Sous le radar

Les joueurs NBA à suivre cette saison

Nous sommes encore en début de saison, et vous cherchez encore quels joueurs suivre, au-delà des plus grands ?

Vous êtes au bon endroit !

Il y a bien évidemment le MVP en titre, Russell Westbrook, LeBron James ou encore un certain joueur lambda portant le numéro 30, mais penchons nous plutôt sur des joueurs dont on parle moins, ceux qui peuvent passer "sous le radar" car ils n'ont pas forcément l'habitude des projecteurs, mais aujourd'hui on va les braquer sur eux, étudier rapidement chaque cas, voir ce qu'on peut attendre d'eux, puis tenter de faire un petit constat après les quelques matchs disputés. #ConclusionHâtive

Voici 30 joueurs, un par équipe, sur lesquels vous devriez garder un œil cette saison !

 

 


Marcus Smart - Celtics

Embed from Getty Images

Le pitbull, qui servira de doublure à Kyrie Irving chez les hommes verts, fera partie des joueurs qui vont devoir step-up à Boston. Déjà connu et important grâce à ses qualités défensives, il pourrait éventuellement se glisser au poste 2 sur certaines séquences pour être associé à son All-Star de meneur. On peut attendre de lui un peu plus que 10 points par match, mais surtout, une meilleure adresse à 3 points. Monsieur se montre déjà polyvalent en ayant distribué près de 4 passes et pris 4.6 rebonds la saison passée, maintenant, il va falloir rentrer les filoches pour avoir une production optimale dans un système qu'il connaît déjà bien. Marcus est d’ailleurs sur de bonnes bases en marquant 11.4 points tout gardant les mêmes standards au rebond et à la passe.



Rondae Hollis-Jefferson - Nets

L'ailier athlétique de 22 ans a une opportunité à aller chercher du côté des Nets car Demarre Carroll ne se montre pas à la hauteur des attentes depuis son départ des Hawks, et du côté de Kenny Atkinson, on songera peut-être à faire jouer le jeune poste 3 aux côtés de D'Angelo Russell et Allen Crabbe (très hypothétique, le coach des Nets a du choix pour son backcourt), qui eux peuvent écarter le jeu. Car oui, RHJ n'est pas vraiment un sniper, en démontre son pourcentage très faible derrière l'arc. Ses qualités athlétiques peuvent lui permettre de bien défendre, et on peut espérer le voir progresser un peu à la création,permettant à son meneur de jouer plus sans ballon.  Progresser au shoot ne serait pas de refus, et en témoigne son passage à 33% de loin.

Embed from Getty Images

 

L’ailier semble s’être amélioré. Indéniablement un + quand on score 15 points par match, même aux Nets.



Denzel Valentine - Bulls

Embed from Getty Images

Mais on peut espérer qu’il s'affirme comme une pièce importante dans la reconstruction actuelle.

Celui qui a permis aux Bulls de remporter la Summer League en 2016 a cette année une opportunité de se montrer dans bazar de l'Illinois. L'ancien de Michigan State pourrait s'affirmer comme doublure de Zach Lavine (blessé), car la concurrence n'est pas incroyablement relevée, et avoir un créateur en sortie de banc est toujours pratique. Il faut cependant que le génie Fred Hoiberg lui laisse sa chance, mais comme dit précédemment, il y a une place à prendre !
Les minutes de Denzel ont bel et bien augmenté, et pour le moment il n’est pas le plus en vue des jeunes Bulls (un rookie finlandais attirant les projos sur lui). 



Thon Maker - Bucks

La dernière trouvaille de l'ancien GM John Hammond, le nouveau Freak des Bucks a de vraies qualités à exploiter. Jabari Parker actuellement blessé, il y a des minutes à aller chercher à l'intérieur et Thon pourrait les obtenir. Nous avons là un joueur de 2m16 (3m en levant les bras) capable de shooter de loin et plutôt mobile pour sa taille. Lui aussi est Sophomore et devra se montrer à la hauteur tout d'abord comme solide rotation à l'intérieur, les attentes sont simples lors d'une seconde saison : Une progression globale sur tous les plans.

