Preview Playoffs 2018

golden state warriors - houston rockets

Nous voilà arrivés au stade des finales de conférence ! Après avoir eu droit à un très beau premier tour, et de belles demi-finales malgré qu’aucune série n’ai dépassée les 5 matchs, nous allons enfin pouvoir savoir quelles équipes vont aller en finales NBA.
On s’attaque à la conférence Ouest, avec l’affiche que certains considèrent comme la vraie affiche des finales, entre deux équipes qui sont indéniablement les deux meilleures de la ligue cette saison, j’ai nommé les Golden State Warriors et les Houston Rockets !

THE match-up : Une série que tout le monde attend.

Embed from Getty Images

Est-ce qu’on peut parler de l’affiche la plus attendue de tous ces Playoffs, quelque soit la confrontation au tour suivant ? C’est bien possible, oui.
Commençons tout de suite en retraçant le parcours des deux équipes en Playoffs jusqu’à maintenant.

Les champions en titre tout droit sortis de la baie d’Oakland en sont à 8 victoires pour 2 défaites. Au-delà des deux séries, face aux Spurs puis aux Pelicans, expédiées en 5 matchs, on ne peut qu’applaudir la maîtrise du groupe de Steve Kerr, qui n’a pas tremblé en l’absence de Stephen Curry pendant les 6 premiers matchs des Warriors, notamment grâce à un Kevin Durant injouable et un Draymond Green plus que jamais en mode couteau suisse.

Même bilan pour les Rockets qui se sont débarrasser sans trop de problèmes des Timberwolves puis du Jazz. Là aussi, une maîtrise globale de son sujet pour l’équipe de Mike d’Antoni, même lorsque les tirs ne rentrent pas ou que l’équipe démarre lentement les matchs, ce qui est arrivé quelqus fois lors de ces Playoffs.
Terminons en félicitant Chris Paul, qui découvre les finales de conférence.

Quand à d'éventuelles attentes, malgré que nous ayons deux équipes qui peuvent et aiment jouer vite, le jeu risque de ralentir, car nous le savons, en Playoffs, les défenses se resserrent, et ça tombe bien, les deux équipes possédant les deux meilleurs defensive rating lors de ces PO se font face.

Le focus : Une sauce Curry pour pimenter les oppositions, chef ?

En regardant les différentes match-ups, on se rend vite compte de l’aura que possède cette série. Des stars un peu partout, de “bons joueurs” au minimum à tous les postes, des coachs d’élite, deux bancs très, très forts…
Pour essayer de déterminer laquelle de nos deux équipes détient un potentiel avantage au niveau des oppositions diverses, on va surtout se concentrer sur le 5 majeur.
Les starting lineups, voilà un premier axe intéressant à suivre car probablement loin d’être fixe, nous ne sommes pas à l’abri d’ajustements avant même le début de cette série.

Les Warriors ont plusieurs atouts dans leur manche, et ce n’est pas en se fiant aux minutes jouées ou aux divers lineups utilisés par Steve Kerr qu’on peut imaginer avec certitude qui va commencer aux côtés des 4 fantastiques. Andre Iguodala, bien sûr, pour former le fameux cinq de la mort, Zaza Pachulia pour le vice et l’intelligence de jeu (ce qui semble peu probable vu que le Géorgien affiche une moyenne de 4,2 minutes par match), ou bien Javal McGee pour concurrencer Clint Capela dans la dimension athlétique. Voilà les choix qui se présentent à nous, et jusqu'où s’arrêtent nos certitudes, mais attention, gare au coup de poker du JoKerr.
Du côté de Houston, on ne va pas douter de la présence du duo Paul-Harden sur le back-court, de Trevor Ariza sur le poste 3 et du pivot suisse en 5, cependant, il y a une vraie question à se poser sur le poste 4, car Mike d’Antoni dispose de plusieurs choix. Déjà, celui de continuer avec P.J Tucker pour sa dimension défensive et ses quelques trois dans le corner, ou bien tester Luc Mbah a Moute, histoire de varier les joueurs sans trop changer de profil. Il reste aussi Ryan Anderson, mis de côté pendant ces playoffs (11 minutes jouées en moyenne), qui peut-être, recevra une opportunité d’envoyer de loin comme il en est capable.

