La Loi du Rebond

Colomiers-Nevers


 

Jeudi 19 octobre, 20h30, je rentre dans le stade pour directement me diriger vers la buvette. Depuis le match contre Bayonne, on a changé de saison et elle a pris ses quartiers d'hiver sous la tribune présidentielle. Si d'aventure le soleil refaisait une apparition dans les derniers week-ends d'octobre, les bars et tables seraient vite sortis. Enfin pour l'instant, le temps est plutôt à la pluie et les premiers froids s'installent, ce qui a forcément découragé les badauds à venir au stade (en plus du jour de programmation). Colomiers, troisième de Pro D2, reçoit Nevers, quatorzième pour le compte de la neuvième journée et si les supporters columérins sont évidemment les plus nombreux, on note une bonne dizaine de neversois ont fait les cinq à six heures de déplacement pour venir supporter leur équipe. Colomiers reste sur une défaite à l'extérieur en étant passé près de la victoire face à Dax alors que Nevers s'est imposé face au leader Grenoble d'un seul petit point.

 

 

Le début de match est assez équilibré des deux côtés de la ligne médiane mais le caractère brouillon du jeu pratiqué par les deux équipes hache les actions et empêche la main mise d'un camp sur l'autre. Nevers mène au score en passant une pénalité alors que Poët n'arrive pas à faire recoller les columérins. Alors que Colomiers se porte à l'attaque en assiégeant les 22 de Nevers, ils perdent le ballon sur un en-avant et les nivernais dégagent en profitant de la non-couverture du fond de terrain haut-garonnais. Kamea tarde à attaquer le ballon et se fait surprendre par le rebond. Raisuqe qui passait par là prolonge au pied et s'en va marquer en solitaire le premier essai de la partie. Essai transformé 0-10 en faveur des visiteurs.

Colomiers n'y arrive pas, les en-avants se multiplient et les buteurs enquillent une pénalité de chaque côté. A la 38ème, Raisuqe fait encore des siennes et montre qu'il a sa place en Top 14 en perçant le rideau local et en infligeant un énorme raffut à son adversaire direct. Il est stoppé et c'est finalement Naqiri qui conclut l'action grâce à un deuxième rebond chanceux et qui aplatit en coin. Le coup de pied offensif paraissait trop long mais le ballon a été comme amorti par la pelouse de Michel Bendichou. Le score est porté à 3-18 après l'échec de la transformation et ce sera le score à la pause.


Un magnifique porté Cygnus Skate, difficulté rarement abordée sur le circuit hors des patinoires
Un magnifique porté Cygnus Skate, difficulté rarement abordée sur le circuit hors des patinoires

 

Au retour des vestiaires, la charnière columérine est à demi changée puisqu'on assiste à la rentrée d'Inigo à la place de Cazenave, pas dans le coup. En deuxième mi-temps commencent les problèmes de touche, trois lancers de Colomiers d'affilés sont chipés par les avants neversois, le navire bleu semble prendre l'eau de toute part malgré quelques bonnes actions. La deuxième moitié de la charnière est aussi remplacée à la 45ème et l'entrée de Lafage en lieu et place de Poët. L'entraîneur exprime son mécontentement par ces changements très rapides. Un autre fait de jeu n'arrange pas les affaires des haut-garonnais, à la 48ème minute le capitaine Beco se fait sanctionner d'un carton jaune pour une faute au sol, ajouté aux fautes à répétition de son équipe.

 

Le buteur nivernais manque l'occasion d'alourdir le score. L'essai chauffe et la terre promise fait de l’œil aux joueurs en blanc. Après plusieurs occasions loupées par les visiteurs et une quatrième touche perdue, les entraîneurs de Colomiers décident de poursuivre les séries de changement et c'est la première ligne dans son ensemble qui se fait rafraîchir alors qu'il y a une touche pour Nevers au niveau des cinq mètres adverses. Sur le ballon porté qui suit la touche, les avants visiteurs enfoncent leurs adversaires, le ballon sort petit côté et l'essai est aplati par Herry après une superbe passe sur un pas de San Martin à la 51ème, essai du bonus offensif. Les changements n'étaient peut-être pas judicieux à cet instant précis du match. Nevers s'envole malgré la non-transformation de l'essai : 3-23.

 


 

Colomiers se réveille un peu dans la suite du match, en grande partie grâce à la rentrée de Lafage qui commence à faire effet. C'est l'un des seuls joueurs columérins à être tranchant ce soir et le changement de charnière a amené du dynamisme. A noter l'entrée en jeu de Pimienta à la place de Bezian, un trois-quarts pour un troisième ligne, le banc haut-garonnais n'avait plus d'avants en stock. Les joueurs à la Colombe n'y arrivent pourtant pas et le dernier geste pêche à chaque fois comme sur ce coup de pied par-dessus qui ne rebondit pas dans leur sens. La fin du match est assez frustrante pour les locaux et plein de suspense pour les visiteurs, Nevers va-t-il conserver son bonus ? Trêve de roulements de tambours, la réponse est oui en grande partie grâce à la maladresse de Colomiers dans ces derniers instants qui se voit même refuser un essai à la 60ème minute.

 

 

 

C'était un match agréable à suivre du moment que l'on était pas supporter columérin. Si Nevers a réussi à faire tomber le premier et le troisième du classement en deux semaines, c'est qu'ils ont su saisir le ballon en profitant du rebond favorable et d'un Colomiers méconnaissable. La semaine prochaine Nevers reçoit Carcassonne pour pouvoir continuer sur la lancée et s'éloigner de la zone de relégation alors que Colomiers va avoir fort à faire pour rebondir en recevant l'un des prétendant à la montée le proche voisin Montauban, en ayant peut-être perdu l'un de ses éléments les plus prometteurs en la personne de Maxime Laffage sorti sur commotion à la fin du match.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0