Lo Celso, pourquoi un tel flop ?

Avant le match Real-PSG du 14 février, tout le monde était surpris de la composition d’équipe proposée par Unai Emery. L’un des choix forts du coach espagnol : la titularisation de Giovanni Lo Celso, au poste de sentinelle. Et ce fut un flop total. Focus sur ce joueur, et les raisons de ce flop. 

Pas utilisé à son poste

La première raison de ce mauvais match de Giovanni Lo Celso : son poste. Placé devant la défense en sentinelle, le jeune international argentin a été submergé par le niveau de ses homologues du Real Madrid. Avec seulement 3 duels gagnés sur 12 disputés durant toute la rencontre, Lo Celso n’a pas assuré le rôle de sentinelle. Trop juste physiquement mais aussi techniquement, il n’a pas su apporter de danger sur les buts madrilènes, et a laissé trop d’espaces aux Merengues pour pouvoir développer leur jeu. D’après Jérôme Rothen, le joueur « a distillé 2 ou 3 bons ballons », mais rien de plus.  Mais le problème n’est pas Lo Celso, dans ce 4-3-3 concocté par Emery. Le problème, c’est bel et bien le placement de ce joueur, formé au poste de numéro 10, et non à celui de sentinelle. Emery l’avait déjà essayé à ce poste en Ligue 1, mais les adversaires n’étaient jamais du niveau du champion d’Europe en titre. Avec un positionnement approximatif et des ballons perdus dans une zone dangereuse, l’argentin s’est mis en grande difficulté dans cette rencontre. 


Embed from Getty Images

Une saison plutôt convaincante malgré tout

Après avoir montré quelques difficultés à ce poste de numéro 6 face à l’OL en Ligue 1, Emery aurait dû comprendre que le joueur n’était pas dans sa zone de confort sur le terrain lorsqu’il était placé à ce poste. Malgré cela, l’argentin ne fait pas une mauvaise saison. En effet, avec 23 matches joués en Ligue 1 dont 11 en tant que titulaire, le jeune argentin est plutôt convaincant par ses statistiques. Utilisé plus souvent en tant que milieu relayeur, le natif de Rosario en est à une moyenne de 45 passes par match, pour 91% de passes réussies. Il compte également 2 passes décisives et 1 but en Ligue 1. Toutes compétitions confondues, le jeune argentin en est à 92% de passes réussies, ce qui est un excellent total pour un joueur évoluant au poste de milieu relayeur dans un club comme le Paris Saint Germain.  

 

Ce qu’il faut changer pour le match retour face au Real

Encensé par le sélectionneur argentin Sampaoli, le joueur Parisien a beaucoup de qualités techniques. Très bon dans les passes, longues comme courtes, il peut distiller de très bons ballons à un attaquant aussi remuant que Cavani. A l’aise techniquement, le virevoltant numéro 10 pourrait, par ses dribbles et ses passes, apporter le danger dans le camp adverse, s’il est utilisé au bon endroit sur le terrain. Avec Thiago Motta en sentinelle et associé à Rabiot en tant que relayeur dans un milieu à 3, il est sûr que le petit argentin pourrait faire des merveilles. Emery va devoir faire les bons choix pour pouvoir espérer encore quelque chose de ce match retour, l’absence de Neymar ayant été confirmée. Lo Celso est promis, à seulement 21 ans, à un très grand avenir dans le football. Il devra être plus présent dans les duels, être plus sûr dans ses transmissions ainsi que dans ses prises de balles, et surtout il devra se projeter vers l’avant comme il le faisait si bien à Rosario, avec des prises de balle tranchantes et des passes capables de casser des lignes et de mettre les attaquants dans les meilleures conditions.  

 

Hugo Kucharski