Mike Budenholzer, le nouveau coach des Bucks

le futur parait soudainement radieux

C’est officiellement la fin d’un cycle à Atlanta, et le début d’un nouveau du côté de Milwaukee, merci Adrian pour la Wojbomb.
Au revoir Joe Prunty, place désormais à un coach expérimenté pour driver les Daims vers les hauteurs de la conférence Est, on connaît un Grec qui doit être content !

 

4 ans. Voilà la durée pour laquelle s’est engagé l’ancien coach des Hawks du côté du Wisconsin. Le coach de l’année 2015 quitte donc la franchise de Géorgie après 5 saisons de bons et loyaux services, emmenant notamment les Hawks jusqu’en finale de conférence après avoir réalisés la meilleure saison de leur histoire, avec 60 victoires en saison régulière.
Monsieur Budenholzer a également, lors de cette même année 2015, permis aux Hawks d’envoyer non pas un, pas deux, pas trois, mais quatre joueurs au All-Star Game. Et oui, si vous aviez oublié, Jeff Teague et Kyle Korver ont leur petite étoile, et leur coach n’y est pas pour rien.

Embed from Getty Images

De quoi laisser présager un joli futur du côté de Milwaukee ? Sans commencer à déterminer quoique que ce soit puisque qu’on ne sait pas encore tout à fait à quoi l’équipe des Bucks va ressembler autour de Giannis Antetokounmpo, Khris Middleton et Eric Bledsoe, mais on peut déjà s’imaginer de très belles choses.
Les Bucks ont non seulement des joueurs et un tout un jeune groupe à développer, mais aussi une philosophie de jeu à respecter, un cadre. Car même si Jason Kidd a su permettre au Greek Freak de s’élever dans les hautes sphères de la NBA, que Khris Middleton est un joueur au potentiel de All-Star et que Malcolm Brogdon est le rookie de l’année en titre, les Bucks n’ont aujourd’hui pas de réelle identité à laquelle on peut les attacher, hormis celle “d’équipe de Freaks”.
Et c’est exactement là qu’un coach comme Budenholzer entre en jeu.



Non seulement capable de faire progresser encore plus les jeunes Daims, il aura la possibilité de modeler ce groupe comme il le souhaite, on l’espère, sans trop de problèmes. 17 ans en tant qu’assistant aux Spurs avec Gregg Popovich, ça vous forge un homme, et les résultats des Hawks sous sa tutelle nous le montre.

 

L’installation d’un mouvement de balle un minimum léché en attaque et, surtout, SURTOUT, d’une potentielle forteresse défensive comme on a rarement vu, sont deux choses très attendues, et quand on voit le potentiel athlétique d’une équipe comme les Bucks, on vous laisse imaginer la torture pour le reste de la NBA. Bledsoe et Brogdon sur ton meneur ? C’est relou. Snell et Middleton sur tes arrières et ailiers ? Gros casse-tête. Giannis sur ton ailier ou tes intérieurs (sur n’importe qui, en fait), avec Thon Maker ou John Henson en soutien dans la raquette ? Bonjour le cauchemar.
Les possibilités défensives étaient déjà très sérieuses, mais avec un coach qui devrait être en mesure de maximiser de telles possibilités, toute la NBA est déjà en sueur, et nous, on en salive d’avance.


Mike Budenholzer est-il le bon coach pour faire passer un cap à Giannis et sa clique ? C’est ce qu’on verra, en attendant, voilà une première arrivée très prometteuse du côté des Bucks, le front office n’aura pas attendu longtemps pour se projeter sur la saison prochaine, et au vu de ce choix, les attentes sont élevées. Tu m’étonnes, avec un futur candidat MVP comme franchise player, difficile de se contenter de seulement faire les Playoffs chaque année.