Doit-on imaginer des changements drastiques dans les oppositions défensives ? Pas vraiment.
Quand on regarde les deux cinq “types”, on se doute que Steph Curry et Chris Paul se colleront pendant toute la série, que Klay Thompson sera en mission sur James Harden, et que ce même barbu n’ira qu’assez rarement se confronter au double MVP au numéro 30. Kevin Durant s’occupera de quiconque sera au poste 3 voir 4, et en face, ce seront les Ariza, Tucker et Mbah a Moute qui se relaieront sur lui.
Une question reste en suspens : Que va faire Draymond Green ? Rester sur les intérieurs adverses ? Switcher sur des joueurs plus petits (dont un barbu ?) vu qu’il peut défendre plus ou moins n’importe qui ?
Un peu comme un électron libre, l’ailier fort à la grande gueule est tellement polyvalent qu’on pourrait un temps le voir soûler Chris Paul, empêcher Trevor Ariza de shooter après une sortie d’écran, et même gêner Clint Capela à l’intérieur durant le même match.
On a d’ailleurs pas encore parlé du suisse, mais s’il y a bien un joueur qui ne devrait pas trop bouger, c’est lui. Quiconque sera son adversaire direct sera sa match-up principale pendant la série, que ce soit Green, Zaza, McGee ou Kevon Looney.

Embed from Getty Images

Avantage : Warriors.

Établissons déjà un fait, donner un quelconque avantage est très difficile car les deux équipes sont très, très fortes. Cependant, pour ce qui est de la polyvalence globale et la faculté à shut-down l’adversaire, ce sont les champions en titre qui prennent l’ascendant. Au-delà des possibilités très nombreuses, ce à quoi les Rockets n’ont pas trop à rougir, les Warriors possèdent, tout de même, un peu plus de talent, incarné évidemment par un certain N°35.

Le facteur X : Clint Capela, une arme fatale ?

Il est peut-être celui qui peut faire le plus de mal aux Warriors sur cette série, sans compter un gaucher barbu bien sûr. Le pivot suisse risque d’être un élément capital pour Houston, évidemment défensivement, car il faudra bien empêcher les Warriors de marquer sereinement près du panier, mais également offensivement. Clint n’est pas un intérieur des plus techniques, il a tout de même de bonnes mains et surtout, des qualités athlétiques quasiment inégalées parmis les autres intérieurs, à l’exception de Javale McGee. L’une des missions de Mike d’Antoni sera de créer des systèmes pour que le pivot marque des points faciles près du panier et semer la pagaille dans le secteur intérieur des Warriors, et évidemment, s’il peut provoquer des fautes au passage, c’est du bonus qui ne peut que avantager Houston.
Ce sera donc à James Harden et à Chris Paul de faire ce qu’ils savent très bien faire, c’est-à-dire trouver leur pivot à la suite d’un pick & roll maîtrisé à la perfection par toutes les parties impliquées, car bien que l’on encense les qualités de passe de CP3 et d’Harden, Capela est un joueur qui roule très bien après la pose d’écran, facilitant le travail du porteur de balle.
Il est difficile d’imaginer Capela ne pas tourner en double-double sur la série, déjà de par la domination qu’il a montré face aux intérieurs adversaires jusque là (coucou chaton, coucou Rudy), mais aussi parce qu’il faudra bien ça pour que Houston se donne de vraies chances de renverser la hiérarchie.

Pronostic : Victoire des Warriors 4-2.

Hésitation avec un 4-3 (qui pourrait aller dans n’importe quel sens), parce qu’on va pas se mentir, on a tous envie de voir un game 7 entre ces deux équipes. Cependant, autant la seule motivation des Rockets est de battre les Warriors, autant les Warriors sont… Ou en tout cas paraissent, trop forts, même pour ces Rockets en possession du meilleur bilan de la ligue. Difficile d’imaginer ces mêmes Warriors vouloir faire durer la série, et avec la perspective d’un game 6 à la maison, Curry et sa bande souhaiteront finir le job, et ils sont plus que capables d’y arriver.


Et voilà pour cette preview de la finale de la conférence Ouest ! Vous avez la hype ? Nous aussi !
La série commence ce lundi soir, en attendant, faites nous part de vos avis et pronostics sur cette série alléchante !