L’étonnant concurrent dans la course à l’Europe

Eintracht Francfort

Dans cette saison 2017/2018 de Bundesliga toujours plus serrée dans la course à l’Europe, une équipe surprise s’est glissée dans les aspirants à la Ligue des Champions : l’Eintracht Francfort. Focus sur cette écurie au classement inattendu.  

Habitués au milieu de tableau

11e la saison dernière en Bundesliga, l’équipe de Francfort s’attendait à jouer le milieu de tableau. Et c’était le cas dès le début de saison. En effet, de la première journée à la 20e journée, le club de l’Eintracht est resté en milieu de tableau (classement variant de la 7e à la 13e place). Les Noirs et Blancs sont connus pour leur jeu défensif, dans une défense généralement à 5, et pour le fait de ne pas marquer beaucoup de buts. Malgré cela, ils réalisent pour le moment une très bonne saison sur le plan sportif, avec une étonnante 4e place à la sortie de cette 25e journée de championnat.  

 


Embed from Getty Images

La saison ou jamais ?

Le club de Niko Kovac se démarque cette saison grâce à un pressing constant sur ses adversaires. Grâce à ce jeu très porté vers l’avant développé par les joueurs, l’Eintracht a surpris plus d’un adversaire par leurs passes en profondeur (l’un des plus gros atouts de cette équipe), le RB Leipzig étant la dernière équipe en date à avoir fait les frais de ce jeu. Les clubs de Wolfsbourg, Gladbach et Berlin étant en difficulté cette saison, les places européennes sont de nouveau accessibles pour des clubs comme Francfort. La spirale négative d’Hoffenheim ces dernières semaines a permis à Francfort de se glisser à la 4e place, et le club n’a pas quitté le Big Four allemand depuis la 22e journée. Les opportunités pour l’ancien club de Trapp sont grandes, et une qualification pour la Ligue des Champions est plus que jamais envisageable.  

 

Un style de jeu particulier

Les joueurs de Kovac se démarquent par un style de jeu particulier. En effet, le club joue beaucoup sur la profondeur et les passes longues, ils ne font que très peu de passes courtes. Ils effectuent beaucoup de centres également, et frappent beaucoup plus de loin que de près, la plupart de leurs buts (plus de la moitié) sont marqués en dehors de la surface de réparation. Néanmoins, elle concède encore beaucoup trop d’occasions pour pouvoir réellement briller au niveau européen, laissant trop le ballon aux adversaires (48% de possession de balle en moyenne en Bundesliga). Reste à savoir si le club arrivera à tenir la distance jusqu’à la fin du championnat ou si, comme c’est souvent le cas pour ces équipes qui jouent généralement le milieu de tableau, le club va s’effondrer dans la dernière ligne droite.  

 

Hugo Kucharski