Turquie : la meilleure défense d’Europe

Turquie : la meilleure défense d’Europe

Personne ne les attendait ici. Courants d’échec en échec lors des compétitions internationales, les Turcs n’ont rien de très impressionnants. Du moins, de prime abord. En effet, depuis son élimination en phase de groupe de la Coupe du monde 2018, la 32ème nation du classement FIFA s’est métamorphosée.

Rajeunie et riche d’un nouveau coach, elle a rondement mené sa campagne de qualification en titillant la France à plusieurs reprises (une victoire 2-0 à domicile et un match nul au Stade de France). Avec seulement 3 buts encaissés en dix rencontres, c’est la meilleure défense d’Europe aux côtés de la Belgique. 

Le 11 juin, la Turquie s’envolera en direction de Rome pour l’ouverture de l’Euro 2020, face à l’Italie. Un rendez-vous déjà primordial pour les deux équipes. Qui prendra la tête du classement ? Réponse dans quelques jours.

 

  • Un ancien pour insufflé le renouveau

Arrivé en 2019, après les désillusions du Mondial, Senol Günes a transformé le visage de la sélection. Il faut dire qu’il n’en est pas à son premier coup de magie. Il y a près de décennies, en 2002, l’homme avait offert à la Turquie la meilleure compétition de son histoire. Par deux fois, les Rouge et Noir ont fait chanceler le grand Brésil de Ronaldo, Roberto Carlos, Rivaldo, Cafu, Kaka, Ronaldinho…. Sans jamais pouvoir le faire tomber (2-1 en phase de groupe et 1-0 en demi-finale). Éliminés aux portes de la finale de la Coupe du monde, ils s’étaient rachetés en grimpant sur la troisième place du podium après un match accroché contre la Corée du Nord, pays organisateur (2-3). 

Depuis son retour, le technicien enregistre un bilan provisoire très satisfaisant. Fin mai, il comptait seulement 3 défaites en 20 matchs. Les vieux cadres ont été remplacés par de jeunes joueurs évoluant dans de grands clubs européens. Une recette gagnante pour le moment…

 

  • Joueurs à suivre ? 

Sur le terrain, il faudra surveiller de près un joueur bien connu des Français : Burak Yilmaz. Capitaine de la sélection, l’attaquant a réalisé une saison incroyable au LOSC avec le trophée de Ligue 1 en guise de récompense. Une première saison en dehors de son pays natal parfaitement réussie, pour celui qui aurait pu rejoindre les rangs du TFC jadis. En effet, en 2011, les dirigeants des Violets s’étaient intéressés au buteur pour en faire le successeur d’André-Pierre Gignac. En vain. 

Autre homme à observer : Caglar Soyuncu. Patron du rideau de fer turque, le défenseur de Leicester est présenté comme une étoile montante de sa génération. De grands clubs européens, comme le FC Barcelone et Manchester City, tentent déjà de se l’arracher. 

 

  • Effectif (pré-liste de 30 joueurs) ? 

Gardiens : Akkan (Rizespor), Bayindir (Fenerbahçe), Çakir (Trabzonspor), Günok (Basaksehir).

Défenseurs : Ayhan, Müldür (Sassuolo, ITA), Demiral (Juventus, ITA), Kabak (Liverpool, ANG), Söyüncü (Leicester, ANG), Umut Meras (Le Havre, D2 FRA), R. Yilmaz (Besiktas), Zeki Çelik (Lille, FRA).

Milieux : Antalyali (Galatasaray), Çalhanoglu (AC Milan, ITA), Kahveci, Tufan (Fenerbahçe), Kökçü (Feyenoord, HOL), Tekdemir (Basaksehir), Toköz (Besiktas), Yazici (Lille, FRA), Yokuslu (West Bromwich, ANG).

Attaquants : Akbunar (Göztepe), Aktürkoglu, Dervisoglu (Galatasaray), Karaca (Alanyaspor), Karaman (Düsseldorf, D2 ALL), Ömür (Trabzonspor), Ünal (Getafe, ESP), Ünder (Leicester, ANG), B. Yilmaz (Lille, FRA).

 

  • Calendrier ? 

Vendredi 11 juin à 21h, à Rome (Italie) : Turquie – Italie (TF1 et beIN SPORTS)

Mercredi 16 juin à 16h, à Bakou (Azerbaïdjan) : Turquie – Pays de Galles (beIN SPORTS)

Dimanche 20 juin à 18h, à Bakou (Azerbaïdjan) : Suisse – Turquie (beIN SPORTS)

 

Emmanuel Clévenot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *