Dédé s’est d’ailleurs bien vengé sur le Jazz après l’annonce des remplaçants. On refait le code minitel martelé sur Rudy Gobert ? 30-24-4-3-6. Monstrueux.

 

Ce qui lui a coûté sa place ? Définitivement le bilan collectif. Les Pistons sont loin de leur beau début de saison, étant retombés à la 9eme place de l’Est, et légèrement décrochés par rapport aux Pacers.

Chris Paul

Celui qu’on appelle Point God manquera à nouveau le All-Star Game cette année. Pourtant auteur d’une saison dans ses standards habituels avec 19.5 points et 8.7 passes. CP3 avait de quoi se rajouter à la fête.

 

Ce qui lui a coûté sa place ? On peut de nouveau se poser la question. Paul a certes raté quelques matchs, mais sa présence au sein des Rockets s’est montrée être tout à fait bénéfique et impactante. Réaliser une aussi bonne saison tout en jouant aux côtés de James Harden, c’est fort, et vu que les Rockets sont deuxième de l’Ouest, voir les deux nouveaux meilleurs amis ensemble n’aurait rien eu de scandaleux.

Et voilà qui conclut ce retour sur les effectifs du All-Star Game. On va désormais patienter jusqu’au 18 Février, et prier pour qu’enfin, nous n’ayons pas à assister à un spectacle de foire, mais à un vrai match de Basket !

En attendant, un petit pronostic ? Vous êtes plutôt Team LeBron, ou Team Steph ?