Embed from Getty Images


Domantas Sabonis - Pacers

Embed from Getty Images

Fraîchement arrivé dans l’Indiana suite au trade impliquant Paul George, le fils d’Arvydas n’a pas fait une première saison brillante, la lumière venant exclusivement de Russell Westbrook à OKC. Poste 4 ou 5 de grande taille, capable de shooter de loin, la spéciale Européenne, Sabonis devrait voir son temps de jeu augmenter dans l’effectif de Nate McMillan. L’évidente progression en tant que Sophomore est attendue et semble se confirmer au vu de son début de saison puisque monsieur pose un joli double-double en jouant 25 minutes. On verra s’il peut continuer ainsi dès lors que Myles Turner sera de retour



Jahlil Okafor - Sixers

Le numéro 3 de la draft 2015 n'a pas eu un superbe début de carrière, on peut le dire. Le pivot de Duke n'a pas réussi à s'imposer chez les Sixers et il risque de devoir faire ses valises, cependant, bien que son profil ne soit pas le plus adapté à la NBA moderne, il semblerait que monsieur se mette à shooter à 3 points, à en croire les réseaux sociaux. Plutôt une bonne nouvelle pour les Sixers s'il s'avère être régulier, car Brett Brown disposera d'un scoreur polyvalent en sortie de banc, ce qui n'est pas négligeable. Déjà capable de scorer poste bas, pouvoir étirer la défense serait un bel atout pour Okafor.

Embed from Getty Images

Jahlil doit convaincre, se bouger un peu plus en défense, ni plus ni moins, et ce, qu'il fasse toute la saison à Philly… Ou pas, lui qui a demandé à quitter les Sixers il y a peu.

 

 

 



Aaron Gordon - Magic

Embed from Getty Images

 

4ème saison pour celui qui nous a fait, en compagnie de Zach Lavine, regarder avec une grande attention le Dunk Contest ces dernières années. Gordon retrouve le poste 4 après des tests en 3 qui n’ont pas vraiment fonctionné, et, le joueur, ayant apparemment trouvé un vrai shoot, a explosé statistiquement et permet à son équipe d’être une grosse surprise du début de saison. (On retient le match contre les Nets ou il score 41 points)
Ne parlons pas non plus de finir la saison avec 21 points et 9 rebonds.



Devin Booker - Suns

La jeune star des Suns est encore, pour le moment, un peu esseulée dans l’Arizona, et, arrivant dans sa 3e saison, le scoring est déjà réglé, le shoot continue de faire régulièrement ficelle. Mais il est peut-être temps de commencer, tout doucement, car le joueur n’a que 21 ans, à lui demander d’agir comme un leader. Dans une équipe qui, avec Eric Bledsoe plus ou moins un pied dehors, en a clairement besoin. Earl Watson tout juste limogé, on va désormais voir comment Booker se débrouille avec un coach ayant de l’expérience, et les récentes victoires des Suns nous montrent quelques légers espoirs pour le futur.
Booker, déjà fort offensivement, doit cependant faire mieux de l’autre côté du terrain, pour montrer l’exemple à ses coéquipiers qui ne font pas véritablement mieux.

Embed from Getty Images


Julius Randle - Lakers

Embed from Getty Images

L’ailier fort entame sa 4e saison NBA et on ne peut pas vraiment dire si Randle est un intransférable parmi les jeunes Lakers de Luke Walton. Loin d’être un mauvais joueur, son poste de titulaire au poste 4 ne sera peut-être pas longtemps acquis avec les émergences de Larry Nance Jr et Kyle Kuzma. La preuve, pour le moment, Randle joue 9 minutes de moins que la saison dernière, et même s’il continue de scorer sa dizaine de points, il va falloir faire mieux au rebond et en défense pour maintenir son statut.



Nerlens Noel - Mavericks

Nerlens a voulu fêter Noël dès cet été, mais aucune équipe ne lui ayant proposé un contrat qu’il lui convenait, le pivot a finalement re-signé à Dallas pour un an, espérant toucher le pactole en 2018. Ramené dans le Texas pour densifier le secteur intérieur des Mavericks, l’ancien Sixer n’a pas réellement comblé les attentes, faute de pouvoir être présent sur le terrain. Il va falloir non seulement faire une saison complète en termes de matchs, mais aussi statistiquement pour aller chercher le chèque espéré. Ce qui veut dire plus de points, plus de rebonds, plus de contre et une vraie présence défensive, aux côtés d’un Dirk Nowitzki toujours plus grinçant ou en sortie de banc, les Mavericks ayant mentionnés l’option small ball.

Embed from Getty Images


Bogdan Bogdanovic - Kings

Embed from Getty Images

Un rookie qui n’en est pas vraiment un ! Déjà bien connu par les suiveurs d’Euroleague, le Serbe, ayant emmené son pays en finale du dernier Euro, arrive désormais en NBA, et dans une équipe très jeune et plutôt bien coachée, une vraie opportunité s’offre derrière Buddy Hield. Bogdan joue 25 minutes par match en ce début de saison, et score 11 points avec un très beau pourcentage au tir. 57%, propre et net !
À voir s’il peut continuer à apporter ses qualités offensives et de création continuellement et peut-être s’inscrire dans le futur des Kings.



Ian Clark - Pelicans

Passer des Warriors aux Pelicans, c’est clairement un gros changement. Tout juste bagué, l’arrière sniper de 26 ans a une mission très simple dans sa nouvelle équipe, mission qui reste cependant la même que lorsqu’il était à Golden State : Rentrer les tirs ouverts. Chose qu’il faisait déjà bien et qu’il fait encore très bien puisqu’il tourne actuellement 43% derrière l’arc. Cependant, malgré les présences du trio Davis-Cousins-Holiday, 7,9 points ne seront pas suffisants pour aider les Pelicans à remporter des matchs, il faut un véritable apport du banc, et Clark peut, si Alvin Gentry lui laisse l’opportunité, monter jusqu’à 10 points par match, ce qui serait le bienvenu.

Embed from Getty Images


Rodney Hood - Jazz

Embed from Getty Images

Gordie est parti de chez les Mormons et est désormais sur la touche chez les verts, certes, mais du côté de Salt Lake City, le n°5 du Jazz n’a pas mis longtemps à step-up, chose que l’on attendait de lui. Est-il déjà un leader offensif ? Il est trop tôt pour se poser la question, mais l’arrière est à 17 points de moyenne, a scoré 3 fois 20 points ou plus et le Jazz s’en sort pour l’instant plutôt bien. Espérons pour Utah que ce début de saison plus que correct ne soit pas un simple “koumbaya”, et que nous prendrons note des bonnes performances d’Hood toute la saison.



Jusuf Nurkic - Blazers

Arrivé l’an dernier en milieu de saison dans l’Oregon, “The Bosnian Beast” s’est rapidement montré important pour les Blazers, qui manquaient d’une présence à l’intérieur et globalement, d’un joueur pour suppléer le duo Lillard-McCollum. Auteur d’un solide double-double lors de sa vingtaine de matchs à Portland l’an dernier, Nurkic va devoir apporter numériquement de manière similaire pour assurer un spot en Playoffs. Autre détail qui est aussi valable pour Nurkic que pour tout l’effectif des Blazers, des efforts en défense sont nécessaires.



Tim Hardaway Jr - Knicks

Embed from Getty Images

Drafté par les Knicks, puis transféré aux Hawks, puis resigné par les Knicks, le rejeton du Killer Crossover vaut désormais 70 millions l’année, et il doit assumer un tel contrat. Très bon scoreur capable de rapidement prendre feu, THJ possède cependant un manque de constance, faisant qu’il peut scorer 25 points un soir et 10 le lendemain. Que ce soit en titulaire ou en sortie de banc, il faudra fournir un apport constant, ce qui n’est pas encore le cas cette saison. Malgré 14.3 points de moyenne sur ce début de saison, les pourcentages au tir sont faibles.



Reggie Jackson - Pistons

Le meneur des Pistons a passé du temps sur la touche la saison dernière et n’a pas été aussi bon qu’espéré à son retour. Tout comme d’autres joueurs de son équipe, il doit se rattraper cette saison pour ramener Detroit en Playoffs. Reggie est un bon meneur scoreur, sa saison à presque 19 points de moyenne en 2016 le montre, et cette saison il en est pour l’instant à 16.4 points, mais il doit progresser en tant que playmaker. 6 passes de moyenne dans un effectif qui possède des joueurs qui peuvent shooter et globalement mettre des paniers, ce n’est pas suffisant. On ne demande pas un double-double à Jackson, mais une augmentation jusqu’à 7 ou 8 passes serait une bonne note statistique.

Embed from Getty Images


Dewayne Dedmon - Hawks

Embed from Getty Images

Après avoir montré de belles choses à San Antonio, Dedmon se retrouve à Atlanta, dans une équipe qui va jouer dans les bas-fonds de l’Est. Les Hawks n’ont pas un secteur intérieur très bien fourni, donc Dedmon va devoir apporter ses qualités athlétiques et son énergie, amener de la densité physique à l’intérieur. Statistiquement, on imagine mal Dedmon faire beaucoup de scoring, mais sa présence au rebond doit impérativement se faire sentir, et potentiellement ajouter un peu de protection de cercle.



Chandler Parsons - Grizzlies

Tantôt hué, tantôt apprécié par le Fedex Forum, Chandler Parsons connaît depuis quelque temps des blessures l’empêchant d’assumer pleinement son lourd contrat. Lorsqu’il était sur le terrain, son apport n’a jamais été celui espéré, si on se base sur son temps à Houston. La saison dernière est définitivement à oublier, et il est temps de redorer le blason. Auteur de 24 points en 18 minutes face aux Rockets (*wink wink*), Parsons a pu montrer sur ce match qu’il n’était pas fini, et on espère qu’il va au moins retrouver une certaine régularité cette saison.



Dwight Howard - Hornets

Embed from Getty Images

D12 a connu beaucoup de choses depuis son départ d’Orlando et n’a jamais vraiment pu trouver de situation où s’épanouir. Arrivé cet été à Charlotte après avoir réalisé une saison correcte à Atlanta, Dwight espère se relancer sous Steve Clifford, coach qu’il a déjà connu, aux côtés de Kemba Walker et Nicolas Batum. Dans une équipe qui manque d’un intimidateur et d’un gros rebondeur, Howard est un très bon fit sur le papier, et son bon début de saison le prouve. Auteur de plusieurs très gros double-doubles dans la discrétion, il se montre être pour le moment une vraie-plus value pour les Hornets.



Gary Harris - Nuggets

L’arrière de 23 ans a montré la saison dernière dans le pauvre secteur extérieur de Denver qu’il faisait partie des pépites de l’équipe. Auteur d’une saison correcte avec 14.9 points et des bons pourcentages au tir, celui qui devrait être titulaire au poste 2 dans la durée a une vraie carte à jouer. Paul Millsap et Nikola Jokic seront le centre d’attention de l’attaque des Nuggets, et un joueur comme Gary Harris pourrait profiter des bonnes passes de ses intérieurs pour rentrer pas mal de shoots ouverts.
J’annonce : Gary Harris est un candidat au MIP 2018.

Embed from Getty Images


Justise Winslow - Heat

Embed from Getty Images

Blessé lors de la majeure partie de la saison dernière, le Heat espère voir Justise Winslow revenir en force. Déjà un fort défenseur, Winslow a à priori beaucoup travaillé cet été sur ses faiblesses, et bien qu’on ne voit pas encore tous les résultats, Justise est un bosseur et on sait que les fruits de son travail finiront par se voir. Il doit impérativement devenir meilleur offensivement. Moins de briques au shoot, de lay-ups ratés, un meilleur handle, c’est “tout” ce qu’on lui demande.



Danilo Gallinari - Clippers

Enfin un vrai ailier aux Clippers ! L’Italien arrive dans la cité des anges avec la tâche de réitérer ce qu’il fait depuis son arrivée en NBA, scorer. Attaquant assez complet, très bonne gâchette, ni même un plot en défense, Gallo est un bon atout pour les Clippers, qui avaient bien besoin d’une autre arme offensive derrière Blake Griffin. Le début de saison de Gallo n’est pas incroyable, 14 points avec des pourcentages assez pauvres, des chiffres qui ne peuvent que monter, à condition de rester en bonne santé. Objectif Playoffs avec un bon Gallinari pour les Clippers.

Embed from Getty Images


Norman Powell - Raptors

Embed from Getty Images

Première saison en tant que starter pour Norman Powell, l’energizer des Raptors. Powell va principalement devoir rentrer les quelques tirs qu’il aura, passant derrière Lowry, DeRozan et peut-être aussi Valanciunas et Ibaka, et faire de son mieux en défense. L’apport statistique n’est pas certain d’augmenter énormément, tout comme le temps de jeu peut varier avec la présence de CJ Miles, c’est donc dans le jeu et dans l’attitude qu’on va regarder le jeune dinosaure, en espérant que les pourcentages au tir reviennent entre 35 et 40%, chose dont Norman est tout à fait capable.



Andrew Wiggins - Timberwolves

On craignait quelque peu les conséquences de l’arrivée de Jimmy Butler sur le n°1 de draft 2014, mais, au vu du début de saison de Wiggins, peut-être qu’il ne fallait pas trop s’en faire. Le scoring est là, l’efficacité est là, les gros shoots sont là aussi (OKC s’en souvient), on ne peut pas dire que Wiggins ne soit pas comme un poisson dans l’eau en ce début de saison.
Il faut espérer que ce bon début de saison ne soit pas une explosion en mode Koumbaya et que la régularité suive, car il en faudra pour les Wolves répondent aux attentes qui sont très grandes.

Embed from Getty Images


Clint Capela - Rockets

Embed from Getty Images

Sorti d’une dernière saison réussie, le pivot suisse a pleinement profité de la vision du jeu de Mike D’Antoni pour les Rockets. L’arrivée de Chris Paul est totalement bénéfique pour lui, qui va désormais bénéficier de deux très bons passeurs à qui poser des écrans, et obtenir deux points faciles assez fréquemment. Pour l’instant en double-double, Capela continue sa progression. Next step : La protection du cercle, il faut bien un mec qui puisse faire peur sur les drives adverses.
Lui aussi pourrait viser le MIP cette saison.



Alex Abrines - OKC

Le banc du Thunder est correct, mais risque de manquer un peu d’options, et Alex Abrines peut dès cette saison tirer son épingle du jeu. Après avoir assisté au show Russell Westbrook l’an passé, l’Espagnol a l’opportunité de tranquillement s’imposer comme une solide pièce de la second unit. Il n’aura peut-être pas beaucoup de spots, mais il faudra les convertir pour montrer à Billy Donovan qu’il peut compter sur lui. Difficile d’imaginer Abrines tourné à 10 points par match, mais s’en rapprocher serait idéal, car même si Westbrook a aujourd’hui le soutien de Paul George Carmelo Anthony, les role players devront assurer.

Embed from Getty Images


Otto Porter - Wizards

Embed from Getty Images

Tout juste grassement payé par sa franchise, l’ailier des Wizards va devoir assumer désormais. Sorti d’une belle saison à 13.4 points de moyenne, Otto a encore une belle marge de progression, surtout dans son jeu, qui pourrait permettre aux Wizards d’aller encore plus loin. Très bon des deux côtés du terrain, il va désormais falloir confirmer, montrer qu’on mérite le contrat de plus de 20 millions par an, chose qui commence bien puisque Porter tourne à presque 19 points à de très bons pourcentages et que son équipe gagne les matchs.



Dejounte Murray - Spurs

L’une des dernières belles trouvailles des Spurs, Dejounte Murray sort d’une première saison intéressante ou il a montré de belles choses dans le Texas. Tony Parker absent, le jeunot est lancé dans le grand bain par son coach, le jeune meneur devrait s’en sortir. Assez grand pour son poste, et dans un bon système, Popovich possède un joueur qui peut être vraiment bon partout. Ses stats complètes bien qu’assez faibles reflètent assez bien ce que le joueur peut apporter.
Sophomore et assez libre d’avoir un temps de jeu conséquent, Dejounte a le champ libre pour se développer, on croit au fait que c’est exactement ce qu’il va faire.

Embed from Getty Images


Jeff Green - Cavaliers

Embed from Getty Images

Recruté cet été pour suppléer LeBron James au poste 3 voir 4, le jeune vétéran de 31 ans va pouvoir apporter du scoring et de la défense en sortie de banc pour les Cavs, après s’être un peu perdu du côté du Magic. Monsieur a rapidement claqué quelques beaux dunks en ce début de saison, mais ça n’a pas véritablement aidé son équipe à réaliser un bon début de saison, puisque les Cavaliers ont du mal pour commencer. Il va falloir rebondir, un peu comme Jeff quand il a postérisé Ian Mahinmi.



Nick Young - Warriors

SWAGGY P ! Prenons quelques secondes pour imaginer Nick Young l’artilleur chez les Warriors… C’est un miracle. Après avoir réalisé une saison statistique correcte aux Lakers, Young arrive chez les champions en titre avec une mission simple : shooter et défendre. Chose qui tombe très bien, puisqu’il sait faire les deux ! Que ce soit en 2 ou 3, Young apportera son shoot en sortie de banc, donnant une autre arme de choix lorsque Steph, Klay et Zone de Confort ne sont pas sur le terrain pour rentrer des tirs et célébrer sans regarder.
Vivement le duel en finale avec JR Smith.

Embed from Getty Images


Valentin